Nounours du Vercors
Journaliste de terrain et de tanière
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2021

Un autre monde

On nous appelle avec colère et envie «les boomers». Mais je n’ai pas demandé à naître en 1951. Je suis le fruit d’une euphorie copulatrice d’après guerre. Il fallait vivre. Bâtir. Construire. Nous, les mômes, nous faisions des cabanes au bord du fleuve, et c’était un autre monde.

Nounours du Vercors
Journaliste de terrain et de tanière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chemin du 24 octobre 2021

Un autre monde

Pêcheurs en famille sur le Rhône dans l'Ain © Patrice Morel (octobre 2021)

Le Rhône !  Un ogre jailli du Saint-Gothard, enflé de toutes les sources, de toutes les pluies et de toutes les neiges alpines. Voyez la carte : quand il descend de Genève, brusquement il fait un grand «V» et remonte au nord-ouest vers Lyon.  C’est à la pointe de ce «V» immense, à l’endroit précis de ce coude gigantesque, que l’eau sauvage a imprégné, embaumé, exalté, renforcé nos vies débutantes dans cette région baptisée le Bugey, en pleine France du «baby-boom».

Le Rhône, mon compagnon d’enfance !

En octobre ou à la Toussaint, avant le froid et les brouillards, aux heures cramoisies,  j’aimais longer le grand fleuve. Les couleurs explosaient. L’eau était un miroir empourpré.   Je fréquentais ses berges et ses plages de gravier pour oublier le cartable en cuir neuf, la poussière de craie, le tableau noir, l’encre violette et les bavures de plume sur les lignes obsessionnelles du cahier à spirales.

Le Rhône encore sauvage, par endroits, entre Ain et Savoie © Patrice (octobre 2021)

Au fil de la digue, je m’éloignais des conflits de récréation, j’imaginais la vie subaquatique, le déplacement nonchalant du brochet au long nez plat et la fuite légère des truites arc-en-ciel. J’allais là-bas pour voir les lianes descendre des grands arbres, le bois souple des saules plonger ses racines dans les rives humides, j’errais entre les lônes, ces bras morts vénérés des pêcheurs, et les étangs à grenouilles, je voulais sentir la jungle, respirer l’humus, gagner de la liberté, mais aussi avoir de la matière, de quoi écrire quand le maître nous demanderait par exemple : «les feuilles s’envolent c’est l’automne, donnez-nous vos impressions » .

Aujourd’hui les bords du Rhône sauvage sont domestiqués. Le fleuve a été canalisé, banalisé. Mais là où je trouvais l’essence de mes rédactions, tout n’a pas disparu. Il demeure encore des portions authentiques, des lieux farouches, avec vorgines, buissons et bosquets denses.

La jungle de notre enfance © Patrice Morel (octobre 2021)

Nous autres, enfants du grand remplacement générationel, boomers en culotte courtes,  fabriquions en ces terres de western des bâtons de frêne et d’intimidation, des arcs et des flèches de Sioux, des lance-pierre de trappeur, taillés à l’Opinel dans les branches des noisetiers, des pistolets et des mitrailleuses pour défendre nos fortins de visages pâles, nos casemates bâties à coups de planches et de clous énormes, sous les acacias, nos refuges de maquis recouverts de tôles, de mousse et de fougères.

Oui, c’était un autre univers, loin des virtualités numériques actuelles.

Il y avait de la récup' dans l’air : un poêle à bûches comme chauffage central, et son long tuyau en alu pour la fumée, une table en formica écaillé et des chaises en rotin dépareillées pour le confort, une lampe à huile et des bougies pour l’intimité, des casseroles cabossées pour le casse-croûte, et des verres noircis par le vin rouge des anciens pour le gorgeon. On y mangeait, on y dormait mais surtout on y préparait des assauts revanchards contre ceux d’en face, ceux de l’autre côté de la rivière, ceux de la Savoie ou de l’Ain, ces peigne-culs qui franchissaient le pont parfois pour venir casser nos baraquements de Résistance !

Patrice Morel (octobre 2021)

Au bord du Rhône, et de son affluent le Guiers, nous étions des merdeux comme il y en avait des millions en France, à écumer les sous-bois, par tous les temps, vrai passe-temps permanent, sale temps pour les cafeteurs, les cafards et les mouchards, temps bénis de la reconstruction, temps des potes et temps des claques !

Un demi-siècle seulement et ce passé gavroche ressuscité témoigne d’un univers disparu, d’une ère révolue, d’une étrange et lointaine antiquité. C’était un âge tendre et libertaire dans l’hexagone appauvri mais libéré, dans la France de Jean Ferrat et de Léo Ferré, dans la Gaule du Général qui serait bientôt balayée par le tsunami du rock et des rébellions, dans  ce pays mondialisé désormais soumis à la loi du marché, des écrans et de la toile hystérique.

Hier, je suis revenu aux sources, sur les rives du fleuve impétueux mais dompté. La   beauté persiste par touches impressionnistes à la pointe du grand «V». J’y trouve encore matière à rédaction. Le maître sera content ! Pourtant, je n’entends plus les rires, les cris, les huées des garnements de broussaille. La Toussaint approche. Le passé est silencieux.  Je suis un "poor lonesome boomer» !

© Patrice Morel (octobre 2021)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras