olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 déc. 2016

Le bal des prétentieux!

L’élection présidentielle qui s’annonce sera sans doute celle de tous les qualificatifs. C'est l’expression d’une espèce de monarchie aux multiples prétendants prêts à tout pour le pouvoir. La corruption, les combines d’appareils, les égos surdimensionnés, le narcissisme, les petites et les grandes trahisons sont désormais la normalité face aux sombres desseins qui guettent notre démocratie.

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça y est, cette fois nous y sommes. Plus personne ou presque ne manque à l’appel du perron suprême. La primaire de droite nous a démontré que six méchants messieurs pour une seule madame, pas plus sympathique, sont capables d’imaginer le pire avec les propositions les plus inhumaines, les plus rétrogrades socialement, irresponsables sur le plan écologique et les plus dévastatrices sur le plan économique à l’inverse de tout intérêt général.

A gauche, sans qu’on ne sache plus très bien ce que ce mot concentre, c’est la foire d’empoigne.  Et pour cause. Ceux que nous avions élu ont tourné leurs vestes vers le capitalisme le plus méprisable et une commission européenne gangrénée par les banquiers. Comble du Cynisme, ils n’ont même pas esquissé un début de contestation ou d’opposition face au pouvoir de Bruxelles. Résultat, la primaire qui s’annonce à gauche ne sera finalement que la primaire d’un parti socialiste qui n’a plus la moindre légitimité pour se définir à gauche. Les ténors du pouvoir socialiste nous referont le coup du vote utile, en pleurnichant et en réclamant à leurs opposants de gauche de participer au jeu de dupe qu’ils ont mis en place et dont ils changent les règles au gré des circonstances.

C’est pathétique ! Ce parti s’est vautré dans la compromission avec le pouvoir capitaliste et va « gauchiser » son discours quelques mois avant l’élection, afin de convaincre les électeurs de lui faire encore confiance. « Les socialistes, ils osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît »… pourrait dire Michel Audiard en pareille circonstance.

Pour faire admettre leur stratégie grossière de Pieds Nickelés, mais sous couvert d’une culpabilité bien orchestrée au regard du risque que pose l’extrême droite, ou pire, le terrorisme, le PS fait enfin la place à ses jeunes lions désormais cinquantenaires, mais aux plans de carrières bien affûtés, poussés qu’ils sont par leurs vieux éléphants. Le tout avec des accents de sincérité venu du fond du cœur et de promesses de rassemblement, alors qu’ils se détestent tous et n’ont finalement qu’un seul désir commun ; le pouvoir !

Peine perdue ! Le bilan est là. Le peuple n’a plus que haine et mépris pour ces précieuses ridicules issues de Gouvernements qui ont fait honte à l’histoire de ce pays durant le dernier quinquennat. « Temps hideux ou la joue est rose du soufflet » disait Victor Hugo dans Rois et Peuples. Ni y sommes ! Certes, ni les siècles, ni les époques ne sont pas comparables, mais nous vivons la même chose, tout en se dirigeant vers un avenir de plus en plus inquiétant. Etat d’urgence désormais permanent, politique internationale du coup de menton, crise d’autoritarisme, cynisme, corruption, lois anti sociales, justice aux ordres, fichages et intimidations se multiplient et le pouvoir socialiste nous invite à le suivre à nouveau. C’est écœurant ! Que les fameux frondeurs, qui viennent d’adouber le nouveau Premier Ministre,  aient donc le courage de leurs indignations passagères et quittent cette sinistre farce ! Qu’ils aient le courage de mettre en jeu leur mandat de député ! Qu’ils renoncent donc à la compromission et à la politique de girouette. Car le Peuple ne jouera plus cette fois-ci et les ferments redoutables qu’il nourrit dans ses déceptions reviendront comme une gifle au visage de la démocratie.  

Le problème c’est que nous en payerons tous le prix et ce pour plusieurs décennies, voire plusieurs générations. La primaire du PS fera un bide, c’est certain, tant ses acteurs nourrissent leurs propres égos repus et satisfaits. Ce parti va exploser en plein vol, c’est encore ce qui pourrait lui arriver de mieux, pour qu’une nouvelle classe politique émerge de tout ce fatras. Reste qu’à Gauche, c’est à dire le camp de ceux qui nourrissent une idée politique qui forge ses convictions sur la solidarité et l’intérêt général. Un mouvement politique qui a su dans un pays ruiné par la guerre créer la sécurité sociale, les comités d’entreprises, et mettre en place définitivement les congés payés.

Une idée politique qui a généré en son temps tant de choses utiles pour la collectivité ;  à commencer par une presse pluraliste et non hégémonique qui n’était pas aux mains de banquiers ou d’industriels. Des écoles et des universités gratuites. Un service public de la santé, de l’énergie, un autre du transport. Une culture démocratisée et décentralisée dans laquelle le patrimoine n’était qu’une composante. Une politique dans laquelle l’idée pour tous est le maître mot de cette gauche progressiste.

A Gauche donc, il faudra bien réconcilier les postures et les procès d’intention. Assez de ces guéguerres intestines stupides et imbéciles ! Assez de chercher la petite bête pour mieux dézinguer le candidat choisi par défaut, lorsque rien n’a été proposé auparavant ! Assez de se déchirer au moindre prétexte en ressortant en plat chaud les reproches du passé ! Que chacun dans son groupuscule regarde son propre comportement. Que chacun se recentre sur l’intérêt général. Seule et bardée de ses certitudes, aucune formation politique ne survivra à ce qui se prépare.  Quoi ! la Gauche n'aurait'elle plus d'idée commune ?

La cinquième République nous a corrompu. Elle nous a progressivement poussés vers l’abîme d’une monarchie présidentielle qui valorise les égos de personnages de plus en plus en plus douteux, avides de pouvoir et de moins en moins soucieux de l’esprit collectif. Les lobbies font désormais la politique alors que la confiance du Peuple se traduit par une abstention record. Le capitalisme a réussi une forme de corruption du Peuple, par le crédit rendu facile, par l'illusion de la propriété, de la petite auto, de l'individualisme et du plaisir futile dans l'immédiateté. Plus personne pour défendre l'opprimé, plus de résistance devant la sur-consommation ni devant des médias serviles. Plus d'indignation collective ou si peu devant l'ampleur de la tâche. Le réveil de toute cette fange risque d’être aussi douloureux que les cataclysmes naturels qui se déchainent régulièrement à cause de l’activité humaine. Nous serons l'Haïti de l'ouragan du libéralisme. La politique de ce pays ressemble de plus en plus à l’état de la planète, mais c’est le fascisme qui en sortira vainqueur. Attention, les véritables méchants risquent de gagner cette fois ci. Le Pouvoir socialiste a préparé le terrain !

La France devrait se doter d’une nouvelle constitution. La France devrait montrer l’exemple du pacifisme au lieu de faire le jeu des belligérants. La France devrait se souvenir de son passé. S’excuser auprès des Peuples asservis durant la colonisation. Au moins pour réduire ce qui fait le lit du terrorisme. Notre armée devrait être celle de l’humanisme au lieu de sortir et de vendre ses armes. Au lieu de bombarder des gens qui ne nous ont rien fait. La France devrait être le cœur de la diplomatie mondiale. Ce pays devrait protéger tout ce qui vit à commencer par la planète. Pour les gens de gauche convaincus trois mots pourraient être mis en exergues ; Paix, Solidarité, Protection en sous-titre de Liberté, égalité, fraternité. En sommes nous simplement capable ? Qui saura relever ce simple défit, lors de ce bal de prétentieux ?…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay