olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2015

L'homme qui marche

Avec son nouveau chantier artistique, Christiane Véricel, et la compagnie Image Aiguë répondent de belle manière à une actualité qui favorise la peur et les replis identitaires parfois violents. En ouvrant le spectacle à l'intervention du public, cette militante de l'Education populaire va plus loin que la simple création artistique et se positionne au cœur de nos débats de société.

olivier perriraz
Metteur en scène pour l'Epicerie culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

image-aigue © Nicolas Bertrand

L'homme qui marche. Trois mots juxtaposés qui possèdent en eux tout ce que notre espèce peut produire de meilleur comme de pire. L’actualité nous prouve chaque jour que cet homme marche sur la tête. Les métaphores que l’on peu en tirer sont innombrables. Ce sont trois mots qui composent également le nouveau chantier artistique imaginé par Christiane Véricel et sa compagnie Image Aiguë. Plus qu’un spectacle c’est en réalité un formidable moment d’intelligence. Une intelligence partagée qui répond de belle manière aux heures sombres que notre société subie. Par la parole, par le rire, le sourire et le débat devenu plus que nécessaire pendant cet état d’urgence.

De la marche de deux comédiens sur le plateau, la proposition artistique de Christiane Véricel se construit au fur et à mesure en un moment d’intervention du public. C’est pour cette raison qu’il est préférable de parler de chantier artistique plutôt que de spectacle.

 La séance oscille entre moments artistiques et conversations avec la salle. Chacun peut dire, réagir, imaginer ou suggérer ce que l’histoire va donner à voir. Chacun s’approprie cette brève histoire et s’identifie à ce quelle exprime dans le contexte que l’actualité commune. Les thèmes sont toujours les mêmes. La faim, le territoire et sa frontière, le pouvoir, la rivalité ou encore le partage. Or, ce qui pourraient n’être que des thèmes de débats ou de simples discussions deviennent, entre les mains de cette militante de l’Education Populaire, de véritables moments de poésie et de grâce, qui invitent à la prise de parole. Il n’y a pas de texte comme au théâtre plus conventionnel, tout juste des bribes de conversations entre les comédiens. L’énergie du clown est constante et à travers elle le rire gomme ce que les circonstances possèdent de plus tragique. C’est cette même énergie qui ouvre le chemin de la poésie du geste, du regard et de la musique.

 Tous les talents d’Image Aiguë et de sa directrice sont là. Savoir mettre sur un plateau des adultes et des enfants dont les origines et les cultures sont multiples avec des couleurs de peaux qui s’harmonisent. Les cœurs se mêlent, les sourires s’entrelacent, les corps se frôlent ou se bousculent. L’acrobatie n’est pas loin. Elle est suggérée. Le rire, le sourire et la bonne humeur sont toujours présents.

Passer les frontières et affronter un pouvoir autoritaire, pour une seule raison toujours la même. Vivre, ou plutôt survivre ! Et à travers elle, gagner son pain, le partager, ou pas… Croiser l’autre, cet étranger bizarre sur le même chemin sinueux. Observer l’autre, cet humain inconnu qui pourrait nous faire peur, sans véritablement de raison.

 A travers cette expérimentation, et le forum « une âme pour l’Europe » Christiane Véricel et Nicolas Bertrand - tous deux co-directeurs de la compagnie Image Aiguë - démontrent que les artistes doivent prendre leur place dans la gestion de la cité, dans l’organisation de la société. Ils doivent participer en allant au plus près du peuple. Dans les quartiers, dans d’autres structures que les théâtres, sans pour autant les ignorer.

Les artistes du spectacle vivant ont certes besoin de lieux adaptés, mais ils peuvent aussi s’imaginer dans le plus simple appareil urbain. « Comment soigner les âmes si l’on ne sonde pas les plaies ? » demandait Victor Hugo. Les terribles évènements de janvier et du 13 Novembre dernier  auront au moins eu ce mérite. Nous faire toucher du doigt que si une partie de la population se sent méprisée, ou simplement ignorée par les acteurs culturels ou éducatifs, - théoriquement la catégorie humaine la plus partageuse des émotions ou des idées -, de redoutables retours de bâtons sont à craindre.

L’obligation de l’immédiateté permanente de notre société si moderne ramène les êtres humains à leur état primitif. Le regard mal compris ou mal interprété devient rapidement source de crime. L’émotivité des circonstances de l’actualité prédomine sur l’intelligence. On légifère sur l’émotion. Le peuple se réveille pourtant et réclame du débat et de l’intelligence quand les dirigeants montrent les muscles, dans un élan patriotique certes nécessaire mais qui doit s’appuyer toujours sur la démocratie.

Ainsi la société marche sur un fil fragile, qui pourrait rompre à chaque instant sous l’épreuve de la surcharge des émotions. Le danger de l’actualité immédiate démontre qu’un évènement chasse l’autre, dans un temps de plus en plus raccourcis sans que rien ne soit un minimum analysé. En revenant à la simplicité du moment, à l’apprentissage de ce que le spectateur observe la Compagnie Image Aiguë revient à l’essentiel de la conscience humaine. « L’homme qui marche » est alors un moment d’échange respectueux et salutaire. Les discussions et les débats qui s’enchaînent font la preuve qu’un peuple cultivé répond aux sollicitations qui lui sont proposées. L’Education Populaire est l’élément indispensable qui réuni les individus au-delà des besoins primaires. Christiane Véricel et son équipe l’on bien compris depuis près de trente ans. C’est cette infatigable constance qui permet à des enfants, des jeunes et des adultes de se révéler et à leur tour de propager de la réflexion. L’homme qui marche sera à voir le 28 novembre prochain à 13h30 au Goethe Institut de Lyon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier