La rhétorique, un instrument de la dialectique.

La rhétorique est l'art de la parole. On peut en user pour voiler ou pour dévoiler. Voiler, c'est faire de la sophistique, dévoiler faire de la dialectique. Le moyen est le même, son usage opposé.

Raison pourquoi, il faut savoir organiser son discours pour qu'il dévoile plutôt que voiler. Par exemple, la structure des pages de Mediapart, qui comportent un titre, un “chapô” – une introduction brève – et un corps de texte. Les trois sont liés, donc il faut le montrer, dévoiler la structure. Ma méthode est assez simple pour cela: dans beaucoup de billets le corps de texte est une phrase qui ne prend de sens que si on lit l'introduction, laquelle résume le propos, en donne l'essentiel. Cela oblige mes possibles lectrices et lecteurs à lire l'introduction, ce qu'on ne fait pas toujours ou de manière rapide, sans trop y prêter attention. Deuxième technique, citer l'introduction dans le corps de texte après un développement plus ou moins long, pour rappeler à mon possible lectorat quel est le thème du billet, le plus souvent en italique pour le mettre en exergue. Le thème de ce billet est:

«La rhétorique est l'art de la parole. On peut en user pour voiler ou pour dévoiler. Voiler, c'est faire de la sophistique, dévoiler faire de la dialectique. Le moyen est le même, son usage opposé».

En citant cette introduction je “réalise” ce thème en “dévoilant”. En dévoilant que je fais de la rhétorique, ce qui n'est ni bon ni mauvais en soi mais dont on doit avoir conscience quand on est lecteur. J'invite mes possibles lectrices et lecteurs à ne pas accepter ou refuser en bloc mon discours, soit en se disant, «c'est vrai ce qu'il dit!», soit en se disant, «il fait de la rhétorique!». Oui, je fais de la rhétorique car on ne peut pas discourir sans l'aide de la rhétorique, non ce que je dis n'est pas vrai, ce n'est ni vrai ni faux mais c'est exact.

Conclusion: si un discours apparaît trop évident, il est faux; si un discours apparaît incompréhensible, soit vous le lisez mal, soit il est mal écrit. Ce discours est bien écrit, ne requiert pas qu'on adhère au propos, il n'est pas très évident et n'est ni vrai ni faux. Soin à vous d'y découvrir du vrai ou du faux, votre vrai ou votre faux et non les miens. Ce texte est un texte dialectique qui requiert que vous fassiez le travail de discerner le vrai du faux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.