Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

129 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2022

Pôle Emploi, France Travail : une sémantique piégée

De Pôle Emploi à France Travail : on peut réduire ce changement sémantique à un énième tour de passe-passe d’un gouvernement déterminé à confondre politique et communication. Il a pourtant un sens profondément pervers.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De Pôle Emploi à France Travail : on peut réduire ce changement sémantique à un énième tour de passe-passe d’un gouvernement déterminé à confondre politique et communication. Il a pourtant un sens profondément pervers.

Travail, emploi : deux mots qui sont, si l’on en juge par les déclarations de la première ministre Elizabeth Borne, synonymes et interchangeables. Ainsi affirme-t-elle que « le travail » est un « vecteur d’émancipation », ce qui justifie la poursuite du « plein emploi » et l’objectif de « ramener vers l'emploi celles et ceux qui sont les plus éloignés du marché du travail ». Travailler, c’est avoir un emploi : être employé, c’est accomplir un travail. Or les mots « emploi » et « travail » ne sont nullement synonymes. S’il importe de ne pas les confondre, c’est parce que la distinction entre les deux permet de mettre en évidence de façon criante l’absurdité du système économique dans lequel nous vivons.

Le travail vise à accomplir des tâches : conduire un train, enseigner, soigner, bâtir une maison. L’emploi, c’est la possibilité d’être rémunéré pour le faire. Dès lors que l’on fait cette distinction, un constat s’impose, aveuglant : les emplois n’ont aucun rapport avec les travaux qui nous incombent.

Il suffit de considérer la nécessaire bifurcation de notre appareil productif ou la rénovation de nos infrastructures énergétiques ou énergivores pour constater qu’elles requièrent la contribution de tous, à tous niveaux de qualification. Isoler les appartements, c’est du travail. Inventer de nouvelles machines, c’est du travail. Démanteler une centrale nucléaire, c’est du travail. Construire et couler des hydroliennes, c’est du travail. Une agriculture écologiquement soutenable demande plus de travail que l’agriculture intensive. Qui sait combien de décennies, voire de siècles, faudra-t-il pour parvenir à une productivité égale à celle de l’agriculture intensive par des moyens écologiquement viables ? D’ici là, dans l’agriculture, le travail ne se raréfiera pas. Et quand bien même on en viendrait un jour à retrouver, dans un système productif écologiquement viable, la productivité actuelle, le travail ne manquerait toujours pas : le temps libéré permettrait d’améliorer les services aux personnes, à l’éducation, à la santé… Tant que l’humanité pourra rêver à de meilleures façons de vivre, le travail ne peut pas manquer.

L’humanité a du travail par-dessus la tête, mais les gens n’ont pas d’emploi. C’est la manifestation la plus criante de l’absurdité de notre système économique – où il y a du travail, il n’y a pas d’emploi ; en revanche, il faut pour trouver un emploi se résoudre souvent à accomplir des tâches inutiles, voire néfastes. Pourquoi ? Parce que l’argent ne va pas au bon endroit : il n’y a personne pour salarier les infirmières, mais il reste quelques sous pour (mal) payer des gens à vendre des choses dont nul n’a besoin. Autrement dit, le dysfonctionnements du marché de l’emploi ne permet pas d’investir le capital (sous toutes ses formes : argent, matériel, activité humaine) à bon escient.

Le vrai problème qui se pose à nous est donc : comment aligner travail et emploi ? La réponse est évidemment qu’il faut réorienter l’allocation du capital, donc prendre le contrôle des mouvements de capitaux au sens le plus large : argent, matières premières, machines, force de travail.

Ceci posé, on revient à une évidence : la propriété individuelle à but lucratif, autrement dit le capitalisme, est antinomique au bien commun. Or face à la domination du capital sur le marché du travail, un faible levier de résistance existait encore : la possibilité de refuser une offre d’emploi au motif qu’elle ne relevait pas du travail de la personne – une infirmière pouvait refuser de travailler dans la vente, par exemple. Cette possibilité correspondait à la distinction entre travail et emploi ; j’ai le droit, avant d’accepter un emploi, de décider s’il correspond à mon travail.

Or la création de France Travail est une manière de saper définitivement la distinction entre le travail et l’emploi. Le nouvel organisme rassemblera des compétences jusqu’ici distinctes : formation professionnelle, allocation des minima sociaux,  bénéficiaires du RSA. Tous les aspects de la vie professionnelle seront donc subsumés sous la catégorie de l’emploi, nonobstant la confusion terminologique de la ministre qui déclare « que chaque Français trouvera sa place dans le marché du travail et que nous répondrons aux besoins de recrutement des entreprises ».

Dans un monde de surproduction chronique, où les emplois contribuent à détruire la planète quand le travail qui pourrait la sauver n’est pas fait, il est absolument essentiel de maintenir la distinction entre les deux notions. Un mot d’ordre de lutte pourrait être :

« Nous voulons du travail, pas des emplois ».

A quand une grève de l’emploi dont la revendication serait d’avoir du travail ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel