olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2020

Camarade Jean Luc renonce à cette comédie !

La France Insoumise et Jean Luc Mélenchon invitent les insoumis à donner leur avis sur une éventuelle candidature en 2022. Cette alerte n'a que le but de créer un débat. Soyons fous, osons autre chose, pour une fois.

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour (camarade) Jean Luc, je choisi le tutoiement par respect fraternel et par humanisme. Dois-tu te présenter en 2022 ? Répondre trop rapidement par un oui ou un non, ne me paraît pas être à la hauteur de cette grande question. Tu éclaires mon esprit, comme celui de beaucoup de citoyens depuis des années et je ne suis quasiment jamais en désaccord avec toi sur le fond. Je ne me laisse pas intoxiquer par les polémiques stériles sur tes emportements, tes coups de colère - bien légitime à mon sens - dans ce monde cynique où l'émotivité des évènements prend le pas sur la raison. Aussi cette idée de demander notre avis sur ta candidature, je la salue et en félicite l'initiative. Encore un bel exemple de démocratie qu'il ne faut pas laisser passer. 

Pour autant, cette idée de participer - encore une fois - à cette comédie prétentieuse, ne me parait pas raisonnable. Non pas parce que ce serait toi ou un-e autre, mais parce que  je pense qu'il faut décrédibiliser cette V ème République et son représentant devenu monarque. Cette élection devenue la seule boussole des commentateurs et de ceux qui font la politique n'est plus la boussole du peuple depuis longtemps. La dernière comédie de 2017 a quand même été l'aboutissement de ce que les trahisons politiques et intellectuelles peuvent créer. Se terminer avec l'élection d'une marionnette aussi ridicule et dangereuse, dont le discours général fut aussi vide d'idées et rempli d'autant d'air, est quand même édifiant.

Cette élection, ce bal des prétentieux et des bonimenteurs file la nausée ! Elle écœure les citoyens jusqu'au dégoût. Un dégoût qui s'exprime par l'abstention record, par le désintérêt de la parole politique aussi noble soit-elle (même la tienne) et surtout, ce qui est plus grave, par la défiance vis à vis de tout projet de société aussi généreux soit-il. Plus personne n'est écouté, entendu, respecté. Plus rien n'a de grâce aux yeux des citoyens. Le cynisme est tel, que plus aucun programme ne sera légitimé par cette élection. Il n'y a plus de confiance. C'est le "tous pourris" qui semble être le thème fédérateur de la grande masse populaire que tu cherches à convaincre. Je crains qu'aujourd'hui ce ne soit plus possible tellement le gouffre qui sépare les citoyens de leurs représentants est immense. Nous devrions voter pour des représentants, nous sommes réduits à élire des "élites" qui décident à notre place. 

Ma conviction est que les forces humanistes, écologistes ou progressistes, ce qui constituait un ensemble plus ou moins cohérent que l'on appelait la gauche il n'y a pas longtemps, cet ensemble hétérogène est incapable de mobiliser ses membres sur un projet politique commun. C'est dommage, c'est stupide, mais sans cette union, sans une même voix, sans un espoir immense et ambitieux, l'élection présidentielle est perdue d'avance. Si tu te présentes, tu ne seras pas élu. Pour tous tes ennemis, tes détracteurs, tes caricaturistes, tu seras celui qui en a fait une de trop. Tu seras celui qui a divisé par mégalomanie, même si ce n'est pas ce qui t'habite. A toute défaite il faut un coupable. Tu es le coupable idéal de tous, ce que je réprouve et qui me désole. Mais le cynisme ambiant de cette époque, l'absence de vue politique à long terme et la méchanceté généralisée ont pris le pas sur la raison.

A mon sens, l'ensemble de la "gôche" devrait se concentrer sur les seules élections "accessibles" sans union. Les législatives ! Elles restent le seul moment démocratique qui garde encore un peu de légitimité, si le Parlement ne se réduit pas à une chambre d'enregistrement du pouvoir en place. C'est le seul endroit dans lequel l'opinion des citoyens à encore une chance d'être respectée, pour peu que les candidats-tes députés-es se positionnent clairement pendant leur campagne et à l'Assemblée Nationale, dans de véritables enjeux de contre-pouvoir. J'irai même plus loin en disant que l'appartenance à une force politique affublée d'une étiquette, dans le cadre des élections législatives, est devenue une barrière à l'expression citoyenne dans les urnes. Les partis sont tous suspects. Les gens attendent de la sincérité, de l'émotion vraie dans les convictions. Ils cherchent une vision claire, radicale dans son expression et qui ne laisse pas la place au doute. Et du doute il y en a aujourd'hui.

Jospin à fait une énorme connerie en changeant le calendrier électoral, il a trahi - c'est dans l'Adn socialiste - la démocratie, le peuple et le parlement en juxtaposant la présidentielle aux législatives. Cette connerie, cette trahison, ce manque d'intelligence politique a détourné l'expression et le positionnement politique des députés-es, devenus du coup des godillots enfermés dans leur soutien au pouvoir,  ou à leur groupe d'appartenance jusqu'à en perdre leur dignité. Redonnons une chance à la démocratie parlementaire, en se consacrant à la seule élection nationale qui s'appuie sur l'expression populaire dans les territoires, les circonscriptions. Changeons de stratégie !

En abandonnant l'idée de se présenter à la présidentielle, un-e candidat-e insoumis-e tel que toi crée une immense surprise et probablement un regain de respect et de sympathie dans l'opinion publique. Cette surprise apporte une inconnue à la présidentielle qui déstabilisera toutes les forces en présence. Pour les autres, qu'ils fassent ce qu'ils veulent, c'est leur problème s'ils souhaitent encore participer à cette comédie pathétique. J'imagine d'ici, les Olivier Faure, Yannick Jadot ou Fabien Roussel s'époumoner pour tenter de convaincre les citoyens qui ne les écoutent même plus, ne les connaissent même pas. Soyons grands, soyons malins, soyons cohérents. Comment combattre un système si nous continuons à fonctionner avec ses règles qu'il nous impose ? Il ne s'agit pas de renoncer, il s'agit au contraire de démontrer la supercherie. Il s'agit d'arrêter ce jeu cynique.  Créer cette inconnue pourrait alors être utile aux candidats-tes député-es qui devront se positionner.  Sachant qu'aucune majorité n'est pas acquise à l'avance et que l'abstention record fera perdre tout son sens à cette élection, nous pouvons ensuite renverser la table et proposer une autre République. Il faut démontrer que cette V ème République et son élection présidentielle ne sont plus le sujet. Il faut créer l'évènement politique, il faut faire peur à nos adversaires et les laisser se noyer dans leur propre fange.

Je ne suis pas grand chose d'où je suis, juste un citoyen qui en a marre de toute cette comédie. Juste un citoyen qui souhaite apporter une réflexion et qui sent bien que le pire arrive. Oui j'ai peur du monde que nous avons créé, soit par notre participation, soit par notre inertie ! Oui j'ai peur du fascisme vers lequel nous courrons et nous entrainent ces monstres qui nous dirigent. Oui j'ai peur de la violence qu'ils créent chaque jour par leurs décisions inhumaines, stupides, méchantes, incohérentes, dangereuses. Oui j'ai peur d'être seul à voir, peur d'avoir raison, peur de ne pas pouvoir te convaincre là-haut dans ta bulle. Tes explications sur ton éventuelle participation à cette mascarade ne m'ont pas convaincues. Rien n'est clair dans cette histoire, il faut renoncer et inventer autre chose. 

Bien à toi, Jean Luc.

Olivier Perriraz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel