"Le dé-développement économique de la Palestine" Olivia Elias, note de lecture

Conclusion de la note de lecture signée par Jean-François Mignard, rédacteur en chef de la Revue Hommes & Libertés de la LDH : "la lecture de cet ouvrage donne des clés précieuses permettant une meilleure compréhension d’une situation économique qui redouble et accentue les atteintes aux droits des Palestiniens".

En complément de mon billet de ce jour concernant les Actes du Colloque sur l'économie palestinienne organisé par le CVPR-PO en avril 2015, il me paraît intéressant de publier l'analyse très fine faite par J.F. Mignard de l'ouvrage   "Le dé-développement économique de la Palestine" (Olivia Elias, AFPS, octobre 2013).

"La question palestinienne est généralement évoquée et analysée sur les plans politiques, historiques, militaires ou géostratégiques, elle est rarement abordée à partir des réalités économiques vécues par le peuple palestinien, si ce n’est au travers du miroir déformant de médias laissant croire encore, dernièrement, à un miracle économique, première étape d’un règlement de la confrontation israélo-palestinienne au travers d’une « paix économique », elle aussi… Loin des phantasmes idéologiques qui font rimer mécaniquement croissance, marché et démocratie ou état de paix, c’est de tout autre chose que nous convie à découvrir Olivia Elias, dans ce numéro des Cahiers de l’AFPS (Association France Palestine solidarité), consacré au dé-développement économique de la Palestin

Au prisme de ce néologisme forgé par l’économiste et chercheuse américaine Sara Roy, l’auteure de ce petit opuscule démonte de façon informée, pédagogique, et pour une fois un peu synthétique, le processus d’asservissement et de démantèlement économique auquel se livre depuis maintenant des dizaines d’années l’Etat d’Israël à l’encontre des Palestiniens. Il ne s’agit pas là d’un pamphlet ou d’une dénonciation rhétorique, mais d’une étude économique s’appuyant sur des rapports d’organisations internationales peu discutables et illustrant les éléments d’analyse par des exemples concrets (industrie des technologies de l’information, production pharmaceutique…), dans une approche intégrant l’histoire de la région. De 1967 aux accords d’Oslo et au protocole de Paris de 1994, si les formes sont différentes, la logique est la même : mise sous contrôle militaire, spoliations multiples, exploitation coloniale, mise en danger progressive du développement humain… sous le regard d’une communauté internationale muette, quand elle ne regarde pas ailleurs.

Opportunité de prise de distance avec une représentation médiatique très partielle, quand elle n’est pas partiale, de ce qui se vit dans les territoires occupés et la bande de Gaza, la lecture de cet ouvrage donne ainsi des clés précieuses permettant une meilleure compréhension d’une situation économique qui redouble et accentue les atteintes aux droits des Palestiniens.

J.F. Mignard"

Revue Hommes & Libertés, N°167, septembre 2014, page 58.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.