OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2016

L'étrange entreprise de réinvention de la langue française du Premier ministre

Jérôme Ferrari, chroniqueur à La Croix, épingle les inepties du premier ministre de la République française qui veut imposer, avec ses techniques éprouvées d'intimidation et de répétition, son cadre de référence négationniste de l'histoire, de la science et de la recherche

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La chronique de Jérôme Ferrari, Synonymes inattendus, le 14/03/2016 à 13h15           

S’il est une réforme que Manuel Valls est en train de mener avec succès, c’est celle de la langue française. Il est particulièrement injuste que nul n’ait songé à l’en féliciter ; car, grâce à lui, notre lexique sera bientôt débarrassé des termes redondants qui l’encombrent inutilement. Nous y gagnerons certainement en clarté et, surtout, en simplicité. Ainsi, après nous avoir révélé que « comprendre » ou « expliquer » signifiait tout bonnement, et sans que personne ne s’en avise jusqu’ici, « excuser », voilà qu’il nous apprend qu’« antisémitisme » et « antisionisme », dont on pouvait croire naïvement qu’ils désignaient deux réalités différentes, sont en fait rigoureusement synonymes (1).

>Lire  : Antisionisme et antisémitisme sont-ils synonymes ?

Sans préjuger des stupéfiantes découvertes que le premier ministre ne manquera pas de livrer à notre admiration dans les prochaines semaines, peut-être sur le sens du verbe « gouverner », en voilà déjà deux, considérables, qu’on peut d’ores et déjà porter à son crédit et qui méritent à coup sûr un commentaire.

Pour être franc, il est à mes yeux tout à fait mystérieux qu’on puisse sérieusement confondre « expliquer » et « excuser », quoique cette confusion ne cesse d’être faite et, qui plus est, revendiquée depuis les attentats de janvier 2015. Je crains qu’elle ne soit pas une erreur qu’on pourrait corriger (par exemple en consultant un dictionnaire) mais un symptôme, celui du règne hégémonique de l’émotion et qu’à ce titre elle résiste à toute tentative rationnelle de réfutation. Que le premier ministre la reprenne à son compte, en invalidant a priori tout travail universitaire, pire encore, en accusant implicitement les chercheurs en sciences sociales de complaisance envers les terroristes, cela, c’est une honte. J’éclairerai peut-être une distinction qui apparemment, malgré sa simplicité, lui échappe, en précisant que, si sa prise de position peut fort bien s’expliquer par des motifs bassement démagogiques, il n’y a là rien qui puisse l’excuser. Comme rien ne peut excuser que, au dîner du Crif, il ait publiquement assimilé critique d’Israël et antisémitisme.

Ce ne sont pas là de pures et simples inepties. On pourrait effectivement citer des articles dans lesquels les causes économiques et sociales sont présentées comme des excuses ; de même, il n’est pas contestable qu’un certain antisionisme dissimule un authentique antisémitisme – sans qu’on puisse aisément déterminer lequel est la conséquence de l’autre. Mais il est évidemment absurde d’en conclure que tout sociologue abrite un djihadiste assoiffé de sang, ou que tout critique de l’admirable politique israélienne actuelle est un admirateur de Faurisson. Ce n’est pas seulement absurde sur le plan logique : c’est une ignominie morale doublée d’une faute politique. L’existence de contradicteurs de bonne foi est niée, le débat politique est criminalisé, la complexité et la diversité des opinions sont réduites à une opposition binaire et radicale à laquelle il devient impossible d’échapper et l’espace du désaccord raisonnable, vital en démocratie, se transforme en champ de bataille.

Suite sur :

http://www.la-croix.com/Debats/Chroniques/Synonymes-inattendus-Jerome-Ferrari-2016-03-14-1200746548

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal — Évasion fiscale
Le géant du BTP Fayat fuit l’impôt à l’île Maurice
Le groupe bordelais de BTP Fayat a mis en place une société offshore à l’île Maurice, en lien avec ses activités en Afrique, et a supprimé l’an dernier dix emplois en France pour faire tourner ce montage fiscal à plein régime.
par Yann Philippin
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener