OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2017

Violences conjugales, pas d'impunité, les femmes ont droit à la sécurité

Cela doit cesser. Dans la France d'aujourd'hui, 1 femme meurt, tous les 3 jours, sous les coups de son compagnon, soit des milliers sur les années. Pour elles, pas de deuil national, pas de commémoration. Plus de 200 000 subissent des violences conjugales sans que l'agresseur ne soit inquiété et sans que l'état et la société ne s'en émeuvent.

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1 femme décédée tous les 3 jours sous les coups de son compagnon, soit plus de 100 par an, et encore les associations estiment que ce chiffre est sous-estimé.

Sur dix ans, ce sont donc plus de 1000 femmes décédées dans de telles circonstances.

223 000 femmes victimes de violence conjugales, en 2015, selon la plus récente étude Insee.

60 000 appels par an au numéro d’appel de Violences Femmes info (3919)

Dans la France d’aujourd’hui, si fière de ses valeurs et de sa civilisation, des dizaines de milliers de femmes vivent donc une situation assimilable à de la torture, physique et psychologique.

Des milliers, sur les années, sont mortes, victimes de coups de feu, de coups de couteau ou de poing, étranglées, le corps portant des traces de brûlure, de lacération, les cheveux arrachés. Elles partent dans l’indifférence quasi générale. Pour elles, pas de jour de deuil ou de commémoration nationale. Pas de liste de noms et de portraits dans les journaux.

D’autres, qui n’en meurent pas, voient leur calvaire se prolonger sans savoir vers qui se tourner pour demander de l’aide ou sans s’y résoudre - craignant souvent, comme les victimes de harcèlement sexuel, de ne pas être entendues et de se retrouver encore plus démunies face à  leur agresseur, lequel peut continuer à agir en toute impunité.

La société refuse-elle de regarder en face les criminels qu’elle a elle-même engendrés, indépendamment d’un endoctrinement   extérieur ?

 Pourquoi seulement 14 % des victimes portent-elles plaintes ?

Au-delà de l’extrême difficulté pour elles de se libérer de l’emprise de leur bourreau, les témoignages récurrents et édifiants disent le peu de soutien qu’elles reçoivent lorsqu’elles ont le courage de se rendre dans un commissariat (on ne mesure pas comme cela leur est difficile) ainsi que l’absence de protocoles d’accueil/suivi des femmes agressées dans les instances responsables.

Nous ne pouvons plus attendre. Il faut de toute urgence un plan, ciblé et de grande envergure, pensé sur la durée avec des actions très concrètes qui toucheraient le système d’enseignement, les médias & la pub, la police & la justice, le système hospitalier & les structures d’accueil/accompagnement.

De nombreux intervenants/associations y réfléchissent depuis longtemps, qui ont acquis une expérience précieuse en tentant de remédier au jour le jour à la carence des pouvoirs publics et de la société. Il faut les aider à mettre en commun leur réflexion et accélérer la mise en place d’un système d’alerte et de procédures d’intervention lorsqu’une femme agressée se présente dans un hôpital, un commissariat ou saisit les services d’assistance sociale.

Il faut aussi mettre en place un service juridique d’accompagnement adéquat.

Enfin, immédiatement, le lancement d’un numéro d’urgence national s’impose, qui serait diffusé largement dans les médias, par les chaînes de télévision, les journaux, les gazettes municipales…

Cela a été fait pour la sécurité routière, les enfants

Cela doit être fait pour les femmes victimes de violence conjugales

Assurer la sécurité des femmes doit figurer parmi les premières priorités nationales

Dans ces conditions, la décision du gouvernement de diminuer le budget du Secrétariat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes est incompréhensible. En réduisant son soutien alors qu’il faudrait l’augmenter, et de manière significative, l’Etat se rend complice par son inaction de cette situation.

Si le gouvernement ne revient pas sur cette décision, il apparaîtrait clairement que, dans ce domaine comme dans d’autres, les discours humanistes prononcés du haut des tribunes, ne sont que de la poudre aux yeux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat