Macron: Transformer le Merdier Jaune en Or

Les français veulent rapidement de la justice sociale ? Cela tombe, bien, le gouvernement s'apprête à leur en proposer.

Les élus d'En Marche sont priés de faire passer le message: les français manifestent  leur volonté de voir aboutir plus rapidement les réformes de la majorité. Ce serait le cas de celle des retraites, et cela tombe très bien pour E. Macron.

Du côté du gouvernement, 58 milliards par an consacrés aux retraites, soit 10.5% du budget de l'Etat, hors le remboursement de la dette et les dépenses fiscales imprévues, et 180 milliards de cotisations. De ce côté, aussi, la volonté d'insérer les retraites nationales dans le projet européen (bien qu'informulé). A savoir: la transportabilité intracommunautaire, assurée par un système par points, la solidarité nationale, par un minimum vieillesse, l'incitation à travailler plus longtemps, par la faiblesse des retraites (65 ans, voire plus) et, surtout, dégager l'Etat de son obligation d'assurer un train de vie constant aux retraités, en rendant variable la valeur du point (la "règle d'or"), incitant aussi à un transfert vers la retraite privée.
De l'autre côté, les français parmi les plus modestes. En ayant gagné le SMIC durant l'essentiel de leur carrière, ceux-ci sont voués à toucher la retraite minimum (ASPA). Ils constituent une grande partie des gilets jaunes.

Parions que c'est ici que les intérêts des uns et des autres devraient se rejoindre, selon E. Macron. En proposant prochainement d'augmenter le minimum vieillesse, le gouvernement afficherait clairement la raison pour laquelle les gilets jaunes devraient plébisciter sa réforme. En même temps, il enfoncerait un coin dans le public des gilets, car parmi ceux-ci figurent aussi des retraités modestes, au dessus du minimum vieillesse, futures victimes d'un système par points à la valeur fluctuante. Pour que soient bien liés la réforme et sa contrepartie, il est probable que E. Macron proposera d'inclure cette amélioration du minimum vieillesse dans le cadre de sa future réforme, et non par une mesure immédiate et inconditionnelle, ou que pour le moins, il fera en sorte d'en compenser le coût dans le cadre de celle-ci.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.