Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

299 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2018

Travailler lorsque l’on est détenu : soulagement ou exploitation ?

Fabrice Guilbaud est sociologue, maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens. Il est l’auteur d’une thèse sur le travail en prison, et revient dans cet entretien sur l’ambivalente relation qu’entretiennent les personnes incarcérées avec leur statut de travailleur détenu.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Propos recueilli par Laure Anelli, de l'Observatoire international des prisons. Dossier "Travail en prison" 6/13.

© Grégoire Korganow / CGLPL

Le travail pénitentiaire peut-il être considéré comme un travail salarié ? Et les personnes détenues qui travaillent se considèrent-elles comme des travailleurs « comme les autres »?

On peut tout à fait considérer l’activité de travail qu’exercent librement les personnes détenues comme du travail salarié parce qu’il n’est pas forcé et qu’il est effectué en échange d’une rémunération. Quelques éléments de protection sociale associés au salaire sont également des marqueurs d’appartenance au salariat contemporain. Mais les hommes et les femmes détenues qui travaillent en prison sont confinés à la marge sociale et salariale, parce que l’accès à la norme salariale reste interdit par un régime juridique dérogatoire au droit du travail. Leur condition est en effet réglée par le Code de procédure pénale, qui interdit aux personnes détenues l’accès au contrat de travail classique. La qualité de personne détenue l’empêche d’être, en matière de travail, contractant·e, sujet de droit. Le droit pénitentiaire prohibe également toute forme de droit collectif. Et en cas de contestation, la sanction vient vite : on est privé de travail quelques temps (« déclassé » au moins) et éventuellement puni d’une sanction disciplinaire.

Tout cela, l’immense majorité des travailleurs et travailleuses détenues le sait. La plupart de celles et ceux qui sont en activité relativement continue depuis six mois à un an se considèrent rapidement comme travailleur ou travailleuse, mais leur condition salariale et sociale peut les amener à s’identifier à d’autres figures exploitées du salariat contemporain ou de se présenter comme un·e « esclave moderne ». On voit là comment la distance au droit commun et la faiblesse des salaires alimentent la conscience de faire partie d’un monde à part, le sentiment d’une infériorité sociale et salariale.

Vous écrivez que les détenus ont un rapport ambivalent au travail. Quel est, en dépit de conditions de travail peu reluisantes et de l’absence de statut protecteur, son intérêt pour les personnes détenues ?

Je parle d’ambivalence dans le sens où les travailleurs et travailleuses détenu·e·s peuvent critiquer ouvertement leurs conditions de travail, les salaires et la qualité du travail, tout en en étant très demandeurs. Ils et elles trouvent en effet dans le travail des ressources importantes pour résister aux conditions de détention et aux conséquences de l’enfermement. Travailler dans l’atelier, les cuisines ou les couloirs, c’est avoir la possibilité de se déplacer, de se mouvoir. Cette dimension spatiale est articulée à une dimension temporelle : au travail, le temps passe plus vite qu’en cellule ou ailleurs. Ces deux rétributions non-monétaires provoquent un attachement au travail plus ou moins intense selon la nature des activités, le temps passé en prison, le type de prison et de régime de détention. Il peut même parfois engendrer une déconnexion entre salaire et travail : certain·e·s affirment que sans travail, la vie serait bien trop difficile et qu’ils ou elles s’imaginent même travailler sans être rémunéré… tout en revendiquant parfois ouvertement, individuellement ou collectivement, de meilleurs salaires.

Comment l'administration perçoit-elle le travail ?

Le travail a plusieurs fonctions. C’est d’abord un instrument au service de la sécurité, parce qu’il vide les cellules, parce qu’il occupe, parce qu’il instaure une économie interne qui participe d’une régulation des échanges. Distribuer des salaires réduit les phénomènes de trafic, d’exploitation domestique ou sexuelle entre détenu·e·s. C’est cohérent dans la mesure où la prison reste d’abord définie par sa mission de garde, et l’on sait bien que la logique sécuritaire domine toute l’organisation.

Cela dit, la dimension plus contemporaine de la fonction d’insertion attribuée au travail, importante dans les discours et la communication de l’Administration pénitentiaire au niveau national et régional, émerge parfois aussi localement. Quasi inexistante en maison d’arrêt, cette fonction est davantage mise en avant en centre de détention. Même si, globalement, le travail reste rare : une personne sur trois en maison d’arrêt, et cinq à six sur dix en établissement pour peines ont un emploi.

L’absence de droit du travail peut-elle être vue comme un obstacle à cette mission de réinsertion ?

Oui, dans la mesure où dehors, l’expérience de travail en prison n’est souvent pas reconnue, simplement parce que les personnes libérées n’ont ni attestation ni contrat à faire valoir. On peut également considérer que c’est un obstacle au retour à la vie libre et à ses conditions parce que le travail effectué en prison n’ouvre pas droit au chômage indemnisé, et parce que le niveau de rémunération est souvent trop faible pour valider des trimestres dans le calcul des pensions en vue du passage à la retraite. Et cela est d’autant plus important à l’heure où les sorties de prison à un âge avancé et après de longues peines sont bien plus nombreuses qu’il y a vingt ou trente ans.

Le travail tel qu’il existe actuellement en prison participe-t-il réellement de la mission de réinsertion ?

Il est impossible de le dire car nous n’avons pas la moindre idée de ce que deviennent les personnes libérées, sauf si elles sont recondamnées. N’ayant pas connaissance du devenir social et professionnel des personnes libérées, on ne sait pas si le fait d’avoir travaillé en prison a une incidence sur leur parcours. Le fait qu’on ne s’intéresse au devenir des personnes détenues que lorsqu’elles reviennent vers la justice n’est qu’une preuve supplémentaire de la focalisation contemporaine sur la récidive et la sécurité. Et d’un désintérêt global pour la question sociale.

______________

Retrouvez les précédents articles de notre dossier "Travail en prison" :
- Travail en prison : une mécanique archaïque (1/13)
- Travail en prison : la servitude organisée (2/13)
- Inspecteur du travail en prison : un pouvoir limité (3/13)
- Comment réformer le travail en prison (4/13)
- La défense par les centrales syndicales des travailleurs détenus (5/13)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot