Parler sans connaître et croire sans savoir (version mort aux cons).

Les responsables travaillistes accablés du vocable «antisémites» au prétexte que, étant «antisionistes», ils seraient antisémites, font l'objet d'un faux procès et vrai harcèlement. Faux procès parce qu'ils parlent en connaissant, vrai harcèlement parce que beaucoup de moutons qui suivent les loups ayant lancé cette campagne croient sans savoir. C'est ainsi.

Le cœur du sujet est cette question: selon plusieurs responsables du parti travailliste,

  1. Hitler eut assez longtemps des sympathies pour la cause sioniste,
  2. Les sionistes les plus radicaux, qui étaient pour l'essentiel d'extrême-droite, ont eu des sympathies pour le nazisme,
  3. les sionistes les plus violents et ceux les plus corrompus ou corrupteurs, furent totalement indifférents au sort des Juifs d'Europe durant la période 1933-1947,
  4. Le mouvement sioniste ne parvint à imposer son projet de “foyer national juif” en Palestine qu'avec le soutien et l'aide logistique des puissances impérialistes, en tout premier le soutien de la Grande-Bretagne et des États-Unis,
  5. L'idéologie explicite des mouvements sionistes armés les plus violents était au mieux (manière de dire) fasciste, au pire national-socialiste,
  6. Toutes les promesses signées, les traités et conventions, contractées par les diverses fractions sionistes, furent violées par les fractions sionistes, celles les plus radicales ou corrompues, qui prirent le pouvoir en Israël en 1948, cela avec le consentement tacite ou le soutien actif des puissances impérialistes du temps, en premier lieu les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Liste non close des actions infâmes de ces fractions sionistes violentes d'idéologie fasciste explicite. On peut, ici, me réputer antisémite parce que supposément antisioniste, que ça ne changera rien à la réalité, tout ce que dit dans les six points ci-dessus est connu et documenté, si vous souhaitez savoir plutôt que croire, je vous donne trois points d'entrée, des articles de Wikipédia: HaganahIrgoun et Lehi. Pour une gradation du moins pire au plus pire, suivez les liens de la gauche (qui est déjà la fraction de la droite réactionnaire dans le sionisme) à la droite, si vous souhaitez passer de l'ignoble à l'intolérable en passant par l'insoutenable, allez de droite à gauche. Vous y apprendrez notamment une chose étonnante: les premiers idéologues et propagandistes du Lehi étaient tous des Juifs polonais, et tous ont tenté en vain d'obtenir le soutien logistique (militaire notamment) de l'Allemagne nazie quand le Moyen-Orient devint un terrain de guerre durant la première guerre mondiale, c'est-à-dire au moment même où se mettait en place la “solution finale du problème juif”.

Les responsables travaillistes réputés antisionistes et pour cela réputés antisémites sont avant tout anti-impérialistes, leur lutte concerne très secondairement la politique des principaux responsables politiques israéliens, ils luttent avant tout contre leurs impérialistes à eux, les impérialistes britanniques. Il se trouve que les impérialistes britanniques et les impérialistes sionistes sont en relation continue et en soutien réciproque depuis 1946, cela au détriment des peuples britannique et israélien. Dénoncer l'impérialisme, lutter contre l'impérialisme, incommode les impérialistes, lesquels, et bien, ont de puissants moyens du fait même qu'ils sont impérialistes donc prédateurs des ressources sociales, et notamment de puissants moyens de communication. Comme l'on dit, qui veut noyer son chien l'accuse de la rage, les anti-impérialistes sont des chiens accrochés aux basques des impérialistes, et quand ils le peuvent ils leurs mordent les mollets, ce qui incommode les impérialistes, lesquels les accusent de la rage. Mais les anti-impérialistes s'en fichent un peu et même beaucoup, ils sont amphibies et quand on tente de les noyer, se font poissons.

Bon, voilà, rien de plus à dire.

Ah si! Avant de m'accuser de la rage, suivez les liens vers les articles de Wikipédia, afin de savoir plutôt que croire, et de parler en toute connaissance de cause. Remarquez, si vous ne le faites pas, peut me chaut, ça ne changera rien à la réalité, ni rien à ma capacité à respirer sous l'eau quand il me faut nager en eaux troubles...


Addendum. Je ne souhaite en rien la mort des cons mais plutôt la mort de la connerie. Par contre, pour les salauds je ne souhaite rien mais je dois l'admettre, la mort d'un salaud ne me fera jamais verser la moindre larme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.