olivier perriraz

Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle

Montmaur - France

Sa biographie
Olivier Perriraz est né en 1962. Il a été journaliste depuis 1988, année pendant laquelle il est entré comme reporter photographe au sein de l'équipe du magazine Reflets de la ville de Martigues (13). Devenu pigiste pour plusieurs hebdos nationaux dès le début des années 1990, il a couvert la plupart des conflits sociaux de la région Paca de l'époque, comme la lutte des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer,  La Ciotat ou encore Sud Marine. En 1996, il collabore avec Véronique Guillien autre photographe et montent ensemble une grande exposition photographique pour le musée portuaire de Dunkerque, appelée "Quai et Gestes". Pigiste permanent pour la Vie Ouvrière il effectuera plusieurs reportages internationaux comme le conflit Israélo Palestinien à plusieurs reprises, le conflit Albano Macédonnien, les camps de réfugiés du Kosovo ou encore la politique sociale de Nelson Mandela à Soweto en Afrique du Sud. Après une Formation à l'EMI-CFD (école des métiers de l'information), il devient rédacteur au sein de la rédaction de la Nouvelle Vie Ouvrière en 2004. Il contribue alors à la création d'une édition Rhône-Alpes basée à Lyon qui sera supprimée en 2010. Depuis 2008 il anime, à Lyon, la compagnie de théâtre Excès Terra Cie dont le travail se base sur un théâtre d'Education Populaire en proposant des spectacles atypiques. Après avoir quitté la rédaction de la Nouvelle Vie Ouvrière en janvier 2015, il participe à la création et à la diffusion de spectacles vivants vers les populations isolées et éloignées de la culture au travers de l'association l'Epicerie Culturelle dont il prend la responsabilité artistique en tant que metteur en scène.
Son blog
61 abonnés "La meilleure forteresse des tyrans est l’inertie du peuple"
Ses éditions
Voir tous
  • La bêtise comme seule boussole

    Par
    Difficile de rester concentré, face aux décisions absurdes et cumulées d’un gouvernement devenu bateau ivre. Dans cette situation extraordinaire d’une pandémie qui n’en fini plus, ils trouvent encore le moyen de nous surprendre, sans pour autant nous amuser. Mais jusqu’où iront-ils ?
  • La République des fourbes

    Par
    Le pouvoir politique et ses partisans gonflent les polémiques et profitent de l’émotion provoquée par un nouveau crime monstrueux. Cette lamentable fourberie, cette diversion bien pratique évite ainsi de débattre du fond des problèmes, pendant que les humanistes de tous bords sont désunis, s’écharpent et se disputent à propos de la liberté d’expression ou de l’intolérance.
  • Camarade Jean Luc renonce à cette comédie !

    Par
    La France Insoumise et Jean Luc Mélenchon invitent les insoumis à donner leur avis sur une éventuelle candidature en 2022. Cette alerte n'a que le but de créer un débat. Soyons fous, osons autre chose, pour une fois.
  • Covid 19 ; Pain béni des salopards

    Par
    D’aucun, comme moi, se demandait depuis lundi 16 mars dernier - et les annonces du Gouvernement -, quand et comment, ils nous feraient payer les milliards soudainement trouvés, pour faire face à la crise sanitaire.
  • Défaire la légitimité présidentielle en 2022

    Par
    Et si nous incitions le peuple, à refuser le jeu de cette mauvaise démocratie ? Une sorte de campagne électorale pour l'abstention, avec une grande majorité d'électeurs qui décidaient de ne plus voter lors de la prochaine élection présidentielle, mais se mobilisaient pour les législatives. Une abstention telle, que le président élu n’aurait pas la moindre crédibilité.
Voir tous
  • Édition Cadrages et recadrages

    Ruralité, Urbanité et Imbécilité, par Jean Bojko

    Par
    Jean Bojko poète nivernais, initiateur du TéAtr'éPROUVèTe à Corbigny et créateur d'interventions artistiques en milieu rural, nous livre ses réflexions. Quand la poésie est axe de réflexion philosophique, ethnologique, économique ou simplement politique... "J'habite un jardin fait de mots et de silence, où le vent et la lumière se donnent rendez-vous pour s'embrasser secrètement."
  • Édition Cadrages et recadrages

    La culture aide à gommer les inégalités sociales

    Par
    Travail et culture (TEC), né en Isère de la volonté de quelques syndicalistes et acteurs culturels, est aujourd'hui en danger. Cette structure prônant l'accès à la culture pour tous se voit menacée depuis le changement de majorité dans certaines communes lors des dernières municipales. Rencontre avec Philippe Denys, médiateur culturel, représentant du personnel.
  • Édition Cadrages et recadrages

    Artiste avec éthique!

    Par
    Franck Adrien comédien © Olivier Perriraz Franck Adrien comédien © Olivier Perriraz
    Franck Adrien, comédien et metteur en scène, partage son activité entre plateaux de télévision, cinéma d’auteur et scènes théâtrales. Une diversité et des choix souvent difficiles dans un monde plus vraiment rêvé pour le spectacle vivant.
  • Édition Cadrages et recadrages

    Notre légitimité syndicale. Par Yves Roupsard

    Par
    Le président-candidat a provoqué les organisations syndicales de salariés sur le thème du vrai travail pour célébrer le 1er mai 2012. Il a tenté d’opposé les «vrais travailleurs» à des syndicats politisés, qui seraient composés de permanents défendant les statuts au lieu des vrais problèmes.
  • Édition Cadrages et recadrages

    Une Usine, par Guillaume Le Blanc, Philosophe

    Par
    Ceci n’est pas un commentaire. Encore moins une illustration. Les photos présentées n’en ont nul besoin. Aucune nécessité d’un hypothétique accès vers des silhouettes légèrement stabilisées, entre normalité et fragilité. Peut-être faudrait-il repartir des lieux, de leurs histoires. Une usine, ce ne sont pas seulement des murs, des machines, des postes de travail, des badgeuses, des bureaux, des contremaîtres, des odeurs, des emplois du temps, des cadences. Une usine, ce sont des vies, des visages, des voix, des vies accordées à d’autres vies qui travaillent, qui vivent dans le travail, qui vivent à côté du travail. Il faudrait faire une anthologie des vies ordinaires, laisser le stylo suivre les méandres d’une existence, la laisser parler et s’arrêter d’écrire.