PARTIE DE PING PONG AVEC UN JUGE DES PRUD'HOMMES

Une juge prud'homale de Paris essaye de me piéger suite à une plainte contre des conciliateur de Créteil

Suite à un commentaire sur mon blog par juge prud'homale

JUSTICE OÛ ES-TU?

Le commentaire est le suivant:

Bonjour, votre affaire est compliquée et je ne me prononcerais pas sur le fond. Mais je suis juge prud’homale et je ne peux pas accepter votre conclusion. Comme vous devriez le savoir, les prud’hommes sont composés moitié moitié de conseillers salariés et de conseillers employeurs. Une décision doit donc être approuvée par les deux . Il n’est pas possible, du fait de cette parité, de faire pencher systématiquement les décisions d’un côté ou de l’autre. Je vous rappelle aussi que statistiquement l’immense majorité des jugements sont favorables aux salariés. Votre accusation est donc mal fondée et repose sur une méconnaissance du fonctionnement des Prud’hommes. 

Françoise Revellat

Je répond par mails:

Je vous informe que depuis un an, je n'ai eu affaire à aucun juge et de plus j'avais déposé une plainte contre Edouard Martins qui c'est transformé en une contre la société Aspen à qui je ne reproche rien. Je n'ai eu affaire que aux conciliateurs et non publique

En fait, si je dépose une plainte aux prud'homme, c'est la société Aspen qui va payer et comme le gérant n'est pas puni, il va continuer à escroquer ses salariés. Pour moi il est évident que les prud'hommes ne servent qu'a protégé de poursuite pénal le patronat

Je suis allé deux fois au commissariat pour essayer de déposé plainte pour escroquerie contre Edouard Martins, preuve en main et j'ai essuyé deux refus de plaintes sous prétexte qu'il est mon ex- employeur

Quant aux prud'hommes, je n'ai déposé qu'une plainte concernant 2 amendes, l'une de 90€ concernant un excès de vitesse du 3 avril 2017 dont le gérant ne m'a pas informer, L'autre de 460€ pour non dénonciation et dont ne me concerne pas et qui ont été payé par la société. Ces deux amendes ne figure pas sur mon solde de tout compte. Le virement de mon solde par contre a été amputer de 540€ sans aucun document comptable. J'ai reçu le virement le 3 oct 2017

Quant à la conciliation, j'ai demandé le remboursement de mes frais qui ont été catégorique refusé par l'un des conciliateurs et non par l'avocat du défendeur qui est resté bouche bée devant l'audace du conciliateur. Non publique on se permet tout.

Le gérant m'avait informé en dec 2016 qu'il se doit de dénoncer les auteurs d'excès de vitesse parce que sinon l'entreprise serai verbalisé pour non dénonciation et donc il savait ce qu'il faisait.

Réponse du juge par mails:

Encore une fois, les prud’hommes sont une justice paritaire. Ce que vous appelez conciliateurs ce sont bien des juges prud’homaux (en BCO je présume ?) et il y a moitié conseiller salarié moitié conseiller employeur. Donc vos affirmations comme quoi les prud’hommes serviraient à éviter le pénal à votre ex patron me semblent tout à fait fantaisistes.

Je répond par mails:

Une secreéaire qui s'est viré sans préavis et avec violence constaté par un médecin à fini aux prud'hommes

Me dites vous que vous êtes habilité à juger des affaires de violence après un dépôt de plainte au commissariat.

Je ne mets pas en doute la parité ni même l'impartialité.

Je dit simplement que vous êtes sans le vouloir une barrière à l'accès pénal et que comme les entreprises payent et non les coupables. Il y a donc une explosion du nombre d'affaires puisque  les vrai coupables ne sont jamais puni.

Je ne mets pas en doutes votre bonne fois. Quand quelqu'un m'escroque ou me fait violence c'est du pénal sauf lorsqu'il s'agit de mon ex-patron. Donc un voyou va en prison et pour le patronat c'est l'entreprise qui paye

Je ne mets pas en doutes votre bonne fois et je pense que dans la majorité des cas vous êtes performant mais le problème est le système judiciaire qui dirige vers les prud'hommes des affaires qui ne devrait pas l'être.

En plus je vous que les conciliateurs sont un  barrage pour la tenu d'un procès.

Et enfin je commence à me demander si vous être vraiment qui vous dites et que si vous n'essayez pas de mon prendre à défaut. Si c'est le cas je vous signale que j'ai vos mails en copie. Si j'apprends que c'est le cas, il se pourrai que je me  fâche ............. 

Sans réponse j'envoie une autre mail:

Dans l'affaire Kerviel curieusement comme il s'agissait de protéger du scandale la société générale et que cette dernière n'aurai pas eu gain de cause aux prud'hommes. L'affaire c'est donc déroulé au pénal. Kerviel c'est vu condamner à de la prison et à rembourser 4,5 milliards d'euro.

Notez qu'il n'y a pas eu d'enrichissement personnel et de plus la société générale a réussi à récupérer sans rien dire les 4,5 milliards

Après de multi appel qui le condamne à nouveau, il porte plainte aux prud'hommes qui condamne cette fois la société générale mais comme le pénal prime sur les prud'hommes, kerviel reste coupable

Dans l'affaire Kerviel, il s'agit d'une affaire employeur employé qui aurai du être traité par les prud'hommes et que lorsque une pauvre secrétaire subit des violences, c'est dirigé vers les prud'hommes. Il est vrai que votre rôle n'est pas de juger mais de concilier et donc la délinquance patronale est absout par les prud'hommes. Votre devis le dit « Servir et concilier ». Mais dans la réalité s'est « Servir et concilier le patronat » et quant ce n'est pas possible à cause de scandale. Le système judiciaire vous zappe

Réponse du juge:

Vous racontez n’importe quoi ! Si notre rôle est de juger, mais c’est un procès civil pas pénal. Et encore une fois comment pouvez vous accuser les conseillers salariés de « servir et concilier le patronat » ? Des gens nommés par la CGT ou l’UNSA ? Vous plaisantez. Vous ne connaissez pas le fonctionnement des prud’hommes de façon évidente. Pour Kerviel, les prud’hommes ont condamné la SG justement, donc ce que vous dites est contradictoire. Et le pénal ne prime pas sur le civil, ce sont deux niveaux de juridiction différentes c’est tout. 

Je répond par mails:

Je n'accuse personne et j'ai bien dit aussi que les prud'hommes avait condamné la société générale mais après le procès en pénal. Comme le pénal prime sur le civil Kerviel reste condamné. Vous avez fait dans le cas Kerviel un bon travail qui est dans votre rôle.

Si ce travail avait été fait avant le pénal, il est certain que Kerviel n'aurai pas endurer se qu'il a endurer. Mais le système judiciaire a décidé autrement en attaquant directement Kerviel d'abord au pénal pour dédouaner la société générale. J'essaye unique de mettre en évidence un système judiciaire qui dirige les affaires en fonction d'un but qui n'est pas juste.

Je vous rappelle que vous ne m'avez pas répondu quant à votre compétence de juger des violences sur personne et oû des escroqueries.

Enfin je suis en train d'écrire un blog qui reprend les échanges que nous avons

Réponse du juge:

 Nous n’avons pas compétence a juger des violences, qui relèvent du pénal. On a des affaires de harcèlement moral, mais les preuves sont extrêmement difficiles à fournir or nous ne jugeons que sur des pièces, des écrits, des faits attestés. Nous n’avons aucun pouvoir d’instruction, je vous rappelle que c’est un procès civil qui est l’affaire des parties. Idem pour les escroqueries qui ne relèvent absolument pas des Prud’hommes.

Je répond par mails:

Pour moi l'affaire est close. Que le fait de diriger les affaires vers les prud'hommes implique l'impunité du patronat puisque c'est l'entreprise qui paye alors que lorsque le salarié est condamné çà sort de sa poche, il est puni.

Bonne soirée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.