olivier cabanel
auteur compositeur interprète, et journaliste citoyen
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2019

le bal des filous

De Sarközi à Chirac, en passant par Cahusac, Marine Le Pen, ou Balkany, etc., leurs agissements ont des relents nauséabonds...et une vilaine affaire pourrait éclabousser sous peu ce cher Jupiter.

olivier cabanel
auteur compositeur interprète, et journaliste citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On sait que pour Sarközi, le ciel continue à s’assombrir, vu que la justice semble décidée à faire la vérité sur le financement de sa campagne de 2012, lequel aurait débordé de plus de 20 millions d’euros.

En effet, comme l’écrit Alexandre Kuraszyk, chez « 20 minutes » : «  il est poursuivi pour avoir dépassé le plafond autorisé des dépenses électorales de plus de 20 millions d’euros, en 2012, alors qu’il avait informé d’un risque de dérapage, ce qu’il conteste. La facture totale s’était envolée à plus de 42,8 millions d’euros ». lien

Les recours que l’ancien président a tentés ont tous été épuisés, et la justice veut passer, d’autant que Jérôme Lavrilleux, l’ex-directeur adjoint de Bygmalion, a finalement reconnu l’existence de la fraude, qui consistait à masquer les dépassements en les attribuant à l’UMP, grâce à de fausses facturations. lien

Pour Balkany, l’homme qui oubliait des liasses de billets dans les vêtements qu’il envoyait au pressing, (lien) la justice a finalement décidé de passer, au motif de fraude fiscale, rejetant la demande de récusation. lien

Il risque 4 ans de prison ferme et 10 ans d’inéligibilité. lien

https://pbs.twimg.com/media/D6bvTh0WsAAufXe.jpg

Ceci dit, on n’a pas oublié que Cahuzac, condamné lui aussi à 4 ans de prison, et une amende de 300 000 €, assorti par la suite d’une réduction de la partie ferme à 2 ans, (lien) lui permettant finalement d’échapper à la prison grâce à un aménagement de peine. lien

Et quid de Marine Le Pen ?

Son parti a déjà décroché le pompon des plus condamnés par la justice. lien

Dans la droite ligne de son père, elle accumule les condamnations, et en quittant sa place de député européen, elle y a laissé une ardoise de 300 000 euros.

Le parlement européen estime le préjudice à 5 millions d’euros au total, car la procédure vise 17 eurodéputés FN, soupçonnés d’avoir salarié fictivement une quarantaine d’assistants qui n’auraient travaillé que pour le compte du FN en France, et non pour l’institution européenne. lien

C’est aussi pour des emplois fictifs que Jacques Chirac avait été condamné à 2 ans de prison avec sursis : abus de confiance, détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêt. lien

Inutile de revenir sur l’affaire Fillon d’autant qu’il n’y pour l’instant que Marc Ladreit de Lacharrière qui ait été condamné, pour avoir signer un contrat à l’épouse de l’ancien dirigeant de droite, pour un travail au mieux surévalué, au pire fictif...et que l’affaire suit son cours. lien

http://arnaudmouillard.fr/wp-content/uploads/2017/02/Affaire-Fillon-caricature-Charlie-Hebdo-412x512.jpg

Voyons plutôt du côté du président de la république actuel, pour lequel de lourds nuages semblent s’annoncer.

Ils sont nombreux à s’être interrogés sur l’origine du financement de sa campagne présidentielle de 2017.

On sait déjà que les dons les plus importants provenaient en partie de l’étranger : la Suisse ayant contribué à hauteur de 95 000 €, (plus que Marseille, 2ème ville de France), 105 000 € provenant de 18 bienfaiteurs libanais, 800 000 € provenant du Royaume Uni...plus que l’ensemble des 10 plus grandes villes françaises de province...(lien) alors que les troupes de marcheurs affirmaient à la presse que la proportion des dons de plus de 5000 € était « d’un tiers », alors qu’ils étaient en réalité de moitié. lien

Mais il y a mieux...

C’est une source algérienne qui ouvre de biens glauques révélations, que l’on retrouve dans un livre très documenté « le grand manipulateur, les réseaux secrets de Macron », signé par Marc Endeweld aux éditions Stock. lien

Dans son essai, le journaliste explique les liens très étroits que Macron, en compagnie de Benalla, a tissé avec les hommes d’affaires les plus influents du régime algérien, comme par exemple Ali Haddad, l’ex-patron des patrons algériens.

A l’occasion de ce voyage, Macron aurait aussi accepté l’invitation à diner, d’un certain Issad Rebrab, considéré comme l’homme le plus riche d’Algérie.

