olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2011

liberté, égalité, fraternité où êtes vous?

Aller encore un an. La course au pouvoir reprend de plus belle. Comme si elle avait été suspendue au cours des quatre années qui viennent de s’écouler. C’est tout le problème de ce pays et de sa classe politique. Le débat permanent peut se révéler nécessaire dans l’absolu, mais ce à quoi nous assistons depuis 2007 n’est en rien du débat politique. Quand avons-nous droit à cette simple question ; quel choix de société voulons nous faire ?

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aller encore un an. La course au pouvoir reprend de plus belle. Comme si elle avait été suspendue au cours des quatre années qui viennent de s’écouler. C’est tout le problème de ce pays et de sa classe politique. Le débat permanent peut se révéler nécessaire dans l’absolu, mais ce à quoi nous assistons depuis 2007 n’est en rien du débat politique. Quand avons-nous droit à cette simple question ; quel choix de société voulons nous faire ?

A droite la seule posture qui tienne c’est que la grande majorité silencieuse (le Peuple) pèse plus que la minorité la plus riche. C’est donc dans cette majorité qu’il faut ponctionner pour soulager la minorité au pouvoir économique considérable. Une forme de corruption passive et permanente avec en plus l’utilisation de la peur du bouc émissaire désigné. Un jour les fonctionnaires, un autre jour, les journalistes, puis les enseignants et enfin les immigrés. Cette stigmatisation peut aller très loin, jusqu’à l’insupportable quitte à ce que le parti de droite majoritaire implose tout seul.

A gauche, c’est la course à l’idée politique qui pourra être crédible aux yeux du Peuple. Il faut qu’elle soit neuve et osée et surtout sans faire la moindre auto critique des erreurs du passé, tout en promettant des lendemains qui chantent.

Oui mais voilà, dans ce grand jeu de la course au pouvoir, la récompense ne dure que cinq ans. Donc, les idées politiques ne sont réfléchies que sur le laps de temps, quitte à s’affranchir du seul esprit qui fait la force des idées de gauche, la solidarité.

Pourtant, c’est elle qui régie nos organismes sociaux. C’est elle qui régie l’impôt. C’est elle qui guide notre système de santé, elle enfin qui propose un système économique fiable, dans laquelle l’entreprise à sa place. Revenir à cette fondamentale et généreuse idée serait donc impossible ? La solidarité et le paritarisme ne sont pourtant pas des gros mots.

Lors de la défense du droit à la retraite, - car il s’agissait bien de cela et non d’une simple histoire d’âge – les partis de gauche furent aux culs des organisations syndicales. Résultat, 3 millions de personnes dans les rues, lorsqu’il en fallait le triple.

Aucune proposition politique réellement forte n’est sortie de cet évènement. Les syndicats ont dû supporter, le mépris du Gouvernement, qui se drape dans le manteau d’une vierge effarouchée lorsqu’on l’accuse de tricher sur la consultation. Aujourd’hui, un ancien premier secrétaire du PS, candidat amaigris à la présidence de la République, ne trouve rien de mieux que de proposer encore des exonérations de cotisations, pour dit il, inciter les entreprises à embaucher les plus jeunes et conserver les plus anciens. Pareil pour le nucléaire, il suffit de rajouter le mot « tout » au milieu de sortir progressivement du… nucléaire, en espérant que personne ne s’en aperçoive pour adopter une attitude plus écolo. Toujours la même histoire avec le PS. Il prend des postures indignées pour ensuite revenir sur ce qui fait sa propre indignation. C’est ainsi qu’il refuse avec raison de voter une loi sur la réforme des retraites, mais qu’il risque d’être ensuite le premier à l’appliquer s’il parvient au pouvoir.

La volonté de pouvoir, légitimé par ces élections présidentielles n’est plus en lien avec cette grande idée né de nos révolutions. 1789, 1830, 1848 et 1946 pour sa constitution, ont bâtis le socle de notre République qui reste la garantie de la démocratie. Il est désolant de voir aujourd’hui que les programmes politiques de ceux qui auront une réelle chance d’accéder au pouvoir cherchent en permanence à s’en amender. A force de contorsions, de petits arrangements, de retournement de veste et de pratiques personnelles douteuses, ils réussissent à faire le lit de propos et de pratiques antidémocratiques. L’extrême droite l’a bien compris et surfe sur ces dangereuses déviances en utilisant les peurs sans fondements, d’une population devenu inerte par dégoût politique. En commençant simplement à se demander si le FN est un parti comme les autres, politiques et journalistes nous mettons le doigt dans un engrenage qui pourrait bien nous entraîner dans de sombres abîmes.

Ce qui porte atteinte, aux fondements de notre République que sont la liberté, l’égalité et la fraternité, doit être dénoncé et combattu. "La meilleure forteresse des tyrans est l’inertie du peuple" écrivit Machiavel. Il est peut être temps d’avoir des idées ou alors de revenir à l’application stricte et sans concession de nos fondamentaux républicains. Il ne nous reste qu’un an.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA