La Fraternité valeur fondatrice de la République

La Fraternité revient aujourd'hui dans le débat public avec la contribution d'un groupe de hauts fonctionnaires : Régis Debray, et son essai "le moment fraternité", Jean Baptise de Foucault avec son "Pact civique "Jean Louis Bianco et l'observatoire de la laïcité, Patrick Viveret, et son ouvrage "fraternité j'écris ton nom" Jean Michel Belorgey et Jean Louis Sanchez autour du plaidoyer de l'ODAS

Devant " l'affaiblissement symbolique de la République" auquel nous assistons (Régis Debray) un sursaut est nécessaire, "il nous faut sortir de la logique ou l'individu est tout mais le tout n'est rien". Pour tous, la fraternité, ce parent pauvre de la devise Républicaine devrait en être la source, le point d'équilibre.

Cette recherche de hauts fonctionnaires n'épuise certes pas le sujet et trouvera d'autres développements.  Il nous faut être dans l'action, certes, mais comment ?, Nous sommes invités à transformation de nos pratiques tellement imprégnées de rapports de forces, de dominations, d'annulation de l'autre. Chacun formule ses réponses: Jean Baptiste de Foucault met l'accent, dans son Pact Républicain, sur la créativité, la sobriété, la justice, la solidarité, Jean Michel Belorgey pour l'ODAS souligne les valeurs de l’écoute, du partage, du service, de la justice, de la dignité

Olivier CHAZY

                                  -------------------------------------------------------------

Voici le texte de Jean Michel Belorgey

Être fraternel…en apprenant et réapprenant à penser son action en terme d'écoute plus que d’autorité, dès qu’on a de l’autorité ; de service plus que de prérogative, des qu’on a des prérogatives ; de partage plus que d’accaparement dès qu’on possède, de justice et d’équité plus que de rapport de force, dès qu’on a des rapports de force pour soi, de dignité de l’autre autant que de dignité de soi même, dès qu’on a reconnu la reconnaissance de sa propre dignité On change le visage, de l’autorité, du guichet, de l’entreprise, de l’action syndicale, de l’action publique, de la vie locale, du métro, de la rue, on redécouvre l’homme et le citoyen 

C’est pourquoi, nous signataires de cet appel, souhaitons sous le signe

Nous engager a agir pour que chacun concoure par sa participation a redonner un sens plus concret au vouloir vivre ensemble

C’est pourquoi, nous souhaitons nous engager sous le signe de la clarté, du refus des mots sans chair et de tout ce qui aide a fuir les faits et les responsabilités, de la conviction qu’il n’est qu’a ce prix possible d’incarner l’espérance républicaine et démocratique d’une fraternité du sentir, du dire et du faire

Agir pour que chacun concoure par sa participation à redonner un sens plus concret au vouloir vivre ensemble sous le signe de la clarté, 

                                  -----------------------------------------------------------------------

 Et ma contribution

Je suis un fils de la République, héritier de la révolution française, attaché à ses valeurs.

J'ai aussi été Sandiniste avec les Sandinistes du Nicaragua, j’ai aimé la révolution de 1848 animée par des ouvriers révolutionnaires d’inspiration chrétienne, je suis dans la filiation de l'abbé Pierre qui a réunit autour de la cause des exclus les valeurs républicaines et religieuses J'inscrits ma vie dans l'héritage chrétien. 

Nul ne l'ignore, cette convergence des valeurs a été violemment contrariée au cours de notre histoire: il a fallu la révolution française, inspirée de la philosophie des lumières, pour que cesse l’hégémonie de l'Eglise Catholique qui déniait le statut de citoyens a ceux qui n'étaient pas catholiques (Emile Poulat), il a fallu la révolution de 1848 pour que les ouvriers révolutionnaires d'inspiration chrétienne, comme Pierre Leroux, mettent en avant la fraternité comme devise de la République (Pierre Pierrard);  il a fallu la cassation de l'affaire Dreyfus en 1899 pour que le droit des personnes l'emporte sur la raison d'Etat que soutenait une bonne partie de l'Eglise.

Si c'est d'abord dans l'action que ce fait la convergence des valeurs, il est aussi un effort de pensée. Les principes de liberté et d'égalité sont définis même si leur mise en oeuvre et constamment contrariée, la "fraternité" elle, est plus un état d'esprit qu'un principe et elle suggère un changement personnel d'attitude, vaste perspective, en avant !.


Olivier CHAZY

Fondateur de l’association KARIBU

www.karibu-asso.fr  Le 14 10 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.