L'histoire, un cercle jamais refermé.

Il est des spectacles dont le public ne ressort pas indemne. La création de la compagnie lyonnaise de danse Anou Skan en fait partie. Des corps, des voix, des émotions évoluent dans un Cercle  qui accueille les spectateurs, au cœur des archives municipales de Lyon. Là, l'histoire, la vraie y est revisitée, racontée et explorée, comme un rappel à des mémoires vécues ou plus généreusement, comme une éducation faite aux innocents ne connaissant pas le Rébétiko.

Il est des spectacles dont le public ne ressort pas indemne. La création de la compagnie lyonnaise de danse Anou Skan en fait partie. Des corps, des voix, des émotions évoluent dans un Cercle  qui accueille les spectateurs, au cœur des archives municipales de Lyon. Là, l'histoire, la vraie y est revisitée, racontée et explorée, comme un rappel à des mémoires vécues ou plus généreusement, comme une éducation faite aux innocents ne connaissant pas le Rébétiko.

L'histoire ? C'est celle des peuples de Grèce et de Turquie et plus généralement d'Asie Mineure qui se provoquent et se combattent depuis longtemps, trop longtemps sans doute. Le Rébétiko, c'est cette histoire. Celle des populations déplacées au début du 20ème siècle, envahies, meurtries dans leurs chairs et leurs mémoires et qui encore aujourd'hui doivent subir les affronts d'un « Occident » prétentieux et souvent faiseur de drames aux autres.

« Cercle » ce sont ces mémoires remises à jour, sous leurs formes les plus expressives que sont les danses, les musiques, les chants et les voix aux timbres parfois douloureux. « Cercle » c'est surtout une épreuve d'émotions dans laquelle les corps évoluent avec une précision extraordinaire, tournant sur eux-mêmes, volant parfois, courant dans une circonférence infernale, comme un monde qui garde ses individus prisonniers.

 Ce cercle est également un lieu idéal pour raconter ou explorer l'histoire et plus simplement se rencontrer. A l'intérieur, deux hommes (Laurent Soubise et Fred Bendongué) beaux, magnifiques de grâce et de délicatesse, partagent les tableaux de ces danses précises, parfois lentes ou frénétiques, avec une femme (Sophie Tabakov) fine, belle comme une liane brune, longue et souple.

Dans leurs mouvement, ils envoûtent, emportent l'air et le silence parfois, qu'il faut oser pour rappeler la douleur des peuples, les musiques aux parfums de Balkans que les guerres ont trop souvent frappées. Ainsi, la danse dans toute sa grâce allonge les corps indéfiniment au-delà du visible, elle permet l'évasion de l'esprit, elle symbolise ce que la poésie d'un chant ne peut traduire à l'étranger qui écoute sans comprendre. Ces trois-là sont des experts !

 La danse, parfois, elle a besoin d'un autre support que le silence ou le son des instruments. Les mots prennent alors le relais et ce que la contemplation croyait être de la danse se transforme en théâtre, par les mots et l'histoire qu'ils décrivent. La comédienne (Elisabeth Diamantidis) donne ainsi la réplique aux danseurs et aux deux musiciens (Kalliroï Raouzeou et Lionel Romieu) qui jouent des instrument traditionnels aux sonorités rappelant le marché couvert de Théssalonique. Cette cité mi-orientale, mi-occidentale au centre des chemins des Balkans ou d'Asie Mineure est un lieu idéal pour découvrir en profondeur ces peuples que nous riches occidentaux regardons souvent avec condescendance. Les populations s'y sont croisées, entrechoquées et aussi parfois aimées, ne l'oublions pas, si nous ne l'ignorons pas. La musique ainsi mêlée au texte d'Allain Glykos (extraits de « Parles-moi de Manolis : Editions Escampette) emporte l'ignorant dans une histoire à découvrir.

 « Cercle » est à voir absolument et présenté à Lyon aux archives municipales ce 30 novembre encore.

Une nouvelle représentation aura lieu le 30 janvier 2014 au même endroit.

Le 29 mars 2014, « Cercle » sera visible à la maison du Peuple de Pierre-Bénite (69).

 En marge de ce spectacle les Archives municipales de Lyon une exposition sur l'histoire de ces peuples est proposée, avec plusieurs rendez-vous :

 12 décembre 2013 à 18h30 : Rencontre avec Christelle Ravey autours de ses romans sur l'exil ; « Le Tapisseau Byzantin et Fanny V. son dernier ouvrage.

 16 janvier 2014, 18h30 : Rencontre avec Georges Hassomeris, poète, issue d'une famille d'Asie Mineire et Gislaine Drahy, comédienne. Rencontre organisée par l'association Defkalyon.

 23 janvier 2014, 18h30 : Soirée autours de « Parles-moi de Manolis, roman d'Allain Glykos (présent ce soir là), inspiré de l'histoire de sa famille grecque, originaire d'Asie Mineure. Ce roman a été adapté en bande dessinée par Antonin Manolis et en film, par Chistian Richard.

 « Cercle »

Conception et direction artistique : Sophie Tabakov

Administration : Laurent Soubise

Chorégraphes et danseurs : Sophie Tabakov, Laurent Soubise et Fred Bendongué.

Chants et Musiques : Kalliroï Raouzeou et Lionel Romieu.

Textes : Allain Glykos.

Poèmes de Yannis Ritsos, chants du répertoire rébétique et du répertoire traditionnel turc.

Lumière Christine Richier, assistée de Thibault Theillere

Costumes : Myrtille Macabéo

Avec les collaboration artistiques de : Gulaÿ Hacer Torük (chant turc)

Alain Buffet (teaser vidéo)

Mélissa Druet (photographies)

Didier Damatons (vidéo)

Pour sen savoir plus : http://anouskan.fr/CERCLE/le%20spectacle%20CERCLE.htm

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.