Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juil. 2022

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

14 Juillet : le président décrète la mobilisation générale

Emmanuel Macron l'a dit: face à la crise climatique, il décrète la mobilisation générale. Comme il n'a pas précisé son propos, nous lui soumettons le discours ci-dessous, dans lequel nous espérons avoir adéquatement exprimé sa pensée.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mes chers compatriotes,

Oui, je pèse mes mots : en ce quatorze juillet 2022, en qualité de président de la République, je décrète la mobilisation générale. Le défilé militaire qui a eu lieu ce matin sur les Champs-Elysées pour commémorer la fête de la Fédération de 1790 nous permet de nous souvenir de l’origine et du sens de cette expression. C’est la France, en effet, qui a décrété la première mobilisation générale de l’histoire en 1792, pour défendre la Révolution contre les monarchies européennes coalisées. Répondant à l’appel de la Nation, les Français se sont levés par millions pour donner leur vie, leurs bêtes, leurs récoltes et jusqu’au salpêtre déposé dans les murs de leurs caves, pour défendre la liberté. Aujourd’hui qu’il s’agit de défendre la vie même, je ne vous en demande pas moins.

Vous le savez : le changement climatique est commencé. Les feux dévorent nos forêts et tout laisse à penser que des pluies diluviennes emporteront nos habitations venue l’automne. L’ennemi est à nos portes, il faut le repousser. En conséquence, nous décrétons que l’économie de la nation tout entière doit être redéployée pour y faire face, sur tous les fronts. Cela suppose d’abord, je vous l’ai dit, la sobriété. Celle-ci exige une réflexion nationale et locale : j’invite donc à la création d’une commission parlementaire ainsi qu’à la création de comités de sobriété locaux qui auront pour tâche d’identifier toute dépense énergétique superflue. Cela permettra de mettre un terme à toute production industrielle contribuant au réchauffement climatique et à la dégradation de la biodiversité, et d'initier la reconversion des appareils productifs conformément aux exigences écologiques.

La transformation de nos modes de production exige d’immenses mobilisations de main d’œuvre, dans l’agriculture comme dans la distribution, dans les travaux d’isolation des bâtiments et dans mille autres domaines. La nation, mes chers concitoyens, ne vous demande pas de risquer votre vie mais elle demande vos bras. Il n’est plus temps d’allouer les forces vives de la nation selon les mécanismes du marché de l’emploi, qui correspondent aux opportunités de profit des employeurs, mais bien conformément aux tâches que nous devons accomplir. Il est inadmissible aujourd’hui que de jeunes gens s’épuisent dans des emplois inutiles, dégradants et mal rémunérés quand nous avons tant besoin d’eux. Il serait ridicule que l’Etat les abandonne à leur sort au motif qu’il n’aurait rien d’autre à leur proposer. Nous avons au contraire mille tâches à leur confier.

Les travailleurs seront donc libérés de leur sujétion à l’emploi pour être soumis aux exigences du travail qui s’impose pour le bien commun. Toutes les personnes valides dont l’emploi actuel est écologiquement nuisible seront donc convoquées à des entretiens visant à leur réaffectation. Tous les citoyens sont invités à solliciter de tels entretiens. La rémunération de ces nouveaux emplois correspondra à leur importance vitale et au service rendu à la nation : au Salaire Minimal Interprofessionnel de Croissance (SMIC) sera donc substitué un Salaire Minimal Interprofessionnel Ecologique (SMIE) fixé à 2000 euros minimum et indexé sur l’inflation.

Mes chers compatriotes, la mobilisation générale a un coût. Nos ancêtres, en 1792, ont tout sacrifié, parce qu’ils savaient qu’il valait mieux perdre tous ses biens matériels pour sauver la liberté que vivre riche et opprimé. Le Comité de Salut Public n’a pas hésité, en 1793, à confisquer les grandes fortunes, considérant que le luxe individuel n’était pas admissible quand la survie de la patrie était menacée. De la même façon, l’Etat s’octroie dès ce jour le droit de ponctionner toute somme nécessaire à l’effort de guerre contre le réchauffement climatique dans les fortunes privées, sans toutefois priver personne du minimum nécessaire à une vie saine. L’Etat s’engage à justifier auprès du public et des particuliers l’usage des fonds prélevés sur les fortunes, mais avertit solennellement leurs détenteurs : les profiteurs de guerre, qui ont toujours été les traîtres les plus dangereux, seront sévèrement punis. On ne fait ni profits, ni économies pendant la guerre. Quiconque tentera de se soustraire à l’effort collectif sera décrété de prise de corps et sa fortune intégralement confisquée.

Pendant trop longtemps, mes chers compatriotes, nous avons raisonné en dépit du bon sens. Nous avons été comme une famille dont, la maison brûlant, le père refuserait de renoncer à son bain pour éteindre le feu et les enfants se conformeraient à son désir. Au lieu d’évaluer, comme il est de bon sens, la contribution de chacun au bien public par les nécessités de l’intérêt général, nous avons au contraire ajusté à la baisse nos ambitions collectives pour complaire à l’égoïsme des particuliers. L’heure est venue de remettre l’intérêt général au cœur de notre activité économique, c’est-à-dire de rendre à la raison son empire sur le corps politique, lequel a trop longtemps été gouverné par les caprices de membres rebelles au corps tout entier.

Mes chers compatriotes, c’est une véritable révolution dans les modes de production, de consommation, donc dans les modes de vie que je vous annonce ici. Je suis mû par le sentiment de l’urgence, que vous ressentez tous, certainement, comme moi. Mais je ressens également une très grande joie, que vous partagerez, je l’espère, bientôt. Dans les circonstances dramatiques que nous connaissons, c’est cependant une belle vie que celle que l’on dédie au bien commun, à celui des hommes comme des choses.

Nous avons trop longtemps souffert d’une double dégradation de l’âme, comme producteurs et comme consommateurs. Nous avions conscience, au moins confusément, d’être des serviteurs de l’inutile, des producteurs de poisons et de déchets, et des consommateurs de ces mêmes poisons dont nous contaminions nos corps, nos esprits et ceux de nos enfants. C’est une ère de responsabilité qui s’ouvre pour nous – c’est donc une ère de liberté ; car la véritable liberté humaine ne consiste qu’à vivre conformément aux exigences de la conscience éclairée par la raison, c’est-à-dire de façon responsable. Je suis intimement convaincu, mes chers compatriotes, que dans les heures difficiles qui nous attendent, nous serons en définitive plus heureux.

Vive la République, vive la France, et surtout vive la nature et l’humanité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade