olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 nov. 2020

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

La bêtise comme seule boussole

Difficile de rester concentré, face aux décisions absurdes et cumulées d’un gouvernement devenu bateau ivre. Dans cette situation extraordinaire d’une pandémie qui n’en fini plus, ils trouvent encore le moyen de nous surprendre, sans pour autant nous amuser. Mais jusqu’où iront-ils ?

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le confinement serait finalement un bon révélateur de l’état de notre société et surtout de l’imagination débordante de nos gouvernants. Que se passe t’il là-haut, dans les brumes obscures de l’esprit sombre et déshumanisé des membres de ce gouvernement ? La décision de fermer les commerces « non-essentiels » et son application absurde qui oblige les librairies à garder portes closes, a provoqué, à raison, une forte contestation dans le pays. En regard de cette colère, au lieu de revenir sur cette décision et donc d’avouer une erreur, les brillants cerveaux du pouvoir ont finalement opté pour l’interdiction de vendre des livres dans les grandes surfaces.

 C’est à se demander s’ils ont encore une raison ou s’ils ne sont que de simples robots humanoïdes dont la connerie serait le seul logiciel de fonctionnement. La bêtise n’a donc plus de limite ? Le seul ressort de ces petits esprits serait donc la concurrence commerciale ? Car quelle autre raison peut pousser à une telle logique ? Après nous avoir affirmé qu’il vaut mieux éviter de tomber malade, plutôt que d’augmenter les capacités hospitalières, alors que nous sommes en pleine pandémie et face à un virus que personne n’arrive à comprendre, ni à maitriser, voilà maintenant les Pieds Nickelés de l’Etat qui interdisent la vente de livre.

 Passons les épisodes sur les masques qui ne servent à rien et qui deviennent obligatoires, mais payant.

Passons, sur la suppression des lits en pleine pandémie dans les hôpitaux.

Passons sur le refus d’augmenter les postes d’enseignants sous prétexte qu'ils ne servent pas à relancer l’économie.

Passons l’obligation de travailler, en prenant les transports en commun bondés, alors qu’il est interdit de sortir de chez soi pour autre chose.

Passons sur l’obligation de porter un masque dans la rue, mais pas sur une terrasse de café.

Passons sur les fermetures de cinémas, de théâtres, de bibliothèques ou de médiathèques, mais pas pour les hyper-marchés et les galeries marchandes avec dérogations pour certaines le dimanche.

Passons les propos débiles sur les rayons "communautaires" dans les supermarchés.

Passons sur toutes ces absurdités, passons sur ce manque de vision, sur l’amateurisme politique… Mais enfin… interdire la vente de livres en France. Dans ce pays ? Au moment en plus, où s’ouvre la saison littéraire. Ils sont fous ! Il n’y a plus de sens commun ! Il n’y a plus de raison ! On pourrait comprendre tellement d’interdictions, même en étant en désaccord, mais interdire la vente de livres ? Et ensuite quoi interdire ? La musique, la peinture, la photographie ? Nous ne pouvons plus aller au cinéma, au théâtre au concert, au musée, que veulent-il à la fin ces dingues ? Devant tant de bêtise et d’ignominie, une seule question. Vont-ils tomber plus bas ? Une chose est sûre, même s’ils revenaient sur cette décision, le mal est fait. Ce gouvernement pour l’histoire sera celui qui a interdit la vente généralisée des livres même si cela s’est fait dans un contexte particulier. Il n’y aura aucune excuse valable, aucune explication plausible. Le mal est fait, le symbole est destructeur et cette histoire est à pleurer. Passons.... et puis non, ne passons pas.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez