Oh My Doc !
Le label du documentaire lancé par Mediapart et quatre autres partenaires
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2022

Oh My Doc !
Le label du documentaire lancé par Mediapart et quatre autres partenaires
Abonné·e de Mediapart

« Aya », porte-parole d'une île bientôt engloutie

Sélection du Label Oh My Doc, présenté à Cannes l’an passé, « Aya » raconte le destin d'une adolescente sur une île de Côte d’Ivoire et sur fond de changement climatique. Signé Simon Coulibaly Gillard, il sort en salle aujourd’hui, 12 octobre.

Oh My Doc !
Le label du documentaire lancé par Mediapart et quatre autres partenaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aya est têtue. Alors que son village est menacé par l’érosion du littoral, elle refuse l’avenir que sa mère conçoit pour elle : quitter l’île de Lahou, aller vivre et travailler à Abidjan. Parce que le lieu semble paradisiaque et qu’Aya est une adolescente joyeuse, elle prévient : « La mer peut venir, je ne m’en vais pas ! ». Les riverains ont beau devoir déplacer le cimetière face à la montée des eaux, reconstruire leur maison « mangées par les vagues » à l’intérieur des terre, Aya veut rester, coûte que coûte.

Bande annonce de « Aya », de Simon Coulibaly Gillard

Joliement filmé et scénarisé, Aya est aussi particulièrement intéressant par sa conception : il mêle documentaire et fiction. Le réalisateur belge Simon Coulibaly Gillard, dont c’est ici le premier long métrage, est arrivé sur cette île par hasard, après une panne de voiture. Une visite des lieux avec le chef du village, la rencontre avec les habitants qui déterrent leurs morts l’ont convaincu d’en faire un film. « En une dizaine d’années, un phare, des hôpitaux, une mairie, une prison et une partie du cimetière ont progressivement été engloutis », raconte-il dans un entretien au site InfoDurable.

Il y restera presqu’un an, travaillant avec les villageoises et villageois l’histoire de cette jeune femme, jouée par Marie-Josée Degny Kokora : « Dans Aya, tout est véridique : je n'ai pas écrit un scénario en Belgique pour aller l'appliquer en Côte d'Ivoire. Ce sont bien les histoires de ce village qui sont filmées, précise-t-il à France Info Afrique. La fiction se situe dans le fait que le scénario est écrit à plusieurs mains. Un oncle, un voisin ou encore une grand-mère racontent une histoire et je souhaite la voir dans le film. Et la seule manière d'y parvenir est de la faire vivre à mon héroïne Aya qui devient alors la porte-parole de cette île. »

Sans jamais marteler les conséquences du changement climatique, ce film parvient, à travers cette attachante adolescente, à raconter la fin d’un monde : celui de l’enfance et celui de la planète.

Sophie Dufau
Journaliste à Mediapart

***

Aya de Simon Coulibaly Gillard,
1h 31min. Sortie en salle le 12 octobre 2022

Ce film a reçu le label “Oh my doc !” créé en 2020 par France Culture, la Cinémathèque du documentaire, l’association Les Écrans, la plateforme Tënk et Mediapart afin de chaque mois soutenir la sortie en salle d’un documentaire remarquable.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte