« Win-Win »

Auto-intronisé Ministre de la santé et grand gourou de la piquouze, Le Freluquet Poudré vient te rencontrer par surprise te saluant paume contre paume dans son geste de prière désormais coutumier pour saluer alentours ses sujets.

Le projeeeeet du jour de notre Père Thérésa le coeur sur la main qui en laissera un peu à nos amis africains ? : Qu’à défaut de savoir fabriquer un vaccin, la France devienne le plus gros sous-traitant en flaconnage de Big Pharma !

La promesse du jour ? « D’ici à la fin de l’été, nous aurons proposé à tous les Français adultes qui le souhaitent un vaccin ». Rien de mieux comme histoire à raconter aux p’tits enfants le soir à la veillée ?

Da ! Da ! (oui en Russe) ! Le Maître de la shooteuse et des petites fioles va peut-être te proposer (si tu le souhaites) le Spoutnik V (pour Victoire), le vaccin russe auquel il ne croyait pas. A la surprise générale, Le Lancet, cette vénérable revue scientifique britannique visée pour avoir publié une étude falsifiée sur l'inefficacité de la potion Raoultix, t’assure que Spoutnik V « c’est de la bonne à pas cher ». Du coup, "Manu 1er" se demande s’il ne faudrait pas se remettre à parler poliment à Poutine et lui proposer d’aller chasser le tigre de Sibérie ensemble ?

Le Graal des labos, la martingale absolue se précise : Plus y'aura de vaccins et plus le virus variera. Et hop, un nouveau vaccin pour chaque variant... Pas belle la vie chez Big Pharma ?

Au moment où les rêveurs rêvent de licences tombant sans se faire mal dans le domaine public, Pfizer s’est déjà fait des c... en or en margeant de folie sur la vente de ses très chers flacons !

15 milliards de dollars de ventes déjà engrangés sur un seul produit ! En jargon Big Pharma, cela s’appelle un « blockbuster ».

Alors, ce re-reconfinement ? Le jeudi c’est RV avec les pieds nickelés à 18h : Jeannot, Olivier et les autres... pas de suspens cette fois ! Tout juste un point d’étapes, pas de nouvelles mesures de freinage annoncées.

Faudrait pas nous irriter le Monarque !

Tu n’as pas l’intention de partir en vacances mais bon t’aimerais bien savoir quand même si tu aurais pu.

Pas de bonnes nouvelles à attendre ; Toujours pas de sport ni de sorties avec les potos, plus de soupape... Perte de sens et d’appétit de vie… Tu t’identifies à la génération stress des étudiants qui dans leur 10 m2 découvrent la vie : « Panzani, Netflix, anxiolytiques » !

Tout n’est pas noir. Juste bien sombre quand même. Tu as un RV téléphonique avec un mec du service recouvrement de ta banque qui ne va pas forcement t’annoncer de bonnes nouvelles. Contraint désormais à ne jouer et manger qu’avec tes chats, tu commences à trouver qu’ils te regardent bizarrement et réciproquement.

Heureusement, il y a ces petits moments de bonheur inattendus, infimes pépites qui t’arrachent à la morosité d’un quotidien pesant : Jean-Mimi se la donne devant les caméras et shake son body pour faire la promo des 30 minutes d'activité physique par jour à l'école. Non, le ridicule ne tue pas !

Pas tenté par le « tourisme vaccinal », tu ne vas pas non plus te convertir au « nomadisme numérique », cette nouvelle tendance consistant à aller travailler ailleurs, au soleil et dans un pays bon marché, de préférence la Thaïlande ; Tu n’y rencontreras pas Lola, parisienne de 43 ans, CEO d’une start-up « Win-Win ». Attablée devant son Mac Book Air sur la terrasse d’un hôtel de bord de mer, elle ne te préparera pas ton business plan qui va cartonner avant de filer à sa séance de yoga. Tu n’y rencontreras pas non plus Lalo, DRH pulpeuse d’un grand groupe qui licencie ses employés en bronzant dans son hamac.

Génial non ?

« Au-delà de la violence sociale, c’est le coulis de framboise l’enrobant qui est obscène ».

Bien d’accord avec François Bégaudeau et son « Histoire de ta bêtise ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.