olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 nov. 2013

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Désordre social, mais burlesque

Le drame social, absurde, grotesque, bête et méchant lorsqu'il est traité par l'humour, voire le burlesque devient un acte de résistance jubilatoire. La lyonnaise Maud Martin et la Compagnie le Désordre ont eu la bonne idée de créer, un spectacle drôle, caustique et pertinent, d'après le texte savoureux d'Emmanuel Darley ; « Flexible hop, hop ».  

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le drame social, absurde, grotesque, bête et méchant lorsqu'il est traité par l'humour, voire le burlesque devient un acte de résistance jubilatoire. La lyonnaise Maud Martin et la Compagnie le Désordre ont eu la bonne idée de créer, un spectacle drôle, caustique et pertinent, d'après le texte savoureux d'Emmanuel Darley ; « Flexible hop, hop ».  

Dans l'usine Interklang, les ouvriers produisent des « Klangs », bien-sûr. Mais comme souvent, ils sont trop vieux ou trop jeunes, trop inexpérimentés, pas assez performants, trop chers, il y a les charges, il faut les licencier. Chez Interklang, le jeune cadre dynamique (Sylvère Lagier) et sa charmante assistante (Anne-Laure Pommier) cherchent d'autres marchés plus lucratifs pour augmenter les marges et la productivité. Il faut donc des salariés plus corvéables, des femmes pourquoi pas. L'ascenseur social est là, imaginaire, comme la carotte proposée à un Ane. Il suffirait de le prendre pour monter dans les étages de l'entreprise. Et puis non, ça ne va pas, il faut délocaliser bien-sûr et devenir Euroklang.

Pour les salariés, heureusement il y a la cellule de reclassement, la Pépinière Emploi. Là, la gentille et dévouée conseillère (Anne-Laure Pommier) distille les bilans en tous genres, les contrats aidés sous toutes formes, avant de proposer un travail au musée de l'usine partie vers d'autres cieux. Mais attention pour un ouvrier, cette drôle de bête préhistorique, elle ne peut pas grand chose, ce n'est pas de sa compétence...

Drôle et un peu déjanté le texte subtilement et sobrement mis en scène par Maud Martin ne laisse rien de côté, jusqu'à l'ouvrier numéro 2 (Cyrille Cagnasso) qui tente le sursaut, ne se laisse pas faire, dénonce les conditions de travail. Son « Tuteur » bien-sûr, le numéro 1 (Frédéric Couchoux), plus âgé, défend l'entreprise, ses cadences, son savoir-faire de "Klangs", son ancienneté, il ne se pose pas de question, il fait ce qu'il a toujours fait, comprend même que son patron le licencie et bien-sûr s'accroche à son futur stage.

 Les détails du texte sont croustillants et pourtant dramatiques de réalité. Par le jeu et parfois la pratique du clown, la compagnie Le Désordre emporte le spectateur dans un univers qu'il connait déjà par l'actualité quotidienne, mais avec l'avantage du rire et d'une certaine auto-dérision pour peu qu'il s'y reconnaisse. A titre d'exemple, l'utilisation des chaises de bureau et leurs roulettes dans ce qui devient tour à tour, l'espace de la Pépinière Emplois, ou les locaux d'Interklang. Ou encore les gestes de travail pour produire les fameux Plank, répétitifs, puis cadencés qui se dérèglent fatalement, donnent des scènes à pleurer de rire. Sabine Messina dans le rôle de Denise, débordante d'énergie, drôle et parfois poétique emporte la salle avec une belle maîtrise du plateau.

 Le décor sobre, mais efficace, composé de structures métalliques détermine l'espace de jeu en fonction des scènes. Des néons, blancs ou colorés fixés sur ces portiques renforcent le côté froid et souvent austère des locaux d'entreprises ou des bureaux de l'aide sociale à l'emploi. Maud Martin associe à sa mise en scène le clin-d'oeil du vécu d'une histoire devenu banale qui pourtant laisse de vives traces dans les mémoires familiales. Mais de cela, ce sera aux spectateurs futurs de le découvrir en souhaitant qu'ils soient nombreux à se déplacer vers ce spectacle généreux, drôle et émouvant.

Présenté à la Salle Paul Garcin à Lyon puis au théâtre d'Annonay, en novembre 2013, ce spectacle reste dans la tradition de la Compagnie le Désordre, produisant un théâtre engagé, populaire et contemporain.

 Flexible Hop, Hop, d'après Emmanuel Darley. Présenté par la Compagnie le Désordre (Lyon)

Mise en scène Maud Martin

Avec :

Anne-Laure Pommier

Sabine Messina

Frédéric Couchoux

Cyrille Cagnasso

Sylvère Lagier

Effets sonores et vidéo : Pierrick Goerger

Création lumière, décors et accessoires : Gérard Moncy

Création Vidéo : Frédéric Couchoux

Une coproduction de la communauté de communes du bassin d'Annonay (Cocoba)

Pour tou savoir sur la compagnie Le Désordre allez sur : http://leblogdudesordre.wordpress.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte