100 jeunes de France et du Nigeria demandent un partenariat Europe-Afrique.

À l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron au Nigeria et de sa rencontre avec Muhammadu Buhari, 100 jeunes français et nigérians s’unissent pour demander un nouveau partenariat entre l'Europe et l'Afrique : D’ici à 2050, les jeunes en Afrique seront 10 fois plus nombreux que les jeunes en Europe – une énorme opportunité si on investit dans l’éducation, l’emploi et l’émancipation de la jeunesse.

Celui qui a dit la jeunesse est gâchée par les jeunes ne nous a probablement jamais rencontrés.  Jeunes militants, nous sommes au nombre de cent: cinquante du Nigeria et cinquante de France. Nous ne nous sommes jamais rencontrés en personne, mais nous nous battons tous pour le même objectif: nous faisons partie de cette génération qui pourrait mettre fin à l'extrême pauvreté, et nous avons l'intention de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y arriver. Chacun de nous, sur nos continents respectifs, ne ménage aucun effort afin de convaincre nos gouvernements d’en faire plus pour la lutte contre le SIDA et les maladies évitables, pour s'assurer que toutes les filles du monde puissent aller à l'école, pour développer l’accès à l'énergie dans les régions les plus pauvres de la planète, et pour lutter contre la corruption et faire en sorte que les gouvernements rendent des comptes à leurs citoyens.

De la France au Nigeria, de l'Union européenne à l'Union africaine, nous croyons tous que la lutte contre la pauvreté n’est pas une question de charité, mais de justice et d'égalité. Nous pensons également qu'il n'y a pas de solutions nationales aux défis internationaux d’aujourd’hui, et que l'Europe et l'Afrique doivent, plus que jamais, construire ensemble un partenariat fort, un partenariat dont chacun des partenaires bénéficierait équitablement.

L'Afrique est à l'aube d’une transformation démographique importante. Le continent aura la population la plus jeune au monde d'ici 2050 – d’ici là, les jeunes en Afrique seront 10 fois plus nombreux que les jeunes dans l’Union européenne.  Cette transformation offre une énorme opportunité de croissance pour nos deux continents et pour le reste du monde, à condition de sortir des sentiers battus et d’adopter une approche plus ambitieuse. Pour saisir cette opportunité, il faudra agir de concert et prendre ensemble des engagements visant à des réformes politiques dans des domaines clés tels que la transparence, l'éducation et la santé; et réunir les conditions pour créer chaque année les millions de nouveaux emplois qui seront nécessaires à notre génération et aux prochaines pour devenir les moteurs de la transformation de nos économies et nos sociétés, sur nos deux continents.

Nous aimerions que le Président Buhari et le Président Macron sachent que les citoyens sont leurs meilleurs alliés. Nous sommes en première ligne lorsqu'une politique est inefficace, quand elle est mal mise en œuvre ou quand elle ne porte pas ses fruits.

Nous avons vu des signes encourageants: au cours de la première année de sa présidence, le Président français Emmanuel Macron a clairement fait de la relation de son pays avec l'Afrique et de l'éducation des filles certaines de ses principales priorités. L'administration Buhari a quant à elle engagé des ressources importantes pour l'émancipation des jeunes. Mais cet élan doit maintenant être accompagné par de nouveaux engagements.

Aujourd’hui, nos Présidents vont se rencontrer à Lagos, au lendemain de la participation d’Emmanuel Macron au Conseil européen à Bruxelles et de sa visite à Nouakchott à l’occasion du sommet de l’Union Africaine. Nous espérons que cette rencontre sera pour nos dirigeants l’occasion de s’accorder sur la nécessité de réaliser un partenariat ambitieux entre nos deux continents, un partenariat dont les jeunes générations ont grandement besoin.

Travailler ensemble est le seul moyen d’atteindre les Objectifs de développement durable adoptés par nos dirigeants il y a de cela quelques années, et les atteindre reviendrait à garantir une meilleure vie pour tous, en en finissant avec l’extrême pauvreté et en luttant contre les inégalités et les injustices d’ici à 2030. Pour y arriver, les engagements pris par nos dirigeants doivent se voir traduire en actions. En 2030, nous souhaitons regarder en arrière et nous dire que nous n’avons pas gâché notre jeunesse, et que nous avons tout fait pour atteindre un monde meilleur. Un souhait qui, nous l’espérons aujourd’hui, habite aussi nos Présidents. 

 

Joshua Alade, Adi Nuhu, Clinton Ezeigwe, Ijeoma Chiemela, Chidinma Ibemere, Terese Akpem, Atuogu Abigail, Austin Ekwujuru, Zara Mohammed Kareto, Fausiat Bakare, Olasupo Abideen, Sophie Abache, Fatty Bello, Sipasi Olalekan, Aliyu Tukur Mukaddas Gengle, Ebere Chukwu, Alhaji Muazu Modu, Sarah Williams, Melanie Idehen, Ijeoma Chiemela, Olaloluwa Oluwasola, Clinton Ezeigwe, Ngunan ioron Aloho, Benedicta Uweru, Idris Mohammed, Chidinma Ibemere, Hadiya Usman, Joseph Stanley, Rosemund Edem, Sani Muhammed, Adeniyi Joel, Amina Abdulazeez, Wadi Ben Hirki, Kemi Vaughan, Ibrahim Banaru, Georgeleen Ekon, Grace Gara, Akeukereke Ibrahim, Oga Ejegwoya, Najib Ait Hammou, Ibraim Assogba, Yacine Belhadi, Sarah Bouaffou, David Bouchard, Annabelle Buisson, Charlotte Castillon, Léna Collette, Laëtitia Coly, Marion Cubizolles, Mariam Diallo, Flore Faveyrial, Pauline Ferraz, Paul Frégeai, Chloé Fuchs, Daphné Gatté, Arthur Gazagne, Solenne Geffroy, Marion Giard, Benoît Golitin, Madeline Heudes, Adrien Hors, Anthony Ikni, Camille Imbert, Salomé Jacquet, Laure Jégard, Sarah Juan Dané, Yvan Koa Biloa, Anthony Lamaudière, Amel Lamri, Claire Leduc, Jordan Madiande, Jade Martineau, Charline Martin-Ramelli, Romane Mika, Audrey Morice, Chloé Petat, Caroline Pusset, Mia Raichon, Jean-Baptiste Rallu, David Reviriego, Younès Rifad, Hugo Rivet-Rodriguez, Pauline Robin, Héma Sibi, Lina Sibi, Bastien Tournié, Eugénie Tressens, Adrian Uracs, Marie Véron, Vanessa Woerner

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.