L’occasion de rappeler qu’auparavant, Benalla avait travaillé pour Rebrab, par le biais de sa société de sécurité « Velours ».

Cet industriel kabyle investissait massivement en France alors que Macron était secrétaire général adjoint à l’Elysée, puis ministre de l’industrie sous la présidence Hollande.

Le journaliste précise dans son ouvrage que, dans les derniers mois qui ont précédé le scrutin de 2017 : « l’argent manquait terriblement pour poursuivre sa campagne, le budget était très entamé ».

Comme l’écrit Nicolas Beau, dans les colonnes de « Mondafrique » du 12 mai dernier : « de là à imaginer des sources de financement algériennes dans la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, il y a un pas que plusieurs sources à Alger franchissent en privé... ».

Skander Salhi ne dit pas autre chose dans les colonnes de « maghreb intelligence » du 15 mai.

Il écrit : « selon des informations recueillies à Alger par Maghreb-intelligence, le candidat Emmanuel Macron aurait bénéficié lors de sa campagne pour les dernières élections présidentielles française, lors de sa campagne pour les dernières élections présidentielles françaises, d’un financement de 7 millions d’euros en provenance d’hommes d’affaires algériens. (...) selon nos sources, il s’agirait essentiellement de la famille Kouninef et du controversé ancien patron du FCE, Ali Haddad aujourd’hui incarcérés ».

En effet, les 2 oligarques algériens ont été placés en détention par le pouvoir militaire algérien. lien

Le journaliste ajoute : « pour participer à la campagne électorale d’Emmanuel Macron, les Haddad et Kouninef auraient utilisé leurs réseaux parisiens qui comptent plusieurs personnalités politiques françaises. Les noms de Jean-Louis Guigou, et de sa femme Elisabeth Guigou, très proche de Haddad (...) sont évoqués par nos sources. (...) seul Issad Rebrab, la plus grosse fortune en Algérie (...) se serait appuyé sur les réseaux de son ami et conseiller François Touazi, devenu aujourd’hui l’un des plus proches conseillers d’Emmanuel Macron ». lien

https://i0.wp.com/marevuedepressedz.com/wp-content/uploads/2019/01/haddad-macron-financement.jpg?fit=650%2C350&ssl=1

Pour l’instant, l’information ne semble pas avoir fait beaucoup de vagues de ce côté de la Méditerranée, mais elle pourrait bien le faire dans les jours à venir.

Si c’était le cas, le dégoût de la politique, qui concerne de plus en plus de français, prendrait une dimension dramatique, d’autant que Macron se présentait sur le thème du renouvellement, de l’honnêteté politique et sur l’air du dégagisme.

Et puis ce serait oublier que notre beau pays est classé 23ème sur 180 pays au chapitre de la corruption. lien

Les européennes qui s’annoncent pourraient voir encore augmenter la colère des français faisant grossir le camp des abstentionnistes, délégitimant un peu plus cette démocratie.

D’autant que la dernière péripétie de cette campagne touche l’une des personnalités d’extrême droite les plus importante d’Europe, l’autrichien Heinz-Christian Strache.., pris la main dans le sac, obligé de démissionner.

Piégé dans une vidéo datant de 2017, on le voit en train de proposer des contrats publics à la pseudo-nièce d’un oligarque russe contre un soutien politique, lors des législatives qui ont permis à son parti d’entrer au gouvernement. lien

Naturellement, Marine le Pen veut imaginer un complot,  « s’étonnant que cette vidéo (...) sorte aujourd’hui à quelques jours de l’élection ». lien

Ajoutons pour la bonne bouche la supposée implication de Steve Bannon, l’un des appuis de la cheftaine du RN, suspecté d’intelligence avec l’ennemi, avec le but final de vouloir déstabiliser l’Europe, (lien) et les liens troubles entre Le Pen et Poutine, (n’affirme-t-elle pas partager ses valeurs ? (lien)) avec la question subsidiaire portant sur le financement russe de Le Pen, grâce a Alexandre Babakov, l’un des conseillers de Poutine, suite à des emails démontrant une ingérence politique de la Russie, par l’intermédiaire de l’euro député frontiste Jean-Luc Schaffhauser et la coupe sera pleine. lien

http://www.leplacide.com/document/17-03-25-poutine-marine-le-pen.jpg

Voilà qui tombe en effet au plus mal pour l’extrême droite européenne, qui rêve encore d’être majoritaire lors de l’élection qui vient.

Comme dit mon vieil ami africain : « quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens ».

L’image illustrant l’article vient de stopmensonges

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain