Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

129 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2022

Climat : de l’art de mettre l’abîme en abîme

Don't Look Up, film Netflix, a été célébré comme une mise en garde bienvenue contre l'inaction climatique. Il accomplit en réalité la quadrature d'un cercle infernal : l'esthétisation de la fin du monde. On ne peut plus rien accomplir de l'intérieur du système médiatique. Même les heures d'analyses sérieuses et sourcées du changement climatique ne pèsent rien dans l'économie générale des représentations. Face à la désinformation et la propagande, tous les moyens sont nécessaires.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Don't Look Up, film catastrophe de Netflix, a été célébré comme une mise en garde bienvenue contre l'inaction climatique. Il accomplit en réalité la quadrature d'un cercle infernal: l'esthétisation de la fin du monde, que nous sommes invités à suivre comme un film dont, indignés sur canapé, nous serions les héros - un "nous" atomisé qui n'existe que virtuellement, par le partage de l'indignation sur les réseaux sociaux. Dans ce film, d'ailleurs, nul mouvement social, nulle conscience populaire: à l'inconscience des puissants répond la barbarie de la foule pillant les magasins. Le retournement paradoxal du dénouement, où les héros écoutent pieusement le sermon d'un homme évangéliste pour accepter sereinement la mort, en dit le sens profond: la petite communauté des Justes ne peut vaincre les hordes du Mal et trouvera le Salut dans la parole divine.

Don't Look Up ne dénonce pas un système; il en est un rouage. Le système se représente lui-même dans une mise en abîme (jamais l'expression n'a été aussi appropriée) essentielle à sa survie. Témoin la création par ITV, chaîne qui dédie l'essentiel de son activité propagandiste au discrédit de toute alternative au capitalisme et à la diabolisation de toute forme de résistance, d'un Climate Show qui propose une chronique quotidienne de la fin du monde. Entre deux exhortations à consommer davantage, une invitation à la jouissance morbide de l'apocalypse toute proche. Il faudrait pour analyser ce qui se joue dans ces mécanismes étudier l'appétence pour le pire, comprendre comment on est en train de parvenir à atteler le capitalisme à la pulsion de mort pour faire inconsciemment désirer ce que l'on craint consciemment. Si la température baissait soudainement, les spectateurs du Climate Show ne seraient-ils pas un peu déçus face à une telle descente du suspense?

On ne peut plus rien accomplir de l'intérieur du système médiatique. Même les heures d'analyses sérieuses et sourcées du changement climatique, de ses causes et de ses remèdes, qui sont diffusées ici et là ne pèsent rien dans l'économie générale des représentations. Tant que les journaux commenceront en alarmant sur le changement climatique avant d'alerter sur la dette puis de diaboliser les oppositions politiques pour finir par les résultats du tour de France, le sens global de ces journaux sera nul. Il faut donc agir sur le système médiatique, par tous les moyens possibles.

Il ne sert à rien de s'abîmer dans les parodies de Don't Look Up, qui d'ailleurs sont en-dessous de la réalité. La fameuse scène où les présentateurs moquent les scientifiques a été enfoncée lors de la célèbre émission de pollution mentale Touche pas à mon poste. C'était le 20 juin dernier; c'est une séquence qu'on ne peut pas regarder sans hurler. Elle se déroule de manière exemplaire. D’abord les faits, puis la parole de présentateurs météo inquiets, on a bien compris que le changement climatique était une réalité; puis viennent les échanges en plateau. Une aimable experte se laisse prendre au jeu des "petits gestes" jusqu'à ce qu'une militante resitue les enjeux sur le terrain politique: alors commence un concert d'aboiements qui en font une prêcheuse de mort, alarmiste, irresponsable. Elle va inquiéter les enfants auxquels on ne peut tout de même pas prêcher la résistance! L'ensemble finira dans des éclats de rire haineux orchestrés par un de ces présentateurs dont on se demande s'ils se font plus bêtes qu'ils ne sont, ou s'ils sont tout simplement aussi bêtes qu'ils paraissent.

Inutile de rédupliquer de telles scènes par des fictions qui n'en sont pas. Il faut aller s'enchaîner devant les studio de la chaîne, poursuivre les présentateurs dans la rue avec des mégaphones pour les désigner à la population, mener la guerilla contre les pourvoyeurs de mensonge par tous les moyens possibles. On ne peut pas contrecarrer ces représentations par d'autres. Il faut qu'elles cessent. De même qu'un alcoolique abstinent prend garde de ne pas avoir d'alcool chez lui, de même une société malade doit expulser les poisons de son organisme. C'est un appel aux anticorps. 

Prévisions à 50 degrés, records de températures, incendies : y a-t-il urgence à s'inquiéter ? © Touche pas à mon poste !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Amériques
Comment le Parti des travailleurs s’est fait détester
L’« antipétisme », ce sentiment de rejet du PT, s’est peu à peu généralisé au Brésil, nourri par ses erreurs, la conjoncture et les manipulations de ses adversaires. Toujours diffus dans la société, il reste aujourd’hui le meilleur atout de Jair Bolsonaro. 
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit