Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2022

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Mathilde Panot : un tweet salutaire

L'affaire Panot n'est pas seulement un nouvel épisode de ces polémiques nauséabondes montées de toute pièce. Le scandale suscité par le seul rappel des faits énoncés dans son tweet révèle les progrès terrifiants d'un révisionnisme à pas feutrés.

Olivier Tonneau
Enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un fait : Emmanuel Macron a voulu associer Pétain aux commémorations de 14-18. Si le tollé subséquent l’a finalement contraint à s’abstenir, il n’en a cependant tiré aucune leçon puisqu’il réitérait deux ans plus tard son éloge du « grand soldat » de la première guerre, qui se serait « perdu » dans la seconde. Un autre fait, qui est apparu au fil des réactions au tweet de Mathilde Panot, c’est la banalisation expresse de la thèse des « deux Pétains », reprise comme d’évidence par les éditorialistes qui en viennent même à s’étonner que Mathilde Panot l’ignore, ce qui serait une preuve de son « inculture ».

            Or la réhabilitation du « grand soldat » est, dans la bouche d’un homme politique, un acte d’une extrême gravité. On ne peut la mesurer que si l’on rappelle une évidence : Macron n’est pas un historien et n’a pas à se prononcer sur l’Histoire. Il est le président de la République et le garant des institutions. Or garantir les institutions, ce n’est pas seulement veiller à la bonne marche du Parlement ou à l’indépendance de la justice (dont Macron n’a manifestement que faire), mais aussi perpétuer le sens de ces institutions, qui s’inscrit dans des symboles. Sinon, pourquoi y aurait-il des commémorations ? Parmi les moments symboliques fondamentaux d’une nation, il y a les jugements qu’elle a portés sur elle-même. Que penserait-on d’un président qui, le 21 janvier, voudrait rendre un hommage public à Louis XVI ? Patience : au train où ça va, cela viendra sûrement.

            Le président de la République n’est pas censé avoir une opinion d’historien sur Pétain mais se conformer au jugement porté sur Pétain : à savoir l’indignité nationale. Frappé d’indignité nationale, Pétain fut déchu de tous les titres militaires. Il n’y a donc plus, aux yeux de la République, de Maréchal Pétain. Or s’il n’y a pas de Maréchal, il n’y a pas de grand soldat. De la même manière que la loi de 1905 affirme que la République ne connaît aucun culte, bien qu’évidemment les religions soient légales en France, elle ne connaît pas de soldat Pétain bien que les historiens puissent étudier sa vie et ses actes. Macron, lui, tenait à célébrer le « grand soldat ». Ce faisant, il revenait sur l’un de ces jugements fondamentaux que la République a prononcé, par lesquels elle exprimait son essence : la République ne tolérant pas l’antisémitisme et la collaboration, exclut d’elle-même tout ce qui s’y rapporte. Pourquoi cette décision hallucinante ?

            Les jugements historiques peuvent être révisés. C’est arrivé dans un passé récent ; précisément quand le président Chirac a reconnu la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv, rompant ainsi avec la thèse selon laquelle « la France était à Londres ». Pour mesurer la gravité de l’hommage de Macron à Pétain, il suffit de constater que depuis la guerre, il est le seul président à avoir révisé l’histoire, non dans le sens d’une plus grande lucidité sur les responsabilités criminelles de l’Etat français mais dans le sens inverse, celui d’une réhabilitation partielle d’un criminel d’Etat.

           Ce moment pétainiste s’inscrit dans une dynamique plus large parce qu’il rouvre toute un récit. Comment ce « grand soldat » s’est-il « perdu » ? Se perdre, c’est bien innocent. On ne peut qu’avoir une certaine empathie pour le grand homme égaré. N’aurait-il pas voulu bien faire ? A cette question, la réponse fut apportée pendant la campagne présidentielle par Eric Zemmour ressuscitant la thèse charlatanesque du « glaive et du bouclier » : pendant que De Gaulle luttait contre l’Allemagne, Pétain protégeait la France tant bien que mal, et même les Juifs français. Cette thèse est bien plus consistante avec l’image du « grand soldat » Pétain que celle d’un militaire antisémite dont le comportement sous l’occupation correspond aux idées qu’il a toujours eues.

