reportage sur le réseau de la Mission de France à Evry Coucouronnes

Reportage à la rencontre des acteurs de la culture d’Évry qui font réussir leur ville et vivre de façon apaisée la population migrante C'est un reportage pour le compte de la Mission de France

J'étais ce samedi 9 février 2019, à Evry-Courcouronnes dans l’Essonne, à la rencontre d’un réseau de citoyens : élus ou animateurs d’équipements de la ville d’Evry-Courcouronnes, organisé par Michel présent là depuis 40 ans et membre de la communauté Mission de France. C’est lui qui fut chargé d’interpeller le Président Emmanuel Macron lors du grand débat dans la ville.

Étaient présents cinq élus de la majorité et de l’opposition, dont un élu communiste; Christophe, directeur de la «Scène nationale» établissement polyvalent d’art et de culture, Jean-Louis, directeur du « théâtre du Coin des mondes », qui crée des pièces, en lien avec les habitants, des oeuvres du répertoire international, des spectacles pour les tout-petits, emprunts de poésie, Emmanuelle, directrice du multi-accueil du «Toboggan bleu » pour la petite enfance, divers animateurs et acteurs solidaires de la Palestine, d’autres engagés au Secours catholique et des membres de la Communauté Mission de France.

La ville d’Evry-Courcouronnes, préfecture du département de l’Essonne, créée en 1970, située à 26 km de Paris, accueille aujourd’hui 71000 habitants, dont beaucoup sont issus de l’immigration. C’est une ville populaire avec 50 % des familles touchant les minimas sociaux ; une ville jeune avec un écart de dix points en dessous de la moyenne nationale, une ville culturelle qui a su encourager depuis longtemps les activités artistiques et les confier à des professionnels passionnés ayant une vraie intelligence du dialogue avec la population dans sa diversité grâce aussi à un maillage d’établissements et de conseils citoyens de quartier, et un budget ad-hoc .

Ce qui frappe en premier lieu c’est le sentiment partagé que cette ville est aimée de ses acteurs en raison même de sa diversité humaine et culturelle, qu’elle a réussi à associer la population depuis la crèche jusqu’au théâtre et l’université. Pour eux, c’est une réussite « incroyable « . « Nous sommes fiers d’y appartenir « , même si les salafistes ne sont pas loin, il y a beaucoup de «fluidité dans nos relations ».

Il est question, bien sûr, de méthode car comment réussir sans une vraie mise en relation : » Nos projets sont réalisés en réseau et en dialogue dans leur contexte de pauvreté, de jeunesse, d’interculturalité « . C’est une intelligence collective qui est à l’œuvre, des amitiés de longue date, une logique attentive à « l’empreinte civique » selon l’expression de Christophe, directeur de la Scène Nationale. Elle a un fort impact sur la conscience civique et citoyenne des habitants qui semblent bien se prêter au jeu. Christophe qui est venu par choix dans ce lieu après avoir dirigé la culture à la cité des sciences de la Villette nous a indiqué: quand je suis arrivé les salles étaient a moitié vides, et le public migrant était absent, aujourd'hui nous faisons salle comble"

img-0508
img-0511
immeubles-2
immeubles-3
img-0504

Encore un mot pour terminer, Evry Courcouronnes est aussi une ville universitaire comptant 12000 étudiants et un pôle d’excellence avec le Génopole et les laboratoires qui y sont liés et l’hôpital de 2000 lits avec des services très pointus

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.