Oh My Doc !
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

« Ghost song », tempête de fureurs, en salle le 27 avril

Nicolas Peduzzi signe avec « Ghost Song » un voyage dans une Amérique où l'arrivée du cyclone Harvey dope toute une jeunesse qui crie sa rage de vivre. Impressionnant.

Oh My Doc !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bande annonce « Ghost song » © Tempête de bandes-annonces sur le Web

Ghost song est un documentaire envoutant, une sorte d’odyssée qui mixe un réel que l’on prend en pleine face et des scènes où les personnages semblent jouer leur propre rôle. Un film déjanté, véritable œuvre de cinéma irrigué par une bande-son ciselée par Jimmy Whoo à partir des musiques de Houston. Sans doute parce que son réalisateur, Nicolas Peduzzi, connait bien les protagonistes de son film et la ville dans laquelle ils évoluent, Houston.

En 2018 était sorti Southern Belle, son premier film, le quotidien de son ex-petite-amie Taelor Ranzau, héritière du plus grand exploitant pétrolier du Sud des Etats-Unis, tombée dans la drogue, l’alcool et fricotant avec les armes. C’est durant ce tournage qu’il rencontre Will puis Alexandra qui se retrouvent aujourd’hui dans Ghost Song.

Nous sommes en 2017. Alors que l’ouragan Harvey s’apprête à lâcher un déluge sur Houston, la rappeuse et ex-cheffe de gang Alexandra (OMB Bloodbath), un fils de riche renié devenu sans-abri Will (William Folzenlogen) et Nate (Nate Nichols) se battent avec leurs démons pour survivre dans une ville qui semble dévorer aussi bien les gens que les rêves. Dans cette atmosphère suspendue à l’apocalypse, ces trois habitants des bas-fonds de la ville vont faire entendre leur colère, vont puiser toute leur énergie pour tenter d’échapper à la damnation, vont par instant se libérer du carcan du loser pour déclamer leur rage de vivre. Ghost song a quelque chose du théâtre, mais ce n’est pas de la comédie.

Il y a la musique comme mode d’expression sous toutes ses formes, comme dans ce duo de guitares où Will et son oncle règlent leurs histoires de famille lors d’une improvisation mémorable ; les règlements de compte entre gangs : Alexandra dit avoir vu vingt potes mourir en deux ans et lâche les dollars dans un club de lap dance ; les addictions aux opiacés, illustration parfaite des effets des amphétamines administrées dès le plus jeune âge aux enfants hyperactifs ; la paranoïa, les hallucinations et… le rêve américain qui forcément pourrait tout transformer en or.

Ghost song filme l’Amérique de ceux qui ne sont même pas déclassés, n’ayant jamais été classés quelque part. L’Amérique de la folie, de la fureur, de la férocité, celle d’une jeunesse d’autant plus animée par l’urgence de vivre qu’un ouragan pourrait l’emporter.

C’est ravagé et ravageur. Détraqué mais salvateur. 

Sophie Dufau, journaliste à Mediapart

***

Ghost song
de Nicolas Peduzzi,

1h16. Sortie en salle le 27 avril 2022

Ce film a reçu le label “Oh my doc !” créé en 2020 par France Culture, la Cinémathèque du documentaire, l’association Les Écrans, la plateforme Tënk et Mediapart afin de chaque mois soutenir la sortie en salle d’un documentaire remarquable.

Il a été présenté au festival de Cannes 2021 dans la programmation de l'ACID (association du cinéma indépendant pour sa diffusion) et a reçu en 2021 le prix du meilleur film Révolution Permanente du Festival de Sevilla à Seville (Espagne).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils