Réalité

Titre ambitieux qui ne correspond qu'en petite partie à mon propos. Je ne fais que reprendre le titre, plutôt ironique, d'un texte assez long, parce que j'en reprends aussi la conclusion, assez courte.

Le passé est dans le présent parce que ce qu'on sait, croit et dit du passé est dans le présent; le futur est dans le présent parce que ce qu'on anticipe de l'avenir est élaboré dans le présent en fonction de ce qu'on sait ou croit savoir du passé.
Si on est un minimum honnête, on sait que toute anticipation portant sur une part significative de l'univers, disons, au moins une journée et au moins trois individus concernés, se révèle à tout coup inexacte, précisément par le fait de notre connaissance limitée du passé. plus ou moins mais toujours inexacte. Ce que dit par ailleurs, que souvent le passé n'a pas eu lieu et que le futur n'aura pas lieu, réfère à cela, notre connaissance très imparfaite du passé même très récent ne nous permet qu'une anticipation très imparfaite. C'est ainsi.

Cela posé, nous ne sommes pas égaux en cette question. Je divise le monde en réalistes, idéalistes et matérialistes: ces derniers croient que l'on réalise les idées avec de la matière; les précédents, que l'on réalise les matières avec de l'idée; les premiers, et bien, ne croient rien sinon ceci: il n'y a qu'une réalité, qui réconcilie à terme idéalistes et matérialistes, si on manque de réalisme on ne peut rien changer à cette réalité, sur la tombe de tout humain s'inscrivent deux dates, et quoi qu'on ait pu croire après la première, après la deuxième on ne croit plus en rien.
Sinon le mieux du moins le bien semble, entre ces deux dates, d'éviter de seulement croire et de préférer savoir, de ce que j'en sais il s'agit encore de la meilleure manière connue d'étendre un peu la distance entre ces deux dates.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.