ONE FRANCE
ONG internationale de plaidoyer et de campagne pour lutter contre l'extrême pauvreté
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2017

G 20 : Appel à Emmanuel Macron pour réduire les inégalités d’accès à l’éducation

L’éducation dans le monde connaît une profonde crise dont on parle trop peu dans les sommets internationaux. Le G20 qui se tient du 7 au 8 juillet à Hambourg doit permettre la prise d’engagements concrets pour répondre aux défis de l'éducation. À la veille du sommet, la Coalition Education appelle le président à se mettre "en marche" pour cette cause fondamentale.

ONE FRANCE
ONG internationale de plaidoyer et de campagne pour lutter contre l'extrême pauvreté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mauvaise nouvelle : L’éducation ne figure toujours pas parmi les priorités annoncées du G20. L’occasion pour le nouveau président de la République française d’imposer et de défendre ce secteur, qu’il s’est engagé à mettre au cœur de ses priorités dans un courrier le 29 mars dernier.

L’éducation dans le monde connaît une profonde crise dont on parle trop peu dans les grandes rencontres internationales. Après le rendez-vous manqué du G7 de Taormina, le G20 qui se tiendra du 7 au 8 juillet à Hambourg doit permettre la prise d’engagements concrets pour répondre aux défis de l'éducation. À la veille du sommet, nous* appelons le président Emmanuel Macron à se mettre « en marche » pour cette cause fondamentale !

« Une priorité » sans moyens... Utopie.

L’éducation dans le monde souffre de plusieurs maux : le manque de financement, l’insuffisance de volonté politique pour pallier les inégalités d’accès et assurer la qualité des systèmes publics d’éducation et les promesses non tenues des gouvernements. « Une priorité » sans moyens... Utopie.  L’urgence est d’agir sur tous ces fronts, alors que la pression démographique augmente et que les besoins ne cessent de croître.

Les gouvernements se sont engagés à assurer « l’accès de tou-te-s à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie », d’ici à 2030 à travers l’objectif de développement durable n°4 (ODD 4). D’après un rapport du Malala Fund, aujourd’hui, plus de 260 millions d’enfants et d’adolescents sont non scolarisés et 330 millions d’enfants scolarisés ne parviennent pas à acquérir les compétences de base.

S’agissant de l’accès à l’éducation, les inégalités demeurent trop nombreuses. Malgré les progrès réalisés, les filles, les personnes en situation de handicap et les populations des régions les plus défavorisées, à savoir l’Afrique subsaharienne et l’Asie de l’Ouest, restent les premières laissées pour compte. Plus de 49 millions de filles sont privées d’enseignement primaire et secondaire en Afrique subsaharienne, dont 31 millions pour le secondaire, comme l’explique Human Rights Watch. Par ailleurs, selon les données de la Banque mondiale, à l’échelle mondiale seulement 50,6 % des garçons et 41,7 % des filles en situation de handicap ont complété le cycle du primaire.

Pour tenir leur promesse et assurer à tous les enfants, jeunes et adultes du monde, l’accès à une éducation de base de qualité, les gouvernements devront investir 35 milliards d'euros supplémentaires par an selon l’UNESCO.. Un déficit qui ne pourra être comblé que si une mobilisation forte voit le jour.

Aujourd’hui, nous demandons au président de la République Emmanuel Macron d’interpeler ses homologues sur l’urgence d’investir dans l’éducation pour tou-te-s, qui est un enjeu majeur pour l’agenda du développement durable. Comment  l’éducation peut-elle rester en marge des défis essentiels de notre époque ? L'économie, l'emploi, le changement climatique, les migrations, le maintien de la paix et la prévention des radicalismes… constituent autant de problématiques dont l’éducation est une des clefs, notamment l’éducation des filles et des femmes.  

La France, « championne » pour l’éducation ?

 Au tournant des années 2000, la France a pris la tête de la mobilisation pour la santé globale qui a permis la création du fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose et de GAVI, l’Alliance du vaccin.

Pourquoi la France ne ferait-elle pas la même chose pour l’éducation, aujourd’hui ? La France, « championne » pour l’éducation ? C’est ce que nous espérons.  

Le sommet du G20 est l’occasion de lancer la dynamique. Les dirigeants doivent affirmer leur engagement à réaliser l’ODD4 et à lever davantage de fonds pour l’éducation, à l’instar de ce qui a été opéré pour la santé globale il y a 15 ans. Cette tâche est urgente. Nous appelons le président Emmanuel Macron et les dirigeants du G20 à soutenir massivement le Partenariat mondial pour l’éducation et le fonds Education Cannot Wait. Nous leur demandons également de mandater la Banque mondiale et l’ONU pour développer conjointement un mécanisme de financement innovant complémentaire, qui n’augmenterait pas l’endettement des pays en développement. Ces mesures sont essentielles pour permettre d’apporter une réponse complète à l’enjeu de l’éducation mondiale.

 *Coalition Education : Aide et Action France, Céméa, France Parrainages, Gref, Handicap International, ONE, La ligue de l’enseignement, Partage, Plan International France, Planète Urgence, SGEN- CFDT, SNUipp-FSU, Solidarité Laïque et UNSA Education.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie