Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

129 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2022

Mélenchon victime de lawfare, Mediapart complice

Dans un article à la une, Mediapart fait une révélation: l'association L'Ere du Peuple est mise en examen. On cherche en vain, dans le reste de l'article, les éléments nouveaux qui justifieraient cette décision judiciaire. Serait-ce un cas de lawfare? En ce cas, Mediapart s'en serait rendu complice.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De beaux reportages, des analyses honnêtes et équilibrées, un tweet élogieux d’Edwy Plenel lui-même, cela semblait incroyable mais vrai : Mediapart avait dépassé son aversion pour Jean-Luc Mélenchon. Aversion sans doute enracinée dans la haine d’Edwy Plenel pour François Mitterrand ainsi que dans leur profonde opposition sur les questions internationales, l’atlantisme de Plenel étant diamétralement opposé à l’anti-américanisme de Mélenchon que Fabrice Arfi aime, paraît-il, à qualifier de « Poutine français ». Serait-ce justement la guerre Ukrainienne qui, ayant remis les questions géopolitiques au coeur de la campagne, a ravivé les haines recuites de Mediapart ? C’est la seule raison qui me vienne à l’esprit pour expliquer ce coup de bas. A quinze jours du premier tour de l’élection présidentielle paraît un article sur l’ « affaire » des comptes de la campagne de Mélenchon en 2017. Cet article contient une information :

‘L’association l’Ère du peuple, bras armé de la campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2017, a été mise en examen, le 3 février 2022, pour des faits présumés d’« escroquerie aggravée », « tentative d’escroquerie aggravée » et « faux et usage de faux » selon des informations de Mediapart.’

C’est une information très intéressante. Elle prend tout son sens quand on constate la vacuité totale du reste de l’article, qui reprend les allégations qui traînent depuis quatre ans. Sur le fond du dossier, en effet, strictement aucun nouvel élément n’est mentionné ; il suffit de comparer l’article d’aujourd’hui avec les innombrables articles sur le même sujet publiés par Mediapart ces dernières années. La seule information est donc que la justice a, sans raison particulière, le 3 février dernier, décidé d’alourdir la situation judiciaire des associations concernées.

Ceci posé, ce n’est pas tant les agissements de l’Ere du peuple qui interrogent, mais bien ceux de la justice elle-même. Le moment était bien choisi pour ressusciter une « affaire » qui tourne en rond, ou plutôt dans le vide, depuis quatre ans. Si l’on avait l’esprit mal tourné, on soupçonnerait qu’il y a là un nouvel exemple de « lawfare », c’est-à-dire d’usage de la justice à des fins de discréditation d’opposants politiques.

Il eût été fort judicieux de la part de Mediapart de s’interroger sur les raisons de la décision de justice. Mais d’étonnement, point – simplement la réitération des éléments cent fois énumérés. Qui plus est, par le titre de son article et par son exposition à la une, Mediapart donne évidemment le sentiment qu’il a une importante révélation à faire concernant l’intégrité de Mélenchon. Par cette stratégie éditoriale, Mediapart se rend complice du « lawfare » et y ajoute une autre arme dans l’arsenal des détournements des institutions censées fonder la démocratie, qu’on pourrait qualifier par analogie de « mediafare ». En bon français, cela s’appelle une campagne calomnieuse, car un tel article a évidemment vocation à être repris.

Oh quelle déception. Quelle amertume. Cela va faire dix ans que je suis abonné à Mediapart et que j’y écris mon blog. Même au plus fort des tensions entre Mélenchon et Mediapart, alors que j’étais encore membre de la France Insoumise, j’ai toujours conservé de l’estime pour ce journal car, hors ce « point exquis » (comme on dit en médecine pour désigner le point le plus douloureux d’une blessure), il font un travail de grande qualité, donnent à entendre de nombreuses voix enrichissantes et sont presque seuls à accorder un espace à une conception des questions sociétales (race, genre…) qui, quand bien même on n’en partage pas tous les principes, est enrichissante et doit être entendue. C’est parce que j’ai toujours aimé Mediapart que l’excellent niveau de leur couverture de la campagne de Mélenchon m’avait tant fait plaisir. Et maintenant ce coup bas.

Quand ? Juste au moment où l’on commence à entendre partout que Mélenchon pourrait se qualifier pour le second tour. Pourquoi ? L’article étant vide et sa seule motivation concevable étant la malveillance, j’en suis rendu à l’hypothèse énoncée en introduction du réveil des vieilles haines. Mais on n’a pas le droit, dans le contexte politique actuel, sachant le torrent de racisme nauséabond qui se déferlerait entre-deux tour si Macron était de nouveau face à Le Pen, torrent qui pourrait aggraver encore l’impulsion d’un second quinquennat Macron dont tout indique qu’il prolongerait la destruction sociale du premier, de céder à ses haines.

N'étant plus à la France Insoumise, ayant publiquement condamné le timing de l'article sur Fabien Roussel et n’étant pas exactement sur la ligne de Mélenchon sur l'Ukraine comme en témoignent mes nombreux billets de blog à ce sujet, je me sens légitime à dire à quel point je suis déçu et choqué par ce coup bas. Déçu, écœuré, très en colère. Serait-il temps de se désabonner et de faire migrer ce blog ailleurs ?

On verra bien. Tout le mal que je souhaite à Mediapart, c'est que cet article honteux ne rencontre pas d'écho car s'ils pouvaient être considérés comme partiellement responsables d'une élimination de Mélenchon au premier tour, ce serait impardonnable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre