olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 mars 2015

Radio France: le psychodrame des Guignols

Cette pauv'Bichette de Pascale Clark n'a pas eu sa carte de presse renouvelée par la commission de la carte di'identité des journalistes professionnels. Elle est très fâchée et observe une sorte de grève du zèle. Du coup, fou de rage et pour défendre sa collègue de travail, Patrick Cohen a découpé sa carte à l'antenne.

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette pauv'Bichette de Pascale Clark n'a pas eu sa carte de presse renouvelée par la commission de la carte di'identité des journalistes professionnels. Elle est très fâchée et observe une sorte de grève du zèle. Du coup, fou de rage et pour défendre sa collègue de travail, Patrick Cohen a découpé sa carte à l'antenne.

Maintenant que les caméras se sont invitées à la radio, le spectacle peut avoir lieu, semble croire l'animateur du 7/9 de France Inter. Il a osé le bougre ! Quel geste courageux ! Désormais le monde ne devrait pu être tout à fait le même. Cette petite histoire révèle le défaut droit social à Radio France et de véritables abus de l'utilisation du régime des intermittents du spectacle.

Apparemment, les raisons invoquées par les membres élu(e)s et syndicalistes de la commission relèvent du fait, qu'ils évoquent un sérieux doute sur la qualité journalistique du travail de la chroniqueuse, mais également du fait qu'elle soit rémunérée par Radio France en tant qu'intermittente du spectacle. 

Voilà que les abus dénoncés depuis des années par les (véritables) professionnels du spectacles se font jour et que les bénéficiaires du régime en toute illégalité, au sein de Radio France, tombent dans le panneau. Or, la décision issue d'un vote à la majorité par les membres de la commission de la carte est parfaitement motivée et logique. Soit, les chroniqueurs de Radio France sont journalistes et dans ce cas relèvent de la convention collective des journalistes professionnels, et ils doivent être rémunérés, déclarés et traités comme tels dans le cadre de leur emploi. Soit ils sont professionnels du spectacle et peuvent être déclarés en contrat à durée déterminée d'usage, dont le recours n'est autorisé que dans le cadre du spectacle ou du bâtiment, et dans ce cas il peuvent bénéficier du régime des intermittents du spectacle. Mais vu le nombre d'heures qu'ils totalisent sur l'année, une requalification en contrat à durée indéterminée serait peut-être envisageable si l'Urssaf et les services de l'inspection du travail étaient efficaces.

Au lieu de se plaindre et de pleurnicher sur leur pauvre sort comme ils le font, ils feraient mieux de se mobiliser pour exiger que leurs droits de salarié(e)s soient respectés. Ils doivent choisir, être journalistes ou être professionnels du spectacle. Dans le cadre des journalistes, rappelons que la carte de presse n'a plus qu'une portée symbolique, même si parfois elle peut être exigée lors d'évènements politiques, ou populaires et qu'elle s'accompagne dans ce cas d'une accréditation. Elle ne peut pas être exigée par les services des impôts afin de bénéficier de l'abbatement pour frais professionnel (7650 euros), puisque seul le bulletin de salaire prouve l'emploi de journaliste. Dans son dossier de demande de renouvellement de carte Pascale Clark et son employeur ont dû fournir les preuves de son emploi de journaliste. Si ses bulletins de salaires sont réalisés pour un autre métier que celui de journaliste, la commission ne peut pas accorder la carte. C'est assez simple et limpide.

Les véritables professionnels du spectacle, qui se battent, depuis des années pour faire reconnaître leurs droits, notamment depuis l'été dernier et alors que le régime spécifique des intermittents est menacé et régulièrement amendé, apprécieront et chercheront sûrement quand et sur quelles antennes les profiteurs abusifs de leur régime les ont soutenu durant cette lutte qui n'est pas terminée. Ils ne trouveront rien ou plutôt découvriront avec quelle passivité coupable, ces pseudos journalistes, ou pseudo professionnels du spectacle (on ne sait plus) ont démontré leur esprit critique. Pire, ils découvriront comment certains ont accompagné et même parfois relayé la désinformation sur le sujet du régime des intermittents du spectacle. 

L'usage en la matière à fait place à l'abus. Se glissant lentement comme un fait avéré. Les membres de la commission de la carte d'identité des journalistes professionnels rappellent aujourd'hui que le droit social existe toujours et qu'ils doit être défendu. Il est vrai qu'ils sont syndicalistes et élu(e)s et nous rappellent une fois de plus leur utilité et qu'ils ne sont guère soutenus dans ce pays et dans cette caste. Voyons maintenant de quel courage vont faire preuve, Pascale Clark, Patrick Cohen sur France Inter ou encore Brice Couturier sur France culture qui n'a eu de cesse de remettre en cause un régime dont il est pourtant bénéficiaire abusivement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut