ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2022

Père : objet inutile identifié

Pourquoi après un divorce, les femmes obtiennent quasiment toujours la garde des enfants ? Vision sexiste et inconsciente de la part des magistrats ? Non. Surtout la conséquence ultra-genrée des rôles parentaux. Quand un couple a des enfants, les femmes restent toujours les perdantes et gèrent beaucoup plus de problématiques liées au quotidien.

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Clémence Rio

Représentations sociales des mères célibataires

« Qu’est-ce-qu’elle a fait pour se retrouver au SMIC ? Est-ce qu’elle a bien travaillé à l’école ? Est-ce qu’elle a suivi des études et puis si on est au SMIC et bien il ne faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là, si tu veux à un moment donné quand on se rajoute des difficultés sur des difficultés et des boulets sur des boulets on se retrouve dans des problèmes. ». Julie Graziani lundi 4 novembre 2019 sur LCI dans l'émission 24h Pujadas.

Les propos de la chroniqueuse, proche de Marion Maréchal Le Pen, s’inscrivent dans une idéologie radicalement patriarcale selon laquelle les femmes ne peuvent vivre sans la protection d’un homme, qu’importe leur sécurité ou celle de leurs enfants.

Ce genre de propos renvois à nier toutes les thèses sociologiques traitant de la reproduction sociale. Ils occultent tout le patriarcat et le sexisme véhiculé dans notre société. Tenir ces propos, c’est tout bonnement nier les inégalités subies par les femmes et, en conséquence, par les mères célibataires. Mais c’est aussi valider l’idée que le célibat et la précarité sont un choix pour la femme et non une discrimination subie.

Préjugés sexistes de la mère

Toujours aujourd’hui, les femmes restent cantonnées au rôle d’éducation des enfants. Dans 75% des cas de ruptures d’union, ce sont les mères qui en obtiennent la garde. Il reste assez rare que les pères demandent la garde des enfants, et qu’ils l’obtiennent. Les femmes restent plus amenées à faire des sacrifices pour la garde de leurs enfants et détiennent une meilleure connaissance de leur quotidien. Les mères présentent des dossiers plus solides, une meilleure connaissance du quotidien de l'enfant et une meilleure implication là où le père confie en général ses enfants à sa propre mère en cas de galère.

Les mères grandes perdantes de la parentalité

Les mères sont les grandes perdantes de la parentalité. Au moment de l'arrivée des enfants, on observe un changement massif du comportement des femmes sur le marché du travail, et quasiment aucun pour les hommes. On note par exemple que les mères exercent beaucoup plus de temps partiel que les hommes. Et même quand la femme est mieux rémunérée, c'est elle qui aménage son temps de travail. Les hommes préférant visiblement gérer leur carrière plutôt que leurs enfants. 
La charge mentale quant à l’éducation pèse ainsi beaucoup plus chez les femmes que les hommes. 65% du travail familial est exercé par les femmes. Nous sommes encore très loin de l’égalité du travail familial entre les femmes et les hommes. Et quand la journaliste Titiou Lecoq a raconté dans une vidéo pour l’Obs comment, dans l’espoir de faire plier son conjoint, elle avait refusé d’emmener son fils chez le pédiatre « parce que ça n’était pas son tour », la vague de haine sur twitter ne s’est pas laissée attendre. Les propos tournant principalement autour de « retirez lui son enfant », occultant une fois encore toute la responsabilité du père. Rejetant une nouvelle fois la faute sur la mère.

Les femmes priorisent donc plus facilement l’éducation des enfants sur leur temps de travail. Il est ainsi plus accepté pour une mère de quitter son lieux de travail pour ses enfants. Et tout cela a un coût : sur leurs parcours et leur ascension professionnelle, sur leur rémunération et sur leurs choix de vie. Des concessions que la plupart des hommes ne connaissent pas. Il y a donc significativement une inégalité de genre dans le travail familial, fondé sur la base d’un sexisme ordinaire. 
Dès lors, ce sexisme mène à la précarisation professionnelle, sociale et symbolique et vient freiner structurellement l’accès à de meilleures rémunérations, de meilleures positions sociales, et une meilleur niveau de vie pour les femmes. Les hommes, quant à eux, ne sont pas (ou peu) freinés par ce rôle d’éducation et peuvent se consacrer plus librement à leur réussite professionnelle.

« Sexisme amène précarité », c’est ce à quoi s’attachera Orsinos dans la 3ème et dernière partie du mois des daronnes. Sortie prochainement.

Pour retrouver notre Partie 1 : mères célibataires, les grandes oubliées c’est ➡️ ICI.

Retrouvez nous sur Orsinos juste ICI.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa