L'Ukraine, la Pologne et leurs droites.

Dans un article publié le 28 février sur Le Manifesto, Guido Caldiron aborde un autre aspect de la crise ukrainienne peu traitée dans la presse française, les paradoxes révélés par le parti de droite polonais « Droit et justice », formation eurosceptique qui a volé au secours d’une contestation supposée pro-européenne.

Dans un article publié le 28 février sur Le Manifesto, Guido Caldiron aborde un autre aspect de la crise ukrainienne peu traitée dans la presse française, les paradoxes révélés par le parti de droite polonais « Droit et justice », formation eurosceptique qui a volé au secours d’une contestation supposée pro-européenne.

Ce parti, crédité de 29 à 34 %, pour les prochaines élections européennes, devrait devenir la première force politique du pays. On rappellera au passage que le Front national, par la voix de Floriant Philippot, s’est récemment prononcé contre le soulèvement de la place Maïdan et pour la non-ingérence, invitant à  "remettre la Russie dans le jeu", preuve s’il en est que l’affrontement qui s’annonce pourrait voir se placer en première ligne des mouvances nationalistes de droite et d’extrême-droite au service d’intérêts opposés, mais guidés par un même opportunisme. Dans tous les cas, l’influence de ces courants dans la déstabilisation de la zone, de part et d’autre, pose de graves questions sur l’avenir de l’Europe.

Guido Caldiron est l’un des spécialistes les plus brillants et les mieux informés de l’extrême-droite italienne et européenne. On lui doit entre autres choses les remarquables Populismo globale, culture di destra oltre lo stato-nazione [Populisme global, les cultures de droite au-delà de l'état-nation] (2008) La destra sociale da Salò a Tramonti (2009) [La droite sociale de Salò à Tramonti], tous deux publiés chez Manifestolibri et non traduits en français. Chez Newton Compton libri en 2013, il a récemment publié une large synthèse intitulée Estrema Destra [Extrême-droite], qui couvre l’Europe et les États-Unis. 

La traduction que je propose de cet article fait suite au dossier L’Ukraine, la Russie et l’Occident publié sur le même site le 23 février dernier.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.