Petite fable néolibérale au JT de France 2 ...

 Julien Bugier au Journal de 20 h. de France 2, jeudi 10 avril 2014, 25 : 02Julien Bugier, le jeune et charmant présentateur dujournal de France 2 du jeudi 10 avril, (voir à partir de 25:02) l’annonce gravement, soulignant d’un oeil “effaré” son information : “Une nouvelle étude vérité sur le gouffre des inégalités, les chiffres sont dévoilés cette fois par l’ONG Oxfam, ils sont effarants, les 67 personnes les plus riches de la planète possèdent autant que la moitié des habitants du globe”

 

Julien Bugier au Journal de 20 h. de France 2, jeudi 10 avril 2014, 25 : 02

Julien Bugier, le jeune et charmant présentateur dujournal de France 2 du jeudi 10 avril, (voir à partir de 25:02) l’annonce gravement, soulignant d’un oeil “effaré” son information : “Une nouvelle étude vérité sur le gouffre des inégalités, les chiffres sont dévoilés cette fois par l’ONG Oxfam, ils sont effarants, les 67 personnes les plus riches de la planète possèdent autant que la moitié des habitants du globe” … et il souligne, visuel à l’appui : “67 personnes d’un côté, 3,5 milliards de l’autre!” …  On s’attend à voir parler des grands noms de l’économie, à voir apparaître des hommes politiques qui n’ont qu’un seul adversaire, sans visage, sans nom, le monde de la finance … Comme tout phénomène impressionnant dévoilé par le JT, on va voir surgir son expert, le journal se veut pédagogue, on nous explique tout au vingt heures, pourquoi les médicaments sont si chers, pourquoi il faut baisser les dépenses publiques ... On s'attend donc à voir François Lenglet sauter dans sa salle 3D, pour y escalader la pente très raide de l’augmentation des inégalités tout en l’expliquant dans un corps à corps magnifique avec l’animation ! Le taureau va être pris par les cornes, Julien Bugier, qui a bien su montrer son indignation morale, va réagir comme il se doit à une telle nouvelle… tout le service économie est mobilisé !  Et en effet… soudain … c’est l’épiphanie ! le regard droit dans l’objectif, le moment de vérité ! Le grand soir ! “Alors pour aider les plus pauvres, il y a le microcrédit. La pratique se développe à vitesse Grand V on en a déjà parlé, un coup de pousse financier… qui révèle souvent de belles histoires humaines…” Raconter de belles histoires, voilà tout ce qu'il peut faire pour accompagner la nouvelle d'Oxfam...

JT de France 2 du jeudi 10 avril 2014

Et oui ! Le microcrédit ! l'endettement des pauvres est la seule solution à la très mauvaise répartition des richesses … 

Les désordres économiques qui ont mené à cette aberration ne sont surtout pas remis en question, ni sondés, ni même évoqués par le traitement purement "micro" du sujet, pas même une petite question sur les causes de cette inégalité criante, aucun expert n’est convoqué, la fatalité néolibarale s’est refermée sur le jeune présentateur et sur sa belle indignation d’enfant de coeur … Le remède à la financiarisation de l’économie mondiale, c’est donc la finance pour tous … ou plutôt l’universalisation de la dette… C’est ainsi que pense le néolibéralisme depuis les années quatre-vingt où les salaires ont nettement ralenti leur progression pour laisser la place aux crédits à la consommation d’un côté et aux placements financiers des bénéfices de l’autre… C’est simple à expliquer…  Si vous êtes pauvres, c’est que vous êtes nuls en capitalisme… vous n’avez pas besoin d’une redistribution plus équitable mais d'un microcrédit pour tenter votre micro chance …

Et comme pour rassurer le spectateur sur les bienfaits du capitalisme et enfoncer le clou libéral, le commentaire du reportage ” Miracle du microcrédit au Cambodge” d’Alain de Chalvron, commence ainsi : “”Saron Nut est devenue à 68 ans une vraie petite capitaliste, oh, très modeste sans doute, mais capitaliste tout de même !” Et la suite explique comment son petit restaurant de rue marche très bien et lui rapporte une dizaine d’euros par jour…grâce à un petit prêt de 400 euros… et la “petite” capitaliste méritante affirme gentiment son credo capitaliste : “je veux vivre avec ça, rembourser mes dettes et même ouvrir un second restaurant…” Et sans condescendance aucune, Chalvron reprend : “Cette petite femme d’affaires doit sa réussite à Chamoreun, établissement de microcrédit.”

JT de France 2 du 10 avril 2014

Difficile de critiquer le microcrédit qui n’est qu’une forme adaptée de crédit (pas une aide) mais qui passe pour une oeuvre charitable depuis que Muhamad Yunus a reçu le prix Nobel de la paix en 2006 … difficile aussi de reprocher quoi que ce soit à cette femme adorable et courageuse qui vient, bien malgré elle, renforcer le néolibéralisme dans ses fondements idéologiques, depuis un pays où le communisme a fait des ravages terribles… Tout est parfait dans ce reportage … un coup de maître. La piqûre amère de la nouvelle, qui devrait soulever l’indignation générale, se trouve diluée dans la mièvrerie du mythe de la réussite individuelle … Petite chance aux “petits” … Grande chance aux grands… telle est l’équité selon France 2…

Passons sur l’abondance de l’adjectif “petit” pour accompagner les mentions de cette femme cambodgienne de 68 ans, qui révèle le regard surplombant porté sur l'ancienne colonie par un journaliste "ayant autorité sur tout l’extrême orient", nous avons ici dans cette séquence de pure propagande, tous les ingrédients de la doxa néolibérale … Une dénonciation purement formelle des injustices pour donner une caution morale au système et situer l’ethos du journaliste du côté de la justice du “chacun sa chance” … une exaltation de l’humanité ;”belles histoires humaines” qui est la seule consolation des pauvres … les vertus salvatrices du crédit qui se fait passer pour de la générosité et enfin le dogme incontournable de la dette à rembourser, premier souci de l’emprunteuse avant de penser à prospérer… Rien à opposer aux mécanismes qui ont provoqué cette inégalité incroyable que leur assomption universelle dans l'endettement général …

La fable néolibérale, forme du didactisme du JT national, est une belle illustration de la démission du journalisme de masse devant les puissances économiques et leur idéologie …

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.