            L’invraisemblable réponse d’Arno Klarsfeld au tweet de Mathilde Panot a prolongé la relecture de l’histoire initiée par la réhabilitation du grand soldat, désormais élevé au rang de « plus glorieux » des Français : c’est sa gloire qui les a égarés, c’est pour ça qu’ils ont collaboré. Les collaborateurs se sont perdus avec leur Maréchal. Thèse qui suscite à nouveau l’empathie et qui a, bien sûr, l’avantage de laver les collaborateurs de tout antisémitisme. Une dimension fondamentale du crime est ainsi effacée. Certes, des enfants Juifs ont été déportés parce que Juifs, mais non parce que les Français étaient antisémites. Atténuation du crime poussée jusqu’à l’indécence par le ministre Darmanin qui tweet que ces enfants ont été « interpelés ».

            La collaboration, et avec elle la rafle du Vel d’Hiv, apparaît au fil de ces relectures de l’histoire comme une mésaventure tragique. On devine la jubilation des lepénistes, héritiers spirituels et politiques des pétainistes, devant une telle atténuation des responsabilités historiques. Jubilation qui devient triomphe quand des députés du Rassemblement national se trouvent invités à participer aux commémorations de la rafle.

            On ne peut pas réhabiliter le « premier Pétain » sans que sa « gloire » ne déteigne sur le second Pétain, pour la bonne raison qu’il n’y en a qu’un. On ne peut pas réhabiliter Pétain sans ouvrir la porte au révisionnisme feutré qui nie la réalité de l’antisémitisme en France, antisémitisme dont la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv doit nous rappeler la persistence et la gravité. On ne peut pas ignorer que ce révisionnisme feutré continue le travail de respectabilisation du Rassemblement national, qui est le bras actif de l’antisémitisme. Il faut donc mesurer l’abjection de la scène de la commémoration elle-même : c’est un président qui a contribué à réhabiliter Pétain, flanqué de parlementaires qui en sont les héritiers, qui officie à la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv. Le berger mène les loups dans la bergerie. Et il faudrait se taire ?

            On a reproché à Mathilde Panot le moment de son tweet, car la commémoration devait être un moment de recueillement – dirons-nous un moment d’ « unité nationale » ? Son tweet a été reçu comme une puérile recherche de buzz dans le contexte surchauffé de la vie politique ordinaire. C’est ainsi que je l’ai moi-même initialement ressenti. Ce sont les réponses à ce tweet qui m’ont convaincu qu’elle avait au contraire tweeté au moment opportun, au seul moment où il valait la peine de le faire : au moment où avait lieu une cérémonie obscène, digne de la Ferme des Animaux d’Orwell, les cochons rendant hommage à la mémoire des agneaux.

          On objectera que le président a bien dénoncé l'antisémitisme lors de la cérémonie de commémoration. Ça ne prend pas. Emmanuel Macron est un apprenti-sorcier qui se croit investi de la mission de "réconcilier les memoire". Un mot pour les colons, un mot pour les colonisés ; un mot pour Petain, un mot pour les enfants Juifs; comme l'a dit excellemment Olivier Faure, il cite De Gaulle le vendredi, Jaures le samedi et Maurras le dimanche. Les mots se vide de sens dans ce jeu confusionniste. Ses discours se contaminent réciproquement et les mots abjectes vident de leur sens les mots qui autrement seraient justes. Il y a une logique globale perverse du discours macronien.

          Qu’on ait réussi l’extraordinaire tour de passe-passe d’accuser d’antisémitisme la seule députée qui se soit indignée de cette mascarade est proprement hallucinant. Cela s'inscrit dans la stratégie de fond visant à instrumentaliser l'antisémitisme pour diaboliser les oppositions politiques, stratégie qui a pour conséquence d'invisibiliser l'antisémitisme réel et persistent. Patience: on finira par voir un jour le centre plébisciter le RN au prétexte de l'antisémitisme de LFI. 

            Si la dénonciation par Mathilde Panot de faits inacceptables a suscité tant de haine, est-ce parce que les faits semblent à tous parfaitement acceptables ? C’est peut-être plutôt qu’il existe une classe médiatique, politique et sociale qui a si totalement renoncé à la lutte politique, qui s’est si profondément résignée au charlatanisme macroniste et à la gangrène lepéniste, qu’elle ne trouve plus de consolation que dans les moments rituels où s’entretient l’illusion de la République sur elle-même. Ainsi se gargarise-t-on du respect de symboles pour vouer Mathilde Panot aux gémonies. Mais un trompe-l’œil, une mascarade, un travesti ne sont pas des symboles. Ils ne préservent pas le sens mais le ruinent en pervertissant les formes mêmes de son expression. Je remercie Mathilde Panot d’avoir eu le courage de rompre le consensus des charlatans.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André