recueillement apres les attentats

recueillement a République dimanche 22 novembre

Ce dimanche soir 22 novembre, le jour tombe sur la foule venue se recueillir devant le Bataclan et place de la République, en mémoire des victimes, parmi elle des proches, des rescapés.
La seule faute des victimes est d’avoir aimé la vie, aimé ces rencontres amicales dans un troquet de passage, aimé la musique, gouté un peu de bonheur, histoire de reprendre courage pour un peu de temps. 
Devant le Bataclan, ce soir, il y a au moins 100 mètres de fleurs, la foule est la, il y de l’émotion, des gens s’embrassent, se regardent. A République aussi, on s’embrasse, on se sert les mains, on chante accompagné d’un petit piano couvert de bougie fondue. On me donne une bougie, la tristesse est la sur les visages, je prends une photo pour une dame trop petite, il y a de la fraternité toute spontanée. 
Le père de cette jeunes femme qui apres une saison dans la restauration est venue mourir au Bataclan nous a dit cette fraternité ça aide un peu.
Ce soir il n’y avait pas de meilleure réponse à la barbarie et à l’absurde que cette fraternité, 
Vendredi une chorale de 400 chanteurs composée de groupes municipaux, offrait le requiem de Mozart à St Sulpice, une musique éternelle et grandiose pour relever le défi de ceux qui ont voulu atteindre en nous le désir de bonheur et notre amour de la musique

olivier CHAZY

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.