OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2016

L’échappée belle des artistes palestiniens, Béatrice Bouniol, La Croix, 19 février

Science-fiction, apocalypse, stratégie utilisée par la taupe pour creuser des tunnels et se déplacer...un éventail des sources d'inspiration des artistes de Palestine confrontés à l'enfermement et des moyens créatifs qu'ils mettent en œuvre pour y échapper

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Neuf mètres carrés. La pièce dans laquelle Nidaa Badwan s’est retranchée, au premier étage de la maison familiale de Deir-Al-Balah, dans la bande de Gaza, lui sert d’atelier et de chambre. Même lorsque les corps sont contraints, les photographies voyagent.

Les siennes ouvrent l’exposition « La Palestine à l’IMA », qui présente le travail de cinq artistes contemporains palestiniens, hantés par le contrôle de l’espace.

Un mur gris, froid, opaque

Sur ses tirages où le vert, l’orange et le rouge tiennent tête à l’obscurité, elle pose. Entourée des tissus, de légumes, sur un lit tendu de couleurs, devant sa machine à écrire, dans la position du lotus ou la jambe étirée comme une danseuse, le visage fièrement relevé ou caché par le bras qui essuie des larmes. Sur ces autoportraits, la dérision affleure autant que le drame, la vie s’expose et résiste à l’intérieur, fuit l’asphyxie du dehors en habitant une étroite retraite.

Car, dès l’entrée, on se heurte à un mur. Tout près des photographies de Nidaa Badwan, il se dresse jusqu’au plafond. Gris, froid, opaque. Fissuré toutefois, il laisse apparaître les installations vidéo de Khaled Jarrar, qui vit à Ramallah.

Les images en boucle rendent hommage au mouvement, aux stratégies réelles ou imaginaires pour contourner l’obstacle. « L’histoire des Palestiniens peut se lire comme une réduction progressive de l’espace et un contrôle sur les corps, précise Shereen Suleiman, commissaire de l’exposition. Nous voulions montrer comment les artistes “cassent” les murs et la résistance active que ce passage implique. »

Ressentir les contraintes de l’espace

Sur les écrans se succèdent les scènes d’une vie quotidienne empêchée : des corps se hissent le long du mur, descendent sous terre dans la boue, des doigts grattent le sol pour se rejoindre, des regards se devinent par une minuscule fente, du pain transite.

Dessus, dessous, la vie se blesse, s’enfonce, s’infiltre. « Un jour, j’ai aperçu une taupe, raconte Shadi Al Zaqzouq, qui vit en France et ne connaît pas son village d’origine, Jaffa. J’ai été fasciné par sa façon de creuser des tunnels pour pouvoir se déplacer. Et m’est apparue cette idée que les Palestiniens pourraient prendre n’importe quelle forme pour s’adapter. »

Au centre de la pièce, peinte à sa demande en « gris mur », la terre retournée signale l’entrée d’un tunnel imaginaire qui mène au territoire dessiné en face, comme en trompe-l’œil. Si l’on peut regretter la taille modeste de l’exposition, on doit souligner la force des échos qu’elle fait naître entre les œuvres.

L’exiguïté des lieux, en sous-sol, permet au visiteur de ressentir les contraintes de l’espace. Il lui faudra d’ailleurs descendre encore quelques marches pour se retrouver « dedans ». Encerclé, surplombé, oppressé par les 2 500 cartons troués de fenêtres et empilés de Bashir Makhoul – une œuvre collective réalisée en dix jours grâce à l’aide de bénévoles. Soudain, l’occupation est une émotion.

« Pour exister en tant qu’artistes, il nous faut inventer, créer de nouveaux moyens de résister »

La force politique d’une telle exposition pouvait aussi en être la faiblesse. Les œuvres présentées évitent avec finesse cet ultime piège, à l’image de celle de Larissa Sansour.

Être considéré comme « artiste palestinien » « n’est pas forcément un avantage, confie-t-elle. Pour exister en tant qu’artistes, il nous faut inventer, créer de nouveaux moyens de résister. La science-fiction me permet de parler autrement du présent, de montrer ce qui pourrait arriver si rien ne change. Dans mon travail, je me suis aussi inspirée de l’Apocalypse. Cela fonctionne très bien avec l’histoire palestinienne. »

Un film de neuf minutes, une affiche et une série de photographies composent le récit d’anticipation de cette artiste née à Bethléem, aujourd’hui londonienne. Une dystopie, une tour géante dans laquelle les Palestiniens peuvent enfin « vivre la belle vie ».

Chaque ville a son propre étage, accessible par un vestibule où sont reconstitués les lieux emblématiques, Jérusalem au 3e, Ramallah au 4e, Bethléem au 5e.… Valise et visa en main, l’artiste se filme dans le vaste hall futuriste, dont la blancheur tranche avec le paysage embrasé par le soleil couchant, jusque dans son appartement, dont l’olivier qu’elle arrose craquelle le sol lisse. Le dernier plan du film gomme toute naïveté : la tour est entourée de murs. La fable n’est pas coupée du monde. Elle y échappe.


repères

Autour de l’exposition

Festival Ciné-Palestine, 26-28 février. Une programmation de courts et longs métrages, réalisés par de jeunes artistes. Fix Me de Raed Andoni ; No Exit de Mohanad Yaqubi ; Roubama de Rakan Mayasi ; La Pierre de Salomon de Ramzi Maqdisi ; Soleil privé de Rami Alayan ; Suspended Time, œuvre collective ; Les 18 Fugitives d’Amer Shomali et Paul Cowan.

Gaza inédite, du 17 au 19 mars à Paris (IMA, Bulac, Institut des cultures d’Islam), 21 mars au MuCEM à Marseille. Colloque scientifique traitant de l’histoire contemporaine et des aspects sociaux, urbains et politiques à Gaza. Il réunira à Paris et à Marseille des chercheurs, journalistes, diplomates, artistes, humanitaires, politiques et citoyens engagés.

Institut du monde arabe, Paris 5e, salle d’exposition temporaire (niveau -1/-2)

5 € tarif plein/3 € tarif réduit.

Programme détaillé sur www.imarabe.org

http://www.la-croix.com/Culture/Expositions/L-echappee-belle-artistes-palestiniens-2016-02-19-1200741259

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz