Le prisonnier

Le sommeil ne vient pas. Tes nuits sont trouées d’insomnies. Confiné ou non, tu l’es dans ta tête. De mauvaises pensées tournent en boucle. Les news se juxtaposent sans faire sens : Ruth quitte BFM et alors, « Olivier je suis beau de folie Véran » découvre son torse, offrant son biceps musclé à sa première dose de vaccin !

« Jean je subventionne ta pompe à chaleur Castex » ne passe toujours pas chez Ikéa pour acheter de nouveaux lits de réanimation, « François le sage du Béarn Bayrou » croit qu’un Français moyen gagne 4000€/mois. « Roselyne je ne donne pas de date Bachelot » te promets qu’elle va t’envoyer un SMS pour expérimenter son nouveau concept « à 10 au Musée ».

Tous tes indicateurs sont dans le rouge ; « Christine je suis Lagardienne » te confirme qu’il faudra rembourser tes dettes. Cherchant à muscler sa jambe gauche, « Manu 1er » déjà en campagne voudrait te faire croire qu’il va redémarrer l’ascenseur social. Pas fastoche cette épineuse question de la redistribution des richesses pour le Président des riches. Hein, pas facile-facile non plus de renouer le contact avec ces jeunes « invisibles » qui refusent d’être discriminés positivement et qui s’obstinent obstinément à vivre sous les radars dans des quartiers sans espaces verts et sans boutiques bio.

L'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu’en juin, tes humeurs font le grand huit. En proie à un effet lancinant de « déjà vu », tu suis d’un œil torve la querelle des blouses blanches entre anciens et modernes ; d’un côté, les tenants du « hard confinement » qui veulent te boucler fissa pour éviter l’engorgement des hôpitaux. De l’autre, les défenseurs du « soft confinement » qui veulent t’inventer « la vie qui va avec ».

Ta vie ressemble à un thriller silencieux et froid.

Reboosté par son shoot d’Astra, « Olivier vent d'optimisme Variant », veste et chemise retournées, déclare que tu pourrais ne plus jamais être confiné sauf peut-être en Moselle !

A la sortie des conseils de défense et de ministres qui se tiennent le même jour c’est pratique, P’tit Gabi te vend la nouvelle doctrine non confinée édictée par « Sa Souveraineté » comme il te vendait il y a 15 jours le scénario « hard reconfinement » avec le même aplomb et sa tête de premier de la classe que tu as envie de claquer !

Après la fin ouverte de « En thérapie » qui laisse augurer (yesss !) d’une saison 2, tu te sens un peu en deuil quand même.

A la place du psy, tu t’identifie à « Numéro six », personnage principal de la série télévisée « Le Prisonnier » que tu regardes avec assiduité, 40 ans plus tard.

Comme « Numéro 6 », tu espères encore t’échapper de ta prison sans vouloir reconnaître qu’elle est devenue intérieure.

« Non, je ne suis pas un numéro » ! « Je suis un homme libre »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.