OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2021

B'TSELEM - Israël Palestine :La violence actuelle résulte du régime d’apartheid

Les lois, les ordres militaires, les bureaucrates, les décideurs et les juges qui soutiennent le système restent pour la plupart invisibles.

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux poids, deux mesures, telle est la règle lorsqu’il s’agit d’Israël et de la Palestine. L’on n’en peut plus d’entendre les proclamations diplomatiques routinières des démocraties « modèles » d’Occident, appuyées comme il se doit par soutien militaire – ventes/achats d’armes et financement américain de 4 milliards de dollars par an – et contrats juteux.

 Israël a le droit à la sécurité ? Et les Palestiniens ?

 N’ont-ils pas droit à vivre, travailler, dormir, se déplacer n sécurités sans risquer d’être agressés par des suprématistes déchaînés, ivres de leur impunité, emprisonnés sans procès pour une durée indéterminée, ou blesser/tuer par une balle dans le dos ?  Leurs vies ne comptent-elles donc pas comme celles des Ouïghours ? Combien de temps devront-ils encore vivre, asphyxiés, sous la botte de l’Occupant ?

En termes concis et forts, l’organisation B’Tselem rétablit la réalité dans une annonce publiée en première page du @Haaretz aujourd’hui, du 14 mai 2021

B’Tselem : « La violence actuelle dans tout Israël/Palestine est le résultat du régime d’apartheid qui contrôle toute la région »

Les événements de ces derniers jours – à Gaza et à Lod, à Jérusalem et Haïfa, à Naplouse et à Acre – sont le résultat du régime d’apartheid entre la mer et la Jordanie. Un régime dans lequel environ la moitié de la population d’Israël / Palestine – les juifs – peut jouir d’une vie et d’une protection des droits humains bien remplies, tandis que l’autre moitié – les Palestiniens – ne le peuvent pas.

L’effroyable violence de rue à laquelle nous assistons est déchirante, terrifiante et doit être condamnée avec force. Toute violence contre des civils est absolument répréhensible. Pourtant, la violence est plus profonde que ce qui peut être filmé.

La gamme de mesures employées par le régime israélien pour assurer la suprématie juive est intrinsèquement violente. Les frappes aériennes et les grenades assourdissantes sont visibles, tandis que les lois, les ordres militaires, les bureaucrates, les décideurs et les juges qui soutiennent le système restent pour la plupart invisibles.

« Rétablir l’ordre » signifie que les Juifs retourneront à leur vie paisible, tandis que les Palestiniens continueront à vivre sous une botte : soumis à une violence constante, implacable et invisible.

Une réalité fondée sur la violence organisée n’est pas seulement immorale – elle est un danger pour nous tous.

C’est pourquoi la Déclaration universelle des droits humains a proclamé, en 1948 : « Il est indispensable, pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression, que les droits humains soient protégés… »

Nous méritons tous de vivre sous un régime qui assure la justice et la même qualité pour les deux peuples. Un régime qui donne à tous ceux qui vivent ici le droit à la vie, à la sécurité et à la liberté de créer, d’apprendre, de rêver et d’aimer.

Nous désirons tous la vie. Pour chacun d’entre nous.

BTselem : "La violence actuelle dans tout Israël/Palestine est le résultat du régime d'apartheid qui contrôle toute la région" - UJFP En Israël-Palestine

La loi du silence

Prise de position digne et courageuse, à l’heure où les autorités françaises veulent « silencier » le mouvement de solidarité en interdisant une manifestation convoquée, il y a plusieurs jours, pour ce samedi 15 mai.

Ailleurs, notamment au Canada, ceux qui veulent maintenir la loi du silence? s’activent aussi et dans tous les milieux, dont l’université. Récent exemple : une décision de l’Université de Toronto qui, après appel d’un riche donateur, s’est opposé au choix d’un jury académique constitué pour sélectionner la tête du Programme sur les droits de la personne de la Faculté de droit. Le refus d’engager Valentina Azarova - une chercheuse de grande renommée, qui a enquêté, entre autres,, sur les violations des droits de la personne du peuple palestinien - a suscité des démissions en chaîne ainsi que le lancement d’une campagne visant à inciter l’Université à revenir sur sa décision.

Chronique publiée par Emilie Nicolas, dans le journal québecois, Le Devoir.

https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/600851/les-raisons-du-silence

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.