Être citoyen sur Internet

Nous savons tous distinguer une bonne action d'une mauvaise dans la vie quotidienne, mais est-ce le cas sur Internet ? C'est ce dont nous allons parler aujourd'hui !

Nous savons tous distinguer une bonne action (aider une personne âgée à traverser la rue) d'une mauvaise (lui dérober son sac à main) dans la vie quotidienne, mais est-ce le cas sur Internet ? C'est ce dont nous allons parler aujourd'hui en présentant toute une panoplie de pratiques responsables sur la toile en commençant par la Nétiquette.
Késako ? D'après Wikipédia, la Nétiquette est une charte informelle qui définit les règles de conduite et de politesse recommandées sur Internet. Sa philosophie est la suivante : « Ce que vous ne feriez pas lors d'une conversation réelle face à votre correspondant, ne prenez pas l'Internet comme bouclier pour le faire ». En bref, un peu de courtoisie ne fait jamais de mal…
Ensuite, gardez à l'esprit que – comme dans la vie réelle – chaque choix effectué sur Internet a des conséquences. Ainsi, je recommande au consom'acteur que vous êtes désormais d'éviter le plus possible d'avoir affaire au GAFAM. Pourquoi ? Parce que comme le dit cette citation anonyme « Si c'est gratuit, c'est vous le produit ! ». Chacun de ces géants du web participe à la concentration des richesses et des savoirs de l'Humanité, certains ayant davantage de pouvoirs que des agences de renseignements ou même des États. Avez-vous vraiment envie de cautionner cela ?
« On ne peut pas échapper à Google ! » me direz-vous. Rassurez-vous, il n'est pas nécessaire de revenir au minitel, simplement d'utiliser un autre moteur de recherche que Google Search… Sur ce créneau, de nombreux choix pertinents existent : Ecosia, Lilo, Qwant, etc. Ce changement semble inutile et insignifiant pris individuellement, sauf que les revenus générés par un internaute chaque année grâce à ses recherches ne sont pas négligeables (environ 45$ selon Wikipédia).
À propos des messageries électroniques maintenant, sachez que les e-mails sont un moyen précieux de très bien vous connaître, et c'est exactement pour cette raison que GMail est gratuit. Depuis 2012, Google est devenu le premier fournisseur d'adresses e-mail au monde (devant Hotmail) avec plus de 500 millions d'utilisateurs réguliers ! Pour éviter de sacrifier vos données sur l'autel du "pratique", je ne peux que vous recommander des alternatives récentes, comme Ecomail par exemple.
De la même façon, l'application Google Maps peut facilement être remplacée par Open Street Maps. Pour le moment, seuls Google Play Store et YouTube ne disposent pas encore d'alternatives libres et suffisamment abouties (sachant que changer pour l'AppleStore ou Dailymotion ne servirait à rien)
Pour parler rapidement d'Amazon, il va sans dire qu'acheter sur ce site équivaut à fréquenter un hypermarché virtuel, et ce, au détriment des points de vente physiques situés près de chez vous. Étant musicien, l'exemple le plus flagrant qui me vient à l'esprit est Thomann, responsable indirect de la fermeture de plusieurs dizaines de magasins de musique chaque année en Europe (estimation basse).
Quant au navigateur Google Chrome, je pense qu'il est préférable de l'éviter au profit du logiciel libre le plus célèbre du monde : Mozilla Firefox ! D'une manière générale, préférez toujours l'alternative libre d'un site Internet (comme Framadate au lieu de Doodle pour planifier un rendez-vous par exemple) ou d'un logiciel (LibreOffice au lieu de MicrosoftOffice pour le traitement de texte), l'idéal étant carrément d'abandonner Microsoft Windows pour un système d'exploitation non-commercial comme Linux avec Ubuntu, mais j'ai conscience que cette solution n'est pas techniquement accessible à tout le monde…
Voilà, ça soulage de faire une bonne action hein ? En tout cas, rendez-vous le mois prochain pour une nouvelle action individuelle vers un monde meilleur et d'ici-là portez-vous bien ! =)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.