Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2018

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Maudite révolution! Quelques avis

Pourquoi venir voir Maudite révolution ! ce mois de septembre au théâtre de Nesle? Voic les réponses personnes qui l’ont vue et dont l’opinion m’est chère: Françoise Vergès, Yannick Bosc et Amzat Boukari-Yabara, avec Daniel Mermet et Diane Scott en vedettes américaines.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vous ai déjà parlé de Maudite révolution !, pièce qui sera représentée ce mois de septembre au théâtre de Nesle. Je donne aujourd’hui la parole à quelques personnes qui l’ont vue et dont l’opinion m’est chère. 

Françoise Vergès, historienne, politologue, ancienne présidente du Comité pour la mémoire de l'esclavage, auteur de Le Ventre des femmes, présente au débat qui a suivi la précédente représentation, écrit :

  • Maudite révolution ! en retraçant à la fois les espoirs et les trahisons des principes de la Révolution française nous invite à réfléchir sur les combats émancipateurs à mener aujourd’hui.

Yannick Bosc, historien, spécialiste de Robespierre, auteur avec Marc Belissa de Robespierre, La Fabrication d’un mythe (signalons au passage leur ouvrage sur Le Directoire qui vient de sortir), a vu la pièce et écrit :

  • Maudite Révolution ! nous replace aux origines des principes républicains, constamment reniés aux XIXe et XXe siècles, alors que les peuples colonisés par la France en faisaient un étendard. Face aux errements de la mémoire nationale, cette pièce sensible articule le passé au présent et rappelle que la Révolution française n'est pas terminée. 

Amzat Boukari-Yabara, docteur en histoire et civilisations de l'Afrique, auteur de Africa Unite !, qui a également participé au débat, a eu la gentillesse de mieux décrire la pièce que je n’aurais su le faire moi-même :

  • Pièce originale, Maudite Révolution ! dresse le tableau de différents moments et personnages historiques qui ont incarné des principes et porté des luttes d'émancipation à travers le monde, en contexte révolutionnaire et colonial. Le jeu des acteurs, marqué par un chevauchement des rôles, et la qualité du texte, servi par une très bonne mise en scène, installent le public dans une tension conviviale et fluide entre les idéaux et les réalités de l'histoire des révolutions. Maudite Révolution ! est une pièce didactique, forte et riche de sens qui permet de nourrir la réflexion sur les déterminants de nos luttes politiques et sociales contemporaines. 

Daniel Mermet, le vieux lion de Là-bas si j’y suis, ne m’a pas écrit parce que nous avons parlé au téléphone mais il a bien voulu animer le prochain débat qui suivra la représentation du dimanche 23 septembre à 20h. J'y serai bien sûr, et vous y rencontrerez également Diane Scott, chercheuse, auteur, metteur en scène, dont vous avez peut-être lu les chroniques dans Regards, qui anime aujourd’hui la revue Incise.

Voilà, j’espère, quelques bonnes raisons de venir voir Maudite révolution ! Pour mémoire, en voici le synopsis :

  • Pourquoi Nedjma, 15 ans, se passionne-t-elle pour Robespierre ? Pourquoi la révolution est-elle, dans toute l’histoire de France, la seule chose qui la concerne ? Un homme cherche à comprendre. Il découvre comment la révolution est devenue le mythe fondateur de la république coloniale mais aussi comment elle a survécu dans les paroles et les actes de ceux-là mêmes que la France opprimait. A la recherche de Nedjma, il rencontre Robespierre, Saint-Just, Toussaint Louverture, Jules Vallès, Aimé Césaire, Yacine Kateb ou encore Thomas Sankara : le désir d’une rencontre ravive l’aspiration révolutionnaire. 

Une pièce présentée par la Compagnie Tabasco, avec Yves Comeliau, Sabrina Manach et Sophie Tonneau.

Lieu :                 Théâtre de Nesle

                              8 Rue de Nesle, 75006 Paris

                              Métro Odéon 

Réservation :     01 46 34 61 04

Dates :               Samedi 8 septembre à 17h

                              Dimanche 9 septembre à 18h

                              Jeudi 13 septembre à 19h

                              Dimanche 23 septembre à 20h, représentation suivie d'un débat

Retrouvez Maudite Révolution! sur Facebook

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez