Olivier Favier
Journaliste, traducteur, auteur.
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2013

Guido Picelli: héros de l'antifascisme, victime du stalinisme. Un documentaire de Giancarlo Bocchi

Olivier Favier
Journaliste, traducteur, auteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Documentariste de renom, habitué des zones les plus difficiles du globe, Giancarlo Bocchi a consacré en 2011 à la figure de Guido Picelli un film entièrement réalisé à partir d'images d'archives. Il sort en avant-première à Paris ce dimanche 8 décembre 2013 à 11h au cinéma le Balzac, en présence du réalisateur.

Plus qu'un signe des temps, c'est un symptôme parmi d'autres d'une époque encore à relire, et de mémoires à revisiter. Guido Picelli (1889-1937), dont le parcours exemplaire est de ceux qui devrait inspirer des romans ou des films, est aujourd'hui méconnu hors de Parme, sa ville natale, alors même qu'il a parcouru et œuvré sur la majeure partie du continent européen.

Apprenti horloger devenu acteur de théâtre, il s'engage comme volontaire dans la Croix Rouge en 1916 pour ne pas trahir ses convictions pacifistes. Vers la fin de la guerre, il est envoyé à l'École d'officiers de Modène, formation qu'il met à profit pour fonder les "Gardes rouges" en 1920 -il a adhéré au Parti socialiste italien en 1919.

En 1921, il est brièvement incarcéré pour avoir empêché le départ d'un train militaire vers l'Albanie. Il est libéré après avoir été élu député lors d'un véritable plébiscite des quartiers populaires où il a grandi. En juillet 1922 il entre dans la légende, lorsqu'à la tête de quelques centaines d'"Arditi del Popolo" -une organisation d'autodéfense contre les bandes armées fascistes- il tient tête et repousse une dizaine de milliers de chemise noires lancées dans une expédition punitive contre la seule ville émilienne qui ne leur a pas cédé. Ce succès est dû en partie à une large union des forces démocratiques, des anarchistes aux "populaires" catholiques, qu'il parvient à réaliser contre l'ennemi commun. Son génie militaire fait le reste.

Le 1er mai 1924, alors que Mussolini, au pouvoir depuis octobre 1922, fait basculer le pays vers la dictature -nous sommes à quelques semaines de l'assassinat du député socialiste Matteotti- il parvient à hisser un drapeau rouge pendant un quart d'heure au balcon du Parlement. Il vient d'être réélu député, comme indépendant cette fois sur les listes du Parti Communiste d'Italie.

En novembre 1926, déchu de son mandat parlementaire, il est arrêté, incarcéré puis placé en résidence surveillée. Après sa libération en 1931, il parvient à quitter l'Italie pour la France, d'où il est rapidement expulsé. Il poursuit son travail militant dans le Borinage en Belgique avant de traverser l'Allemagne et de rejoindre l'URSS. Il n'y est pas mieux accueilli, en particulier par Palmiro Togliatti, en pleine ascension vers les sommets du Komintern et qui sera bientôt le bras droit de Staline -ministre de la justice dans l'immédiat après-guerre, il restera dans l'Histoire pour son amnistie des criminels fascistes.

En 1936, Guido Picelli quitte spontanément l'URSS pour la France et l'Espagne qu'il peut rejoindre grâce aux réseaux du POUM. Engagé dans les Brigades internationales, ce pacifiste convaincu montre de nouveau des talents hors du commun pour l'action militaire. Il meurt tué d'une balle dans le dos, en janvier 1937, alors que les agents de Staline ont commencé leur travail de terreur et de liquidation.

"L'histoire ne s'arrête pas, avait-il écrit, elle s'accomplit malgré tout, que ce qui doit tomber tombe, et que naisse ce qui doit naître, barrez le cours d'un fleuve et vous aurez l'inondation, barrez l'avenir et vous aurez la révolution."

Le film est disponible en DVD en Italie, accompagné d'un livre illustré. On peut lire sur mon site un entretien avec le réalisateur en italien ou en français.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.