olivier cabanel
auteur compositeur interprète, et journaliste citoyen
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2021

un Valls à trois temps

Il était parti en colère, tournant le dos à la France, jurant qu’il ne reviendrait plus, mais en bon politique qu’il est, il a changé d’avis, et le revoilà...Manuel Valls, celui qui a trahi son président, pour un autre, est de retour...

olivier cabanel
auteur compositeur interprète, et journaliste citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour Valls, ce serait plutôt une valse-hésitation, soit un pas en avant, deux pas en arrière. lien

Il est 1er ministre chez Hollande, puis la présidentielle s’annonçant, il tente sa chance aux primaires socialistes, damned, encore perdu ! C’est Hamon qui gagne...mais, mauvais camarade, Valls va tourner le dos au candidat socialiste, pressentant la victoire de Macron, il lui fait des appels du pied, en vain...

Il faut se souvenir qu’avant tout ça, il avait taclé Macron, en le qualifiant de « populiste light »...mais une fois ce dernier élu, il va carrément le draguer.

Lors d’une interview sur RTL, on lui demande de se positionner, vu qu’il est candidat à la législative,

Il va se déclarer candidat dans le camp Macron...sauf, que damned, encore perdu, la LREM ne l’investit pas en tant que candidat de la majorité...et va même mettre un candidat « en marche » contre lui...pire, du coup, le PS va lancer contre Valls une procédure de destitution. lien

A-t-il quitté le PS... ou le PS l’a-t-il quitté ? Vaste question...toujours est-il que, pas rancunier, ou désirant s’attirer les bonnes grâces du président, il va siéger à l’assemblée « apparenté » à LREM. lien

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/09/64e1864f-42fd-11e4-a9df-005056a87c34/640_maxnewsfrthree247047.jpg

Sauf que, finalement, se sentant détesté de tous, Valls tournera le dos à la France, et tentera sa chance en Espagne, son pays d’origine...

Damned, encore perdu, il échouera aux municipales de Barcelone, et évoque maintenant un possible retour en France, ne démordant pas en se disant « vouloir être utile à Macron ». lien

Toujours un pas en avant...deux pas en arrière...

Il vient de publier un livre : « pas une goutte de sang français » (éditeur Grasset) ...avec comme sous –titre « mais la France coule dans mes veines »... formule très macroniste, digne du « en même temps »...

Son éditeur en rajoute une couche dans ce concept, le déclarant « à la fois jacobin et girondin (...) laïque et chrétien (...) passionné autant par Blanche Gardin que par Vianney...ou par Jules Vernes et Albert Camus ».

En tout cas, dans ce livre, il annonce la couleur : il veut compter dans la campagne présidentielle qui s’annonce en 2022...et pas dégouté de tous les revers subis jusqu’à présent, il écrit : « par mon expérience, et mes idées, et parce que les faits m’ont aussi donné raison, je suis légitime pour participer à un débat crucial pour mon pays »...lien

Tanguy Pastoureau, l’un des chroniqueurs de France Inter, a bien compris tout ça est sa chronique du 23 mars fait un joli tour de la question. lien

Pas de doutes, la présidentielle va décoiffer...

Macron est déjà convaincu qu’il sera au 2ème tour, et que ça se jouera entre Le Pen, et lui...

Mais est-ce bien réaliste ?

Car, si à gauche, la désunion reste à l’ordre du jour, même si Anne Hidalgo semble se préparer, tout comme Arnaud Montebourg, Christiane Taubira...

Les insoumis semblent tenter un rapprochement avec le PC...devant le refus des verts d’une candidature commune...pourtant la messe n’est pas dite pour autant...Jean-Luc Mélenchon n’ignore pas que ses colères à répétition ne le rende pas très populaire, et il pourrait au dernier moment passer à main à François Ruffin, lequel est finalement proche des verts...

À l’extrême droite, les candidatures dissidentes de Zemmour, (lien) et de Dupont-Aignan, pourraient affaiblir son score.

En effet, un sondage récent faisait apparaître qu’en l’absence de Le Pen et Dupont-Aignan, il était crédité de 17% d’intention de vote au 1er tour...combien ferait-il en leur présence ? lien

Au centre, et à droite, Xavier Bertrand se prépare, tout comme Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Gérard Larcher, avec Édouard Philippe en embuscade...sans oublier Rachida Dati, voire Bruneau Retaillau...sans oublier Valls. lien

Seuls ceux qui « lisent dans les boules de cristal », ont la réponse, mais personne n’oubliera, le jour de l’élection, le bilan que l’on peut qualifier de désastreux du chef de l’état : quid du mépris qu’il a opposé aux Gilets Jaunes, cette « France d’en bas » qu’il déteste ?

Quid de son obstination face aux grèves longues et soutenues provoquées par la réforme des retraites ?...

Quid de la gestion désordonnée, pour ne pas dire désastreuse de la crise sanitaire ?....

Et il reste encore 15 mois pendant lesquels beaucoup de choses peuvent se produire...

Il faut avouer que Macron a la faculté particulièrement étonnante de dénicher des ministres surréalistes : entre un 1er ministre semblant sortir tout droit de la 3ème république, un porte-parole qui dévoile son intimité sur les réseaux, un ex-ministre de l’intérieur amateur de noubas, et une Sibeth qui mérite largement son prénom...le pompon étant pour Aurore Berger qui a déclaré récemment : « la situation est douloureuse pour ceux qui ont perdu la vie », la macronie n’a pas fini de nous étonner. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « ne te moque pas du crocodile avant d’avoir traversé la rivière ».

L’image illustrant l’article vient de jim le Pariser

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena