OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2017

Le blues des diplomates européens en Palestine, Sylvain Cipel, Orient XXI

Invités par la Mission de l'UE en Palestine à prendre connaissance des projets financés, 9 journalistes ont constaté l'obstruction systématique des Israéliens à leur réalisation. Sylvain Cipel rend compte concrètement de l'étranglement économique et de la destruction des communautés que les diplomates en poste essaient de contrer. Vainement, vu le manque de volonté politique de l'UE

OLIVIA ELIAS
Poète et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le blues des diplomates européens en Palestine, Sylvain Cipel, Orient XXI, 27 avril 2017

Supposée favoriser un développement économique de la Palestine, la zone franche de Jéricho dans la vallée du Jourdain est soutenue financièrement par l’Union européenne. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, tant Israël multiplie les obstacles, détruisant ou empêchant toute initiative allant dans le sens d’une amélioration de la situation des Palestiniens

Les journalistes ont été à même de constater la myriade d'obstacles rencontrés dans divers lieux : zone franche de Jéricho, Toubas au nord de Naplouse (une usine d'épuration des eaux est en construction pour réutilisation dans l'agriculture mais le moindre soldat peut bloquer l'acheminement par camion du matériel) ; Khirbet Abdallah Younis, au nord-ouest de Jénine (village cloîtré entre le Mur et la Ligne verte, ligne d'armistice de 48) ; À Khirbet Tana, près de Naplouse (communauté bédouine en butte à la persécution  continue des colons et des soldats), etc., etc.

 Pour plus d'exemples, consulter, l'article...

Des diplomates impuissants face aux contradictions de la politique de l'UE

« Je me demande souvent si nous ne sommes pas finalement un rouage de la machine incessante à l’œuvre pour renforcer la présence israélienne dans les territoires palestiniens. Bien sûr, ici et là nous empêchons certains dégâts, nous obtenons parfois des succès, mais dans l’ensemble ne contribuons-nous pas beaucoup plus à maintenir la fiction d’une Autorité palestinienne qui n’a en réalité pas de pouvoirs », permettant à Israël d’agir à sa guise ? Ainsi s’interroge ouvertement un employé de la délégation de l’UE en Palestine. Un diplomate d’un État disposant d’un consulat en Cisjordanie abonde. « Nous, Européens, continuons à nous battre pour préserver les accords d’Oslo. Cependant aujourd’hui les Israéliens disent qu’en zone C Oslo leur permet de faire comme bon leur semble. Et ils refusent tout débat sur le sujet. Dès lors, je me demande si je contribue à l’établissement d’un futur État palestinien qu’ils rendent chaque jour plus impossible ou au maintien de l’occupation ? » Cette question le taraude d’autant, ajoute-t-il, qu’elle n’aura de réponse que dans l’avenir. « Si un État palestinien voit le jour, nous y aurons contribué. Si c’est l’inverse, nous aurons facilité la croyance en une fiction et financé l’occupation ». Car, rappelle ce diplomate, le soutien financier européen aux Palestiniens permet à Israël de se dispenser de nombre de ses devoirs d’occupant prévus par le droit international. Sans l’AP et les financements européens et américains, Israël aurait dû payer la plupart des services fournis par l’AP et ses personnels.

À titre individuel, quelques-uns de ces fonctionnaires et diplomates européens tiennent un discours plus désabusé encore, évoquant une politique israélienne du type « village Potemkine » (trompe-l’œil à des fins de propagande), où il ne s’agit que de préserver l’illusion d’une normalité fictive. « En réalité, nous indique un interlocuteur européen, les Israéliens ne cherchent à rien solutionner, au-delà de leur propre sécurité. Au contraire, ils espèrent que le pourrissement amènera de plus en plus de Palestiniens à lâcher prise, pour étendre progressivement leur emprise sur la Cisjordanie. Jusqu’ici, cette politique leur a réussi ». Comme tous les autres, il s’exprime anonymement. Et qu’adviendrait-il s’il disait publiquement ce qu’il pense ? « Je serai viré dans l’instant ».

http://orientxxi.info/magazine/le-blues-des-diplomates-et-des-personnels-europeens-en-palestine,1819

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod