Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

101 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2020

Police raciste et racisme d'Etat

Quand le premier syndicat policier crée une cagnotte pour les agresseurs de Michel Zecler, qui aura encore le front d'affirmer qu'il ne faut pas stigmatiser le corps tout entier à cause de quelques brebis galeuses? C'est l'occasion de revenir sur un terme qui fait polémique: celui de racisme d'Etat.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Police cagnotte

Quand le premier syndicat policier crée une cagnotte pour les agresseurs de Michel Zecler, qu'est-ce que ça dit de l'état de la police? Qui aura encore le front d'affirmer qu'il ne faut pas stigmatiser le corps tout entier à cause de quelques brebis galeuses? Comment douter que le racisme est la règle, et que les policiers qui n'y souscrivent pas sont les exceptions?

C'est l'occasion de revenir sur un terme qui fait polémique: celui de racisme d'Etat. On a beaucoup reproché aux théoriciens indigénistes de ne pas savoir définir ce terme qu'ils emploient pourtant souvent. On comprend, ou on fait semblant de comprendre, qu'il faudrait pour qu'il y ait racisme d'Etat qu'il y ait en France des lois raciales, s'appliquant diversement aux personnes à raison de leur origine ethnique ou de leur religion. C'est ne pas comprendre ce qu'est l'Etat et faire mine de croire que le pouvoir ne s'exerce que par la loi.

Il y aurait sans doute plusieurs façons de démontrer l'existence d'un racisme d'Etat. Mais s'il en suffit d'une, le racisme dans la police fera parfaitement l'affaire. Combien de policiers ont des convictions racistes? Nul ne le sait. Un nombre certainement conséquent. Mais ce racisme des individus devient celui de l'institution tout entière puisque la solidarité de corps s'exerce, dans l'immense majorité des cas, au détriment des victimes pour couvrir les agresseurs. Ainsi passe-t-on d'un racisme individuel à un racisme structurel, c'est-à-dire un racisme qui structure les actions du corps tout entier, les quelques exceptions étant neutralisées par la masse.

Or l'Etat se rend complice de sa police en refusant de la sanctionner, parce qu'il considère que son image est indissolublement liée à celle de son bras armé. Ainsi a-t-on entendu la secrétaire d'Etat Sarah El Haïry sermonner des jeunes: « Il faut aimer la police, car elle est là pour nous protéger au quotidien. Elle ne peut pas être raciste, car elle est républicaine ! » Mais l'Etat ne peut couvrir sa police qu'en chargeant à son tour les victimes. Le prix du déni du racisme est donc l'élaboration d'un discours raciste, chaque crime policier se transformant en un portrait à charge de la victime. Plus la police frappe et plus les noirs et les arabes sont toxicomanes, délinquants, fous et violents. Ainsi les citoyens sont-ils à leur tour mis face à un choix: croire en leur Etat et reprendre à leur compte ses discours racistes, ou croire les victimes et rompre avec l'Etat. On pourrait donc définir le racisme d'Etat comme une idéologie qui est indisssociable de l'acceptation de l'autorité de l'Etat, idéologie dont l'enjeu premier est la légitimité de la violence exercée au nom de l'Etat par la police. 

Si c'est l'Etat tout entier qui est structurellement raciste et, par extension, la société entière qui est sommée de l'être, c'est donc la police qui est le coeur de ce racisme. C'est d'autant plus vrai que tout indique que l'Etat lui-même a peur de sa police. Si les citoyens parvenaient, par un miracle de la vie électorale, à reprendre pied dans l'appareil d'Etat, il faudrait qu'ils soient prêts à mener la lutte contre un corps armé qui ne cesse de manifester ses velléités d'insubordination.

On se souvient tout d'un coup que le sort des révolutions dépend souvent de la façon dont l'armée se positionne face à la police. Au fait, comment se porte l'armée française...?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire