Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2022

Messiaen : ambivalence du christianisme

Il y eut en France, des années 30 à l'après-guerre, un étonnant renouveau catholique: Jacques Maritain, Charles Péguy, Simone Weil, Paul Claudel, Olivier Messiaen... Les engagements de ces penseurs durant la guerre révèlent l'ambivalence politique fondamentale du christianisme, qui peut mener à la réaction comme à la révolution.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y eut en France, des années 30 à l'après-guerre, un étonnant renouveau catholique: Jacques Maritain, Charles Péguy, Simone Weil, Paul Claudel, Olivier Messiaen... Les engagements de ces penseurs durant la guerre révèlent l'ambivalence politique fondamentale du christianisme, qui peut mener à la réaction comme à la révolution. C'est que le christianisme propose une perception globale du monde, où le désordre de l'univers se retrouve dans celui du cœur des hommes; désordre dont la clé se trouve dans la figure du Christ.

Figure unique en l'Histoire, à ce que je sais, que celle de ce Dieu crucifié - religion de perdants, inventée par des Juifs qui, colonisés par Rome, cruellement confrontés à leur décadence politique, repensèrent leur statut de peuple élu en faisant de la défaite même le chemin du salut. Ainsi le christianisme devenait la religion des damnés de la terre. Mais c'était aussi une religion qui faisait miroiter l'unité retrouvée de l'humanité: unité conservatrice de l'amour partagé du maître et de l'esclave, ou révolutionnaire quand elle était conçue comme supposant l'abolition des relations de pouvoir. Claudel d'un côté, Simone Weil de l'autre.

Depuis la découverte, adolescent, de Pascal, j'ai toujours été profondément touché par le christianisme et beaucoup lu tous les penseurs cités plus haut, et ce n'est que tardivement que je me suis situé à la gauche du Christ (pour reprendre le titre d'un livre important sur le catholicisme de gauche). J'ai pourtant toujours été athée et j'oscille aujourd'hui entre l'exaspération face aux visions spirituelles qui me semblent induire une inacceptable cécité vis-à-vis des réalités matérielles, et le sentiment qu'il est plus précieux aujourd'hui que jamais de savoir inscrire les analyses matérielles dans une perspective spirituelle.

Aujourd'hui que la démocratie est devenue une valeur incontestable, on peine à comprendre la déception profonde qu'elle inspirait dans les années 30 - qu'avait réussi la démocratie bourgeoise, sinon à favoriser les bas calculs politiciens, à instaurer le règne de la démagogie, du diviser-pour-régner et du corporatisme? La nécessité d'une profonde et puissante régénération spirituelle s'imposait à beaucoup d'esprits, soit comme la condition d'une démocratie véritable, soit comme le fondement d'une véritable communauté qui, n'étant pas individualiste, ne serait pas démocratique.

L'aspiration à l'harmonie de la communauté a toujours été un ferment du fascisme parce que, face aux divisions irréductibles, elle mène à la recherche du bouc émissaire. Certains, parmi les catholiques des années 30, ont suivi cette pente, mais parmi eux, certains s'en sont vite détournés. C'est le cas d'Olivier Messiaen.

D'abord érigé en compositeur exemplaire parce qu'il avait été prisonnier de guerre - et composé le Quatuor pour la fin du temps durant sa captivité - il est depuis quelques années vilipendé comme un collaborateur, notamment pour avoir composé, en 1940, une partie de la musique d'une cérémonie vichyste en l'honneur de Jeanne d'Arc. Ce fut cependant son unique oeuvre officiellement collaborationniste et Messiaen est resté, durant le reste de la guerre, à l'écart du régime - alors qu'il ne manquait pas de musiciens de renom, encore aujourd'hui portés aux nues, pour collaborer avec ferveur. Ses professions d'amour pour De Gaulle à la libération sont certainement sincères.

Messiaen n'était ni un résistant, ni un héros. Il était aussi, sans doute, de ces antisémites métaphysiques (il considérait les Juifs coupables de "déicide") aveuglés, insensibilisés par leurs chimères téléologiques. L'antisémite métaphysique ne croit pas que les Juifs soient des voleurs, des avares ou des bolcheviks: il croit que leur destinée est inscrite dans la Bible. Jacques Maritain eut également fort à faire pour se justifier de déclarations sur le génocide en lequel il voyait le tragique accomplissement de la destinée d'Israël.

Messiaen était de ces hommes que leurs visions ont égaré. S'il fut après-guerre un compositeur célébré, récipiendaire de commandes étatiques - son opéra Saint François d'Assise - et de tous les honneurs, il se décrivait lui-même, étonnement, comme "isolé". Il connut apparemment une traversée du désert dont il ne sortit que grâce à sa passion pour les chants d'oiseau, qui lui permirent de refonder son langage musical, échappant aussi bien au conservatisme du néoclassicisme qu'au formalisme des avant-gardes. C'est encore la foi chrétienne qui lui imposait une voie créatrice ramenant à l'idée d'harmonie, harmonie de l'homme avec la nature médiée par le Christ, exprimée par l'art.

La musique de Messiaen porte la trace des ambivalences de la foi. Dans son aspect massif, brut, La Transfiguration de notre seigneur Jésus-Christ exprime la fascination pour l'archaïque, le rituel comme abolition du moi et absorption de l'individu dans le Tout; mais la richesse des couleurs, la puissance de la concentration, la capacité unique à suspendre le temps des Vingt Regards sur l'Enfant Jésus révèle l'aspiration du cœur, profonde, bouleversante. Rapport de l'homme à Dieu qui tantôt illumine le monde et tantôt le plonge dans les ténèbres.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Questionné par BFMTV sur le témoignage de l’élue centriste qui a porté plainte pour « tentative de viol », l’avocat de Damien Abad a affirmé que son client ne connaissait « absolument pas » la plaignante, ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin