ONE FRANCE
ONG internationale de plaidoyer et de campagne pour lutter contre l'extrême pauvreté
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2020

COVID-19, le monde d’après : Regards croisés d’une jeunesse engagée

ONE FRANCE
ONG internationale de plaidoyer et de campagne pour lutter contre l'extrême pauvreté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, les jeunes bénévoles de ONE – une ONG qui lutte contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables, particulièrement en Afrique – prennent la parole. Ils sont sénégalais, gambiens, tunisiens et français, et ils ont vu leurs pairs se mobiliser et faire preuve de solidarité au sein de leurs communautés afin de répondre à la crise du COVID-19. Après l’action, l’heure est désormais aux recommandations pour faire entendre la voix des jeunes dans les réponses à cette crise aux multiples facettes.

Nos regards croisés sur la mobilisation des jeunes en Afrique et en Europe

L’action des jeunes dans la prévention contre la maladie a été décisive. Au Sénégal, dès le début de la crise, les jeunes ont réalisé des campagnes de sensibilisation sur les gestes à adopter dans les quartiers, les lieux publics, et distribué des masques, du gel antiseptique ainsi que de l'eau de javel gratuitement. En France et en Tunisie, cette mobilisation spontanée et pourtant bien organisée des jeunes s’est également illustrée par de multiples actions. Bénévoles dans le secteur médico-social, les étudiants ont pensé des innovations techniques ou fait des dons aux organisations caritatives, pendant que d’autres sont allés faire les courses pour protéger leurs aînés. 

Ces actions ont aussi été accompagnées d’un engagement des jeunes sur la toile. En France, le confinement n’a pas été synonyme d’un endormissement des causes mais justement un facteur de visibilisation de celles-ci. Au Sénégal, cette tendance positive a été cruciale : ce sont des étudiants sénégalais installés en Chine qui ont été parmi les premiers à alerter  sur la gravité de la maladie. Par la suite, c’est donc en ligne que les premiers plaidoyers pour la fermeture des frontières sénégalaises se sont diffusés, avant même que cela ne devienne un débat national. Dans un pays où l’âge médian de la population est de 18 ans, cette mobilisation démontre le pouvoir catalyseur des réseaux sociaux et de l’engagement en ligne : notre génération dispose d’un outil puissant pour influencer les décisions, et nous l’avons bien compris.  

Entre idéalisme et pragmatisme : notre vision du monde d'après, nos recommandations aux gouvernements

Nous en sommes convaincus : cette crise doit permettre de changer notre façon de co-construire les réponses internationales, en prenant en compte la représentation de tous dans les espaces décisionnaires. L’effort de solidarité incarné par les jeunes générations dans la riposte au COVID-19 doit être appliqué à l’échelle mondiale, pour une meilleure gestion des crises sanitaires à venir. Nous, les jeunes, avons une vision bien précise de ce que nous souhaitons pour le monde de demain et sommes déterminés à faire entendre notre voix. Il nous paraît essentiel de maintenir et renforcer la solidarité internationale, car ce sont les valeurs de coopération, de confiance et de bienveillance qui ont permis de sauver des vies. Il est donc crucial que les États poursuivent leurs engagements sur la voie de la solidarité. Ces derniers doivent aussi soutenir les jeunes dans leurs engagements, et les inclure dans leurs prises de décisions, surtout en temps de crise. 

Nous invitons la jeunesse sur nos deux continents à continuer ses efforts et à inciter nos dirigeants à apporter une réponse globale à cette pandémie. C’est notre mobilisation, autour d'une seule et même cause, qui fera bouger les lignes et renforcera la solidarité internationale.

Hassene Ben Amar, Sarah Ben Smida, Mohamadou Fadel Diop, Léa Nivoix, Seynabou Séne

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot