Envie d'Italie: lectures et rencontres avec Marco Baliani et Laura Curino à Grenoble et en Isère, du 17 au 24 novembre 2011.

Le collectif du Troisième Bureau à Grenoble invite pour la première fois en France deux figures fondatrices du théâtre-récit, ou théâtre de narration, Marco Baliani et Laura Curino.

Marco Baliani est celui qui, avec Kohlhaas en 1995, a donné à cette forme ses caractéristiques essentielles: un acteur-narrateur et non un acteur-personnage, des décors et des costumes réduits à l'essentiel -une chaise et des vêtements neutres-, une attention totalement portée sur le texte, qui s'affine au fil des représentations, que la voix et quelques gestes sont là pour servir, un théâtre où l'entendre reprend ses droits sur le voir. Seize ans plus tard, ce spectacle tourne encore, et continue d'évoluer.

En 1998, pour le vingtième anniversaire de la mort d'Aldo Moro, Marco Baliani crée Corps d'état, plongée subjective dans les années 1970, dans les espoirs qu'elles ont incarnés et cet enchainement tragique qui les a arrachées à leur rêve. C'est de ce second texte dont il sera principalement question dans ces journées grenobloises.

 

marco.jpg

 Marco Baliani par Maurizio Buscarino, l'un des plus grands photographes italiens de théâtre, connu entre autres choses pour son travail sur Tadeusz Kantor.

 

Laura Curino, piémontaise, est parmi les fondatrices en 1981 du Teatro Settimo à Turin, laboratoire de recherche qui s'installe en 1987 au Teatro Garibaldi de Settimo Torinese.

C'est avec Gabriele Vacis, le principal animateur du groupe, qu'elle écrit Olivetti, sur l'ingénieur et entrepreneur social qui créa la première usine de machines à écrire en Italie. L'expérience de Camillo Olivetti a marqué les esprits tant par les conditions de travail hors du commun dont bénéficiaient les employés que pour l'importance des créations de la marque, objets symboles du design italien.

Laura Curino, dont le père travaillait dans une autre célèbre entreprise piémontaise, la Fiat, où les conditions de travail étaient rien moins qu'enviées, a elle aussi puisé dans ses souvenirs pour bâtir son récit. Le spectacle est créé en 1996, dans la mise en scène du même Gabriele Vacis. C'est ce texte qu'elle lira en français à Grenoble, dans la traduction de Juliette Gheerbrant.

 

Laura-Curino-600x449.jpg

Laura Curino interprète Olivetti. Photo: Olivier Favier.

 

Pour aller plus loin:

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.