OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2016

Le nouveau chef de la police israélienne, nos mères pleurent leurs enfants. Les mères arabes non

Dans Eau sainte, Uri Avnery commente la nomination de ce nouveau directeur, nationaliste ultra-religieux, au passé de colon.

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eau sainte, Uri Avnery, 29 février 2016, (traduction des extraits par OE)

 Il est sorti de nulle part. Littéralement.

 Il fallait un nouveau directeur à la tête de la police israélienne. Le mandat du dernier était terminé ; plusieurs hauts officiers sont poursuivis pour violences sexuelles sur la personne de leurs subordonnées et l’un d'entre eux a tenté de se suicider après avoir été accusé de corruption. Le nouveau directeur devait donc venir de l’extérieur.

La décision de Benjamin Netanyahou a étonné tout le monde. Roni Alsheikh ? D’où sortait-il ?

Il ne ressemble pas à un policier, mis à part la moustache. Ses responsabilités passées n’ont absolument rien à voir avec les activités de la police. En fait, il était le directeur adjoint du Shin Beth – le service de sécurité intérieure….Sa lignée, côté paternel, est yéménite, sa mère est marocaine.

Il est le premier chef de la police à porter une kippa. Egalement, le premier qui fut colon. Nous attendions donc tous sa première prise de parole significative. Elle est venue cette semaine et elle concernait les mères qui pleurent leurs enfants.

Le deuil, affirma Alsheikh, est réellement un sentiment juif. Les mères juives pleurent leurs enfants. Les mères « arabes » (les guillemets sont de nous) non. C’est pourquoi elles laissent leurs enfants lancer des pierres à nos soldats, tout en sachant qu’ils tomberont probablement sous les balles.

Cela semble primitif ? Ça l’est parce que c’est primitif.  Il est assez effrayant que le nouveau chef de la police, l’homme chargé de faire appliquer la loi et l’ordre, ait de telles idées primitives. 

Il y a quelques jours, notre ministre de la Défense, Moshe Yaalon, qui contrôle un empire beaucoup plus vaste, a tenu le même discours. Le deuil arabe ne peut être comparé au deuil juif. Les Juifs, en effet, aiment la vie tandis que les Arabes aiment la mort.

Lorsque nos braves soldats (nos soldats sont braves) sacrifient leur vie pour défendre l’existence de notre nation, les terroristes arabes mènent eux des missions suicides afin d’aller au paradis. Leurs mères les encouragent. Les Arabes sont ainsi.

Tous ces supers patriotes sont trop jeunes pour se souvenir qu’autrefois, en Palestine, les mères juives encourageaient leurs fils et leurs filles à rejoindre les organisations clandestines luttant contre l’occupation britannique (une lutte pour la vie, bien sûr).  Les policiers britanniques pensaient sans doute que les mères juives avaient les mêmes motivations – oubliant que, seulement quelques années auparavant, des millions et des millions de chrétiens d’Europe s’étaient enrôlés avec la bénédiction de leurs mères et s’étaient entretués. Pour la vie et la liberté…

(Fin de la partie extraits)

La kippa du nouveau commandant de la police israélienne amène Uri Avnery à rappeler certaines réalités :

-         le sionisme est apparu à la fin du 19ème siècle, ses promoteurs étaient athées et ne croyaient pas en un Dieu qui aurait « exilé » les juifs (le premier ministre de la France n’hésite, pourtant, pas tweeter au dîner du CRIF : "il y a aussi la haine d’Israël, l’antisionisme qui n’est qu’un autre synonyme de l’antisémitisme" ;   

 -        du temps de sa propre jeunesse, l’on ne parlait pas « d’état juif » mais « d’état hébreux » ;

 -        la « miraculeuse victoire » de l’armée israélienne en 1967 et la conquête de l'ensemble du territoire de la Palestine jusqu’au Jourdain, avec tous les lieux saints, ont donné une nouvelle impulsion au sentiment religieux.

 Uri Avnery conclut en faisant remarquer : « La religion ainsi ragaillardie est étroitement liée à une idéologie d’extrême droite, ultra-nationaliste, prônant la haine des arabes. C’est la vague sur laquelle, Netanyahou – opportuniste, super nationaliste, non religieux et ne mangeant pas kasher – surfe aujourd’hui. Pratiquement, tous les jours – littéralement – de nouvelles lois et décrets à caractère nationaliste religieux apparaissent ».  

Comme exemples récents de cette dérive, Uri Avnery cite :

 -        le projet de loi stipulant qu’en cas de doute, les juges doivent “consulter” la loi juive, la Halacha, "dont une partie a été élaborée il y a 2500 ans, et qui traite les femmes comme des êtres inférieurs et condamne les homosexuels à la lapidation » ;

 -        les licenciements d’enseignants réfractaires à l'idéologie dominante ;

 -        les manœuvres du ministre de l’Education afin de s’assurer que les « agitateurs » nationalistes et religieux aient le plus de représentants possible au sein du prestigieux Conseil de l’enseignement supérieur.

 http://zope.gush-shalom.org/home/en/channels/avnery/1456503214/

 Uri Avnery, quelques données bibliographiques :

Anticolonialiste, Uri Avnery défend les droits du peuple palestinien. Ecrivain et journaliste, il siégea comme député à la Knesset de 1965 à 1973, puis de 1979 à 1981.En 1993, il créa l’ONG Gush Shalom (Bloc de la paix). Symptomatique du courage et de la détermination de Uri Avnery est l’initiative qu’il prit en juillet 1982, durant la guerre du Liban, de traverser la ligne de front pour rencontrer Yasser Arafat. C'était la première fois qu'un leader de l'OLP rencontrait publiquement un Israélien en vue de discuter d'une résolution du conflit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber