Elections

Que diraient nos parents ?
Qui ont connus la guerre
En voyant les chimères
De tous ces impatients

Nous dire qu’ils sont seuls
A nous parler si haut
Ignorant le fléau
D’une Europe en linceul

Que nos idées communes
N’ont point de convergences ?
Et que leur impatience
Est seule vision commune ?

Chacun a ses raisons
Et chacun dans son coin
Semble lever son poing
Ignorant la raison

Qu’il faut s’unir d’abord
Que pour cette élection
Il faut créer l’union
Et montrer le ressort

Des humains généreux
Qui souhaitent protéger
Et mettre hors de danger
Des avenirs heureux

Pour nos enfants d’abord
Il faut monter l’exemple
Qu’il n’y a pas de temple
Qui ne soit aussi fort

Qu’un idéal commun
Pour façonner l’histoire
Et recréer l’espoir
D’un avenir serein

Vous seriez tous coupables
Chacun dans vos chapelles
Si les droites nouvelles
Des méchants incapables

Emportaient le pouvoir
Dans la grande assemblée
Des ces peuples mêlés
D’une Europe au grand soir

Mais vous n’entendez rien
Chacun dans vos chapelles
Qu’avez vous dont fait d’elles
Qui puisse être commun ?

Chacun à sa manière 
Veut sauver la planète
Et rester à la tête
Des toutes les bannières

Ha Narcisse est votre piège
Et se rit de vous voir 
Face à nos désespoirs
Des droites qui assiègent

Toute l’Europe entière
Pendant que nous souffrons
Du manque d’horizon
Et d’une seule bannière

Il faut vous réunir
Renoncer aux pouvoirs
Et faire de son devoir
L’union pour l’avenir

Accordez les violons
Des gauches généreuses
De ces pensées heureuses
Qui forment un horizon

© Olivier Perriraz avril 